Koba ou la sombre rémanence N°37 “Mademoiselle Zhang”

Vues : 24

La camarilla siégeant en sa demeure… accueille ce jour : “Les Editions Alain Iametti” qui viennent présenter le dernier opus de alain harmas : “Mademoiselle Zhang”
                                               Composition du cénacle

Sosthène Grumeucheux : célèbre grand caméléon Hexagonal… il fut successivement…  : marxiste, léniniste, stalinien, trotskiste, titiste, castriste, maoïste et enfin régimiste… comme tous nos penseurs modes-philosophes sachant penser…   

Luigi Pirandello : on ne présente plus le Sicilien qui disait “Ma vie? Que dire, si ce n’est peut-être que je ne la vis pas, mais que je l’écris”

Raphaëllo : il eut le privilège de peindre les appartements du pape Jules II… dans lesquels sa sainteté… hé hé confessait les jeunes dames… en privé… hé hé… con fessé…  hé hé.  

Sosso allias Staline :  sans être devin il fut divin, le petit père des peuples… il était très sévère pour que ses ouailles respecta l’ordre… on ne sait si on doit calculer en plusieurs dizaine de millions les rectifications par goulag qu’il ordonna… 

Atharexa :  fut une pasionaria… elle s’expatria du côté de Larchy petit village où les chiens ont le droit d’aboyer selon leur bon plaisir… en tout lieu sauf sous les fenêtres du notable… local…  

Matriona : eut le privilège d’être la cuisinière-conseillère-du-siège-souffre-douleur de Sosso Staline… elle revint à Larchy pour finir ses vieux jours mais dans une autre datcha que le totalitaire

Wei Zhi : est celui par qui l’écrit fut… qui est-il cet inconnu… certains murmurent qu’il serait le rédacteur de “Mademoiselle Zhang”… l’homme est secret… il vient masqué car le forces… contraires veillent… 

Pour cette grande première le Grand Timonier Mao lui-même s’est annoncé oh gloire à la lumière inactinique du Liiiiiiiiiiiiiiider…

Gentilés nous allons vivre un “susse-panse” indescriptible… inouï … triphasé… cosmique énorme… voilà tous les acteurs réunis…

… je vous le dis en vérité…

                                                                       Gentilés  
                                                                       Si le voulez bien
                                                                       Lisez suite jour prochain
                                                           Et c’est ainsi que murmurent les tortues blondes
                          Article composé par le Grand Mao… quel brave homme.

1 réflexion sur « Koba ou la sombre rémanence N°37 “Mademoiselle Zhang” »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *