L’infarctus compassionnel de Josef révèle son histoire…

Visits: 13

10… où Barnaby redevint Parker… l’officier… brillant…   

 « Bon, à présent, on est seul… c’est qui Casque d’Or ? » ordonna Barnaby… à l’inerte corps qui occupait le lit de Josef… un colon sachez-le gentilés aime le concret… le tangible, l’ordre, la barrette, l’étoile… le slogan « We can-can »… un colon binaire… Depuis l’énoncé de la parole de Josef, il était tourneboulé par les mystérieuses « Tortues Blondes » qui révélaient Casque d’Or.
Elles avaient plongé en désarroi la communauté de l’US-land de Yokosuka et Josef au nirvana. Mais un nirvana sur strapontin éjectable… gare, si le message se révélait non réalisé, l’auteur traducteur perdrait ipso facto son onction supra polyglotte experte.
Josef, atone mais conscient était sûr de lui… il pressentait que sa destinée se jouait ici, dans ce cadre hygiénisé… chambre 369.
Il admira la signature : « Car s’interrogent les Tortues Blondes ! » c’était bien trouvé.
Barnaby devenait agressif, il ne comprenait pas pourquoi le foie de Josef se régénérait plus vite que sa perte entropique…
Josef était certain que Barnaby le pensait quasi occis… il allait s’en donner à cœur joie…
Alors, Josef revisitait les espaces… des mois passés…
Il avait vécu dans une longue salle réfrigérée peuplée de dizaines d’armoires où transitaient par milliards les messages codés du monde « Libre »
Le terme « Libre » n’est bien sûr pas pris en son sens littéral mais plutôt unilatéral… sous-entendant : « Monde-Libre démocratique US »
Donc Josef était totalement libre, puisque encore GI-US… il ne s’en privait point… son œil de prophète ouvert surveillait les abords immédiats… son œil interne conduisait diverses activités pour son propre compte.
Souvent, le GI était assis à son poste devant un clavier, lequel diffusait certains messages codés… pendant ce temps Josef décantait son message de prophète.
Nous savons qu’il confiait ses voies à l’espace, elles les convoyaient vers l’apothéose de son devenir. Il complétait son manu-script de multiples paperolles.
Mais pour expérimenter la puissance de son cortex, avec Franziska, ils avaient décidé de lancer un grand plan de communication par le seul moyen de la pensée.
Ainsi, au milieu des enchevêtrements de câbles soumis aux incessants ballets des électrons baladeurs, dans une douce pénombre, bercé par les cliquettements des imprimantes qui vomissaient leur production quotidienne, Josef s’endormait… bien que relié à Franziska.
C’est l’art des prophètes que de pouvoir conduire simultanément plusieurs voies…
En général, la première image que Josef recevait lorsque la liaison s’établissait… une vision panoramique lui offrait les yeux limpides de Franziska, un gros plan en Panavision 35 mm.
C’était le code de ralliement, le mot de passe. Tout espion vous le dira, tels les succubes qui prennent l’apparence de la gent féminine, certains espions s’introduisent dans le complexe des connexions par la vue. Là, il faut un mot de passe…
Josef assurait que ce choix était judicieux. Franziska n’était pas avare de sa vision, la liaison était reçue 5 sur 5… selon le code technique des communications de l’US-army.
La profondeur des cristallins n’était pas seulement un sésame qui ouvrait la séquence, il devait se poursuivre un certain temps pour que s’établisse un réseau d’ondes multiplex solide. Cette phase pouvait, selon les cas de contraintes atmosphériques vents ouragans cumulo strato altus citius fortius nimbus… neiges sur les plaines Sibériennes… et autres grèves des aiguilleurs du ciel communistes, durer de plusieurs secondes à quelques heures. Le peuple heureusement très clairsemé du bunker n’intervenait point quant à la muette attitude de Josef… qui signifiait :
« Ne pas couper ! »… était donc le crédo.
Les hommes en uniforme baissaient la voix, limitaient leurs déplacements aux stricts besoins physiologiques, pour ne point perturber la réception ubiquitaire de cet authentique sâdhu qui dialoguait à travers la stratosphère.
Lorsque la communication était rompue pour des raisons de secret-défense, Josef Schmitt prenait son manu-script, il tournait les pages avec la seule question qui vaille :
« Où vais-je bien coller ma nouvelle paperolle ? »
Le choix n’était jamais cornélien, car son manu-script était un modèle proustien de création dite en spirale d’escargot… le texte s’alimentait lentement de lui-même, tel un escalier en colimaçon. Il suffisait de lire et spontanément un ajout-paperolle venait à l’esprit… une merveille architecturale littéraire messianique… le manuscrit s’ouvrit seul aux pages souvent lues… il aimait cette phrase tirée de ses recherches lors de ses études, là il avait découvert qu’en d’autres lieux que l’US-land… jadis, avaient prospéré de brillants héros… tel Cyrano et son Rostand géniteur… ce fut sa phase « rime riche » qui fera l’objet d’un court paragraphe de soixante-douze pages si les paperolles le veulent bien…
Vous vous souvenez de ce moment où le père présenta Joseph à l’institutrice…
… là, Josef subit une décharge électrique de plusieurs milliers de watts… elle surgit de son inconscient stratégique… le souleva de son paddock… à l’équerre tel l’officiant dans ses oremus aux cieux…
… Franziska !
… ah ! tu émerges… persifla Barnaby… ta sieste est terminée mon cher !
« Ici, il faut introduire une paperolle… car le lecteur… lorsque ce texte deviendra le support des prochains catéchèses devra pouvoir faire comprendre, la transformation métamorphique… d’un quidam devenant prophète…
… justement j’étais en train de lire ton manu-script… le jour où tu es arrivé à l’école…
… écoute… le jour où tu es arrivé à la turne de la donzelle…
« Lorsque nous arrivâmes, Gottfried, mon père s’adressa respectueusement à la doulce personne qui lui faisait face… ce fut mon premier étonnement, j’en fus émerveillé, je découvris le racisme dans ses plus lumineuses réactions… ce fut à ce moment que je confirmais ma volonté d’être prophète… pour combattre ce mal qui ronge les structures de la société entière… madame la directrice était noire comme du chocolat… et j’adore le chocolat. Mon second émerveillement fut la pointure que son bustier soutenait, le mot n’est pas trop fort, une paire de ses seins… comac… depuis, je suis rivé à cette partie de l’anatomie de la femelle féminine avec une constance d’artiste… quoique les croupes me tentent bien aussi et chez elle la ligne des reins était totale.
Elle écouta Gottfried et m’adressa la parole…
« Quel mignon, petit enfant… dit-elle que peux-tu nous dire à ton âge candide de trois ans six mois et deux semaines ? »
« J’en ai marre de bouffer des Wurst tous les matins ! »
Stupeur de la matrone… j’avais touché juste !
« Monsieur Gottfried… pourriez-vous me donner les sens du mot Wurst…
« Ben chez nous dit Gottfried, le Wurst est une saucisse… bien qu’il y ait plusieurs types de saucisses… et…
« C’est fort intéressant dit la rombière… il est vrai que trois ans…
«  Six mois et trois semaines… je m’empressais de rectifier l’erreur ! »
« Et il parle ? souffla la Miss.
« Non, je théorise !
« C’est fort intéressant répéta la taulière… et les théories sont de… heu… »
« Jérémie ! »
« La faiseuse d’anges transféra, plus haut, son regard vers le mètre nonante deux de mon père…
« Un copain à lui… le second prophète après Ézéchiel ! concéda-t-il.
« C’est fort…
«  Intéressant ! poursuivis-je.
Elle était perdue… entre le … et… ne sachant que dire… elle susurra une platitude majeure… au sujet du qualificatif majeur que le peuple emploie sans discernement, je rajouterai une paperolle… elle poursuivit mutatis mutandis majeur.
« Un copain mais, il vivait jadis… voilà quelque trente siècles… là-bas… en… Arabie je crois…
« On allait à l’école ensemble… précisai-je…
« Ah, en Arabie… et dans quelle école ? Monsieur Gottfried ? Votre fils aurait-il eu un différend, une altercation, un renvoi de l’école où il était… des mauvaises notes… car dans ce cas il nous faut faire une enquête sérieuse… comprenez-vous monsieur Gottfried ?
Bref de prêchi prêcha en cahin-caha de l’alpha en bêta de charybde en scylla de fil en aiguille en somme… voilà que mon Vater se met à enjoliver la maritorne, le couple m’abandonne à leurs joyeux ébats… soudain au loin, je vis un être cosmique… dans un vêtement rose bonbon sucé… blonde comme un elfe… aux yeux de lacs d’azur… elle me regardait… je la regardais… ce fut la passion.
Pas bégueule, directe, droit au but elle tend la main.
« Franziska : et toi ?
«  Josef ! Pour les uns… Jérémie pour d’autres !
« Alors ce sera Josef-Jérémie pour moi !
À ce moment, mon Vater vint interrompre cette nouvelle version de Tristan et Isolde… Roméo et Juliette… qui d’autre encore Ulysse et Pénélope… Dante et Béatrice… plus tard Josef et Franziska…
« Tu es admis ici ! dit Gottfried.
« Ah bon !
« À ce soir !
Et sans un mot de plus, il vint faire une courbette à la tenancière qui lui délivra un sourire carnassier à faire pâlir un félin africain… et tourna les talons.
Puis ce fut le départ d’un long parcours dans lequel la dame des lieux me laissa royalement la paix, à condition que je me care le cul dans un coin pour lire les prophéties le livre des prophètes les exégèses des sages… en rajoutant :
« Et surtout tu fermes ta gueule avec tes Wursterei ! »… saucissonailles : mauvaise traduction…
Je reluquais ses nénés… à tous les coups, elle devait se bourrer de Wurst elle aussi… à voir leurs volumes…
Tranquille, je progressais dans l’art d’écrire, de lire, de compter, de causer… un art de buanderie qui correspondait à la philosophie de la taulière… un art complexe d’une simplicité simple…
Pour faire un test, je lui lus un article, littéralement traduit de Spinoza… afin qu’elle s’éveille :
« Mais moi, je n’accorde pas que la faute et le mal soient rien de positif, encore bien moins que quoi que ce soit puisse être ou arriver contre la volonté de Dieu.

Non content d’affirmer que la faute n’est rien de positif, j’affirme en outre qu’on parle improprement et de manière anthropomorphique, quand on dit que l’homme commet une faute envers Dieu ou qu’il offense Dieu. »
Hissa LUNA jeta un regard inerte sur le texte de Spinoza et…
« Josef si tu fais encore le con avec ton copain Spi, je te fracasse le cul ! »
Je compris que le partage des connaissances était un dilemme profond à la fois entre les générations et entre les cultures… ce constat me conduisit sur la voie de la compassion, raison, attention, suggestion et passion…
Je venais d’élire Franziska… j’en fis un ange de miséricorde telle Guanyin bouddhique… je vins vers elle et je la vénérais en frappant trois fois mon front sur le sol…
Madame Taulière en resta muette d’émotion… se signa dans son langage des signes l’index pointé sur sa tempe que je ne pus décoder…
Franziska… elle… avait compris.
« C’est ainsi qu’après le départ du Vater, Josef en l’espace d’une demi-seconde comprit le fonctionnement des sociétés en général et de la sienne en particulier… à preuve la tenancière de l’école ne connaissait pas Spinoza. »
Barnaby… cessa sa lecture… se recueillit…
Regarda Josef… qui lentement renaissait…
… pour un guy de trois ans six mois et quelques tu avais de la réplique, je ne me répands pas de t’avoir cornaqué depuis cette époque, je me réjouis de te voir à mes côtés…
… Barnaby… tu sais ce que dit le Hagakuré
… le bouquin que le Padre a apporté… tu l’as déjà lu ?
… ma conscience en maraude et en éveil l’a lu… il dit :
« Qui veut éprouver la sincérité d’une amitié n’a qu’à tomber malade. »
… et tu as fait ça pour moi !
… c’est là, la pierre de touche pour juger des véritables sentiments d’un homme…
… je me souviens reprit Parker épris de vénération… de ton baptême…

11… baptême : où nous assistons en « direct live » au baptême de Josef depuis
« The Church Of Jésus Christ de Pittsburgh »
… en présence de la tribu : « Courez ! cria Gottfried, il pleut ! »

Et tous de sauter du plateau de la Ford F2 à qui mieux mieux pour rejoindre le temple.
C’était un grand jour : le baptême de Josef.
En ce temps-là, à côté du bâtiment sacré, il y avait un grand champ pour se garer, très souvent boueux, car il pleut plus que de moyenne à Pittsburgh.
Lorsqu’on allait à l’office dominical, on parquait la F2 ensuite, on montait en soufflant, car il fallait tirer les pieds lourds de boue.
On arrivait crottés suants puants la naphtaline que des litres de Kölnisch-Wasser arrosés par Yépa tentaient de résorber avant d’entrer.
En ce jour de juillet il ne tomba qu’une ondé de bénédiction préparatoire à l’onction du petit qui allait entrer dans la communauté… nul ne fut ni crotté ni transpirant… La  de Kologne… fit merveille, elle nous arrosa à grands flots.
Le regroupement eut lieu dans l’impasse entre la maison du curé et l’église.
Gottfried fit face à la troupe, le peigne collectif passa de main en main, il fut suivi du miroir des beautés humaines… chacun aida son voisin ou sa voisine pour parfaire sa renaissance… puis le patriarche ordonna l’ordre à la colonne par quatre de gravir la volée de marches.
On pénétra sains dans le sein du Saint.
Là, attendaient deux enfants de chœur en aubes immaculées empesées… derrière eux, le pasteur supervisait le décorum. Benoitement, il s’avança en écartant les bras qui reléguèrent les deux servants. Il pénétra le groupe de fidèles attentifs et secoua vigoureusement la main du bon Gottfried… généreux pour sa communauté.
Les deux notables échangèrent des civilités dans la langue du célèbre temple « Of The Church Of Jésus Christ de Pittsburgh »… autrement dit en langue germanique.
Calvin n’y voyait aucun inconvénient. Il savait le bon pasteur que les trente pèlerins qui stationnaient essoufflés, laisseraient sans requête après l’onction, une coquette quête… rondelette… dans la bannette… proprette…
Bref…
Paperolle de Josef… qu’il écrivit plus tard dans son manu-script obèse :
« La seule chose qui me soit restée de ce jour, ce fut la couleur de l’intérieur du building. Une ambiance bleutée feutrée telles ces fleurs « les mauves » que les tisanières emploient pour des purifications. Je voyais au loin le chœur bleu lui aussi… au loin là-haut quelqu’un attendait… debout, vêtu de blanc, dans une attitude un peu byzantine… moi, je ne perdais pas une nuance de gris. J’avais entendu dire « baptême pluvieux destin heureux ! »… tu parles voilà le Pfarer costumé qui me balance des louches de flotte sur la tête… et mon Vater qui moufte pas… l’autre en rajoute en me racontant une litanie d’antiques paroles du Calvin… je reconnus l’accent très chaaaantaaant de G’nèv’e… où il avait dû faire ses études.
Plus tard, je vins souvent sous le dôme aussi byzantin que celui qui attendait, mais c’est une autre paperolle qui viendra plus tard ! »
La fête fut totale et complète lorsque le conducteur après quelques bons mots en dialecte souabe reprit la corbeille pleine du fruit de son abnégation et l’on se sépara après que les parents marraine et parrain eurent signé le registre qui élisait :
Josef Gustav Adahy Schmitt fils du temple « Of The Church Of Jésus Christ de Pittsburgh ».
« Plus tard, je rajoutai Jérémie à mon blason… Josef était le prénom d’un ancêtre qui n’avait pu venir en US land. Gustav, mon parrain était un cousin de mon père, Adahy ma marraine était une nièce de ma mère, une Cherokee dont le nom signifie vie dans les bois, quant à Schmitt… il signifie forgeron… mais, était-il besoin de le préciser ! »
La famille Schmitt habitait à l’extrême nord d’East Allegheny que l’on appelle la petite Allemagne.
East Allegheny au début du siècle était un espace paysan jusqu’au moment de l’entrée en guerre des US. Souvenez-vous de la date du 11 septembre 1941… où Roosevelt ordonna d’attaquer les navires du Führer qui croisaient dans les eaux territoriales US.
Roosevelt, vous vous souvenez sans doute, c’est celui qui lança le New Deal une réforme qui veut dynamiser l’économie US fracassée par le krach de 1929 et accessoirement soutenir les basses classes les plus pauvres de la population.
C’était aussi un bon moyen d’entrer en guerre pour faire un super jackpot qui fut repris plusieurs fois tant la cagnotte fut rondelette.
Les Schmitt comme toutes les autres familles… les Schwartz, Hoffmann, Stumpf, Huber, Hartmann, Bauer, « und so weiter »… applaudirent comme une seule famille et comme un seul homme se présentèrent aux portent des usines : salaire dix dollars pour dix hommes… ce qui dopa l’industrie.
L’économie enrichit la communauté germanique d’East Allegheny qui galopa avec la forte intention de bouffer toute la verdure pour en faire des usines et autres cheminées fumeuses et crasseuses…
C’est en 1950 ou 55, enfin entre ces deux dates qu’Abraham s’offrit sa première voiture : une Ford F2 qui fit sensation dans le monde germain, il la baptisa à la bière et lui donna le nom de « Rosalie ».
C’était une voiture utilitaire dans tous les sens du terme, elle transportait des êtres… des porcs… des marchandises… des matières premières… des ouvriers… des désespoirs en rouge comme la couleur de la carrosserie autant que des espoirs en vert par les récoltes qu’elle transportait… sans oublier « Die Kartoffeln ».
Le style de cette voiture était parfaitement conforme aux esthétismes germains… une carrosserie faite de solides et imposantes rondeurs évoquant la norme quotidienne du « made in Germany » qui est la seconde religion après Saint-Éloi et souvent avant. Cette voiture inspire confiance… d’autant qu’Abraham en achetant le véhicule construisit un atelier attenant à la ferme pour entretenir ce joyau du futur devenu.
En 1970, Abraham transmit le véhicule comme neuf à Gottfried. Ainsi, « Rosalie » sans regimber avait entassé sur le plateau plus de trente membres de la famille pour le baptême de Josef, l’équipage avait pris la direction de « The Church Of Jésus Christ de Pittsburgh ».
Ce fut le seul jour sans travail de la famille Schmitt, pendant lequel la tribu resta rassemblée dans l’immense cuisine. Notez bien ce fait, ce n’est pas un détail, trente germains rassemblés pour un jour sans pareil qui est la naissance d’un premier petit mâle… trente germains qui désertent les ateliers, les champs, les lavages, les cambouis, les rabots, les truelles, les charrues, les semailles… est un Kolossalstag… un jour Saint, élevé à l’étage supérieur d’un jour élégiaque… il faut le faire, eh bien ils le firent.
Les germains du voisinage cancanèrent… au sujet de ce temps perdu…
« Si c’est pas possible de voir ça… délaisser le travail ! » et jaloux en plus… gens de peu !
Les coffres antiques naphtalinés furent ouverts : les Dirndl et les Lederhosen vêtements traditionnels du Sud Germain émergèrent. Il fallut dépoussiérer et parfois retravailler le tissu avec ciseaux et aiguilles pour faire entrer le Nouveau Monde dans les pointures antiques. Au début, le tout sentait le chimique… mais rapidement avec la Kölnisch-Wasser et les jubilations jubilatoires, le naphte fit place au musc physique… ce qui prouve la vitalité de ce peuple.
Le repas fut grandiose… n’accueillait-on point Josef ?
« Il paraît, m’a-t-on dit plus tard, que j’étais resté indifférent à tout ce tintouin. Moi je pensais au Byzantin, bien curieux ce pèlerin, il est resté immobile pendant toute la session. Au début du rassemblement, j’avais vu des quantités de visages se pencher sur la noosphère de mon moïse, je ne reconnaissais personne, mais eux semblaient me connaître, puis rapidement plus aucun grisouilli vint s’épancher dans la sphère de ma pensée… et pour cause ils étaient entrés dans les heures de pleines mastications et beuvations autour du grand plateau…
Enfin, j’étais tout à mon questionnement profond sur le Byzantin, quand j’entendis Gottfried, mon géniteur qui debout chope à la main sanctifia la table et assura que tout ce qui viendrait à être croqué et bu… venait cent pour cent de sa terre… porcs compris…
Le père Schmitt fabriquait tout, accessoirement il travaillait dix heures à l’usine de bouteilles… pour gagner son dollar… quotidien… c’est ainsi qu’il avait acquis ses quarante hectares…
Puis je me propulsais dans la sphère au-dessus de ma noosphère… bien au-delà des ionosphères… là nobody n’interférait »
La table pouvait accueillir une armée, ce monument des agapes se démultipliait à volonté. La base fut construite par Abraham, il rajoutait régulièrement une rallonge pour faire face à la croissance de la famille Schmitt mais aussi à l’arrivée des oncles tantes neveux… tant Germain qu’Algonquin
Là on vit… enfin… on avait déjà vu… mais vous n’aviez point remarqué… ce qui sautait aux yeux… le peuple réuni était divisé en deux par le vêtement culturel… d’un côté, il y avait les Dirndl et les Lederhosen… c’est-à-dire les costumes de la Mitteleuropa germaine et de l’autres les parures indiennes… car comme vous le savez déjà, mais vous l’avez sans doute oublié, Yépa, la femme de Gottfried c’est-à-dire la mère de Josef était indienne… une Algonquin Anishinaabeg…
Dans la cour de la ferme, on pouvait admirer d’autres Ford F2… indiennes… couvertes de plumes… peut-être pour masquer les stigmates des ans… les Ford indiennes à côté de « Rosalie » sentaient un passé de nomades peu regardant sur les entretiens et les conditions de vie quotidienne… les car-driver pratiquaient les réparations en collant des décalcomanies… Jumbo était le leader…
« Rosalie », elle, resplendissait de fraîcheur, une jeune fille… aux vernis quasi neufs, relookée tous les trois mois par Abraham… pendant trente ans…
« Entre mes mains, avait confessé Abraham, « Rosalie » restera toujours une belle jeune fille… immortelle ! Ce fut la première paperolle que j’ajoutai à la vie d’Abraham »
Il y avait donc une dizaine d’Indiens… qui firent un joli tohu-bohu à la fin du repas, les voilà qu’ils sortent des tambours, ils se trémoussent à danser en cercle… les Germains en furent sidérés, ils avaient sorti les violons les cithares les hautbois anciens… ils avaient étalés les partitions et les cahiers de chants… ils attendaient le « eins, zwei, drei… » de l’oncle, mais voilà qu’algonquins, cherokees, sioux, comanches cassèrent l’ordre… que faire ?
Chacun veut inonder Josef de sa musique…
On palabra comme le veut la coutume, on fuma le calumet de la paix pour conclure que  le germain commencerait ses musiques et le sioux poursuivrait… douze mesures plus tard… jusqu’à ce que silence de fatigue s’en suive.
Sans aucun apport technique d’électrons trublions triple-watts, le son était entendu à des kilomètres à la ronde… les voisins branlaient la tête devant cette débauche :
« Ach ! Comment vont-ils faire pour aller au travail demain matin ! Ach ! « si c’est pas malheur » que de copuler avec des Indiens… ça finira mal ! »
Et la jalousie les rendait encore plus rabougris.
Parfois le son faisait une pause pour que les vessies puissent retrouver une aisance à se remplir à nouveau.
Le soir, puis la nuit poursuivit ses vagues musicales… progressivement les arpèges decrescendèrent, les tambours devinrent tambourins puis cessèrent de tambouriner pour ronfler en grosses harmoniques profondes…
Les premiers voisins situés à deux kilomètres comprirent alors au petit matin que Josef était enfin baptisé.
« Moi, Josef, j’étais le centre de ce rassemblement, je n’avais participé en rien à ces ébats… sur le tantôt… une fée généreuse vint me tendre une offrande… je bénis ce baptême de cette Gretchen qui m’offrait son sein… car Yépa n’avait pas de mamelle nourricière… la plantureuse m’offrit cette douceur que je suçai avec jubilation… je tétais et là j’eus ma première érection… je m’en souviens parfaitement… l’autre rythmait les sonorités des Indiens, elle asticotait le tétin en « rythme and blues » jusqu’à la lie… puis elle me fit roter… en me tapotant le dos alors que j’étais posé sur sa généreuse poitrine… je pense que c’est à ce moment que ma passion pour les seins saints devint pour moi l’égal de la passion pour le Byzantin… ayant roté mon saoul… elle me libéra pour me laisser cul en l’air afin de changer mes vêtements de baptême tout en continuant à se trémousser sur les rythmes coyotes des vastes prairies… ensuite, on m’ignora, je passai, le reste du temps avec mon Byzantin… là je m’évadai, je découvris les livres anciens… je rencontrai Jérémie… un super copain… » 

Depuis nous échangeons…

                                                Et c’est ainsi que murmurent les tortues blondes

                                                                       Gentilés  
                                                                       Si le voulez bien
                                                                       Lisez suite jour prochain
… vous pouvez aussi charger le lien des éditions Alain Iametti sur votre moteur de recherche : https://www.editionsalainiametti.com/
vous trouverez les opus édités…
                                                                                  
L’Ange Boufaréu, alain harmas 

 

 

 

 

… où Josef réalise le voyage autour de sa chambre

Visits: 12

portrait de Josef après son infarctus “compassionnel”

9… où Josef réalise le voyage autour de sa chambre… voit venir des pèlerins… témoins de ses vies…
Après un infarctus « compassionnel », nul ne sait quand se terminerait la renaissance,  surtout lorsque la césure affecte un prophète… d’autant que Barnaby avait un très gros déficit vital… jadis, il avait pompé les cellules traductrices de Josef… à présent, c’était au tour de ses cellules physiologiques…
Les écrans constataient que dès l’instant où Josef se régénérait… Barnaby Parker le colon US tel l’aigle cannibalisait les cellules du prophète…
Josef résistait, car le Don de soi de l’aruspice était sans limites… le soir, il s’effondrait… mais tel le Prométhée… la nuit… il se régénérait…
Alors, Barnaby stimulait les métabolismes de l’angélique… entropie vous dis-je !
À ce chevet apparurent ceux qui avaient quelque chose à dire… le manu-script ajouta bien de paperolles…
Frères d’armes… écoutez !

Nishizawa Gorō 

Mon nom ne vous dira rien… je le traduis : « Marais ouest Cinquième »
Je ne suis qu’un humble fonctionnaire à la Chambre de Commerce de Yokosuka au Japon, ma ville est située sur la péninsule de Miura préfecture de Kanagawa au sud de Yokohama… géographiquement au centre sud du Japon.
Je suis mandaté pour narrer ma rencontre avec le GI Josef Schmitt…
Je vais tenter de me hisser à la hauteur de cette mission.
Yokosuka n’est pas une ville très ancienne, jusqu’en 1865, c’était un village qui muta douloureusement en arsenal. En 1945, le port devint un checkpoint US.
Mon frère aîné nous raconta, souvent, l’histoire de ce fatal jour… le 15 août 1945, à midi quinze…
Mon père était un commerçant aisé, il avait acheté un appareil de TSF, régulièrement il écoutait les nouvelles de la guerre.
Ce 15 août, il s’habilla en grande tenue de cérémonie, il imposa le même décorum à son épouse, il s’agenouilla devant le meuble de TSF, à sa gauche, il avait aligné mon frère ma sœur et ma mère. Je ne suis venu que bien plus tard… nous étions huit dans la fratrie.
Là, ils firent silence, ils attendirent respectueusement tel l’oracle que la voix de l’Empereur Hirohito s’évade de l’amplificateur…
Soudain, ils ouïrent…

live… of course…

« Que la nation entière se perpétue comme une seule famille, de génération en génération, toujours ferme dans sa foi en la pérennité de son sol divin, gardant toujours présents à l’esprit le lourd fardeau de ses responsabilités et la pensée du long chemin qu’il lui reste à parcourir. Utilisez vos forces pour les consacrer à construire l’avenir. Cultivez les chemins de la droiture ; nourrissez la noblesse d’esprit ; et travaillez avec résolution, de façon à pouvoir rehausser la gloire immanente de l’État impérial et vous maintenir à la pointe du progrès dans le monde. »

Alors… de la base de Atsugi jusqu’au New Grand Hôtel de Yokohama lieu de sa résidence, sur une longueur de deux heures à pied, le Général Douglas Mac Arthur fit placer tous les mètres sur chaque côté de la route une haie de soldats japonais l’arme au pied dos à la route… là, le nouveau consul US chemina sur cet espace…
Cette marque insigne n’était réservée il y a peu, qu’au seul Empereur… arrogant sacrilège US.
À la suite de l’appel du monarque, le 2 septembre, le Japon signa ses actes de capitulation en présence de ce Général Douglas Mac Arthur, commandant du sud-ouest Pacifique et commandant suprême des forces alliées, ainsi que des représentants des autres puissances alliées, sur le pont de l’U.S.S Missouri ancré dans la baie de Tokyo.
Mon frère me raconta qu’à la fin du discours… notre père versa toutes les larmes de son corps…
Pendant huit jours, il s’enferma dans sa loge de repos où il jeûna… ma mère ne dormit plus craignant un harakiri
Puis un matin de la septième nuit, devenu inspiré, il quitta son futon, plia ses vêtements de l’antique culture, les rangea cérémonieusement dans un coffre en bois de hinoki un conifère sacré du Japon. Il apparut revêtu d’une veste-chemise de couleur bleu indigo d’un pantalon de la même couleur, chaussé de geta, coiffé de l’amigasa de paille tressée…
Il n’a jamais quitté ce costume anonyme, qui au fil des années devint de plus en plus transparent…
Pas une fois, il n’évoqua le discours de l’Empereur et le sens de sa décision vestimentaire, mais tous avaient compris.
Il ignora avec une muette indifférence la présence des occupants.
Il déclara :
« Je n’ai pas oublié qu’à l’Ère Ansei 安政 en 1854 ces étrangers envahirent pour la première fois notre mer à coups de canon. Cette présence est une souillure sur notre sol sacré et le restera à jamais ! »
Scrupuleusement poli, il respecta à la lettre sa règle énoncée.
Quelquefois des strangers-US entraient dans notre bazar pour acheter des objets quotidiens de notre culture, qu’ils ramenaient dans leur pays. Mon père s’inclinait, sans un mot, il faisait signe au commis le plus bas dans la hiérarchie de venir conduire la transaction, silencieux, il assistait… aussi froid qu’un samouraï.
L’événement, qu’il cite en référence, fut le jour où le commandant US Matthew C. Perry entra dans la baie de Édo avec huit « navires noirs » armés de puissants canons. Il obligea le shôgun de signer le traité à Kanagawa le 31 mars 1854…
Alors, les étrangers zygotes de ceux qui débarquèrent du Mayflower, se considérèrent ici, « être comme chez eux »… là, ils commencèrent leur colonisation.
Les relations du peuple furent glaciales…
Puis, la dynamique de l’Ère Meiji, qui commença en 1868 et se termina en 1912 va bouleverser… les relations.
Le Japon devint une puissance internationale dotée d’un armement moderne et d’une industrie conquérante. L’ordre ancien bascula et passa de la politique du sakoku ou « isolement volontaire » vers un dessein de conquête outremer. Ici, à Yokosuka, ce fut un Français, Léonce Verny qui, en 1872, construisit l’arsenal et le premier navire de guerre moderne du Japon. Plus tard un autre Français Louis-Émile Bertin rénova de fond en comble l’arsenal à partir de 1886… ce qui déplut fortement aux yankee
Hélas, les deux déflagrations nucléaires d’Hiroshima et Nagasaki mirent fin à notre élan…
À présent, c’est le temps d’un autre style de sakoku… une sorte d’isolement, qui tente de maîtriser distanciation et pénétration des technologies…
Depuis 1945 les étrangers US occupent le port de Yokosuka…
Un matin…
Comme souvent, je vois venir les nouveaux arrivants aux attitudes impériales. Ils souhaitent récolter quelques menus documents sur l’histoire de notre sol où ils vont vivre quelques mois parfois plus…
Les échanges culturels existent, mais je n’ai pas la science pour les analyser…
Un jour, je vis venir un GI…
Il n’était pas en costume de son unité.
Traditionnellement tous les GI sortent en US-military-costume, ainsi muettement ils imposent leur style, leur vêtement de parade, le support fractal de leur pouvoir. Le personnage qui entrait était différent, pas seulement par sa taille ou son style occidental ses cheveux blonds, sa nonchalance, sa peau basanée… encore plus tannée que la nôtre… il ne portait pas non plus cette attitude arrogante qu’affichaient la plupart…
J’étais inquiet, il m’avait fallu apprendre l’américain, je n’étais pas très doué… surtout pour répondre à des questions qui étaient posées par des accents bien peu enseignés dans nos cours intensifs…
De loin, je suivis son approche…
Il était attentif à l’espace… une attitude inusité, car souvent le Boy GI qui vient ici ignore les systèmes formels de la culture japonaise, il estime que ce sont des vestiges autochtones antiques inutiles, des témoins anciens à jeter. L’Américain n’a pas d’histoire séculaire en référence, il entre, arrive immédiatement à vous, pose la question dans son idiome et repart, ignorant tout le reste…
Notre chambre de commerce exposait régulièrement des œuvres d’artistes japonais anciens ou modernes, aucun matelot ne s’y arrêtait… lui… il avançait… attentif… aux signes… il détaillait chaque œuvre…
Puis il vint vers moi…
Il se posa devant le guichet derrière lequel, modestement, j’œuvrai… il s’inclina…
Et, dans une langue japonaise académique, il me demanda si je connaissais la référence d’un livre qui retraçait le Shikoku… le célèbre pèlerinage qui relie 88 temples… sur l’île éponyme…
J’en fus tellement abasourdi que je ne parvins pas à articuler une réponse…
« Aurais-je commis un lapsus ? » demanda-t-il.
Je m’empressai… me rétrécissant humblement en excuses… confirmant que sa phrase était parfaite… et moi, très imparfait…
Notre dialogue dura longtemps… je pus vérifier que sa connaissance du japonais n’était pas superficielle, je lui communiquai plusieurs références…
Je le revis plusieurs fois… ce fut chaque fois un dialogue mémorable…
Nishizawa Gorō… s’inclina…
Josef gisait…
Je suis ému… je t’ai apporté un texte de Saint François Xavier… tu l’as tant cherché… ce sont les « Epistolæ San Francisci Xavieri alique ejus scripta… » d’époque authentique… Hélas, je n’ai trouvé que le second volume…
Barnaby qui venait tel un piranha de pomper du suc prophétique bourré d’énergie du prophète s’assit en tailleur sur son lit et entérina le prédicat de Nishizawa Gorō.
… merci « Marais ouest Cinquième »… la porte est derrière toi…
… au suivant!  

GI anonyme… car secret-défense… expliqua…
Josef… oh my friend…
… who is this man?
C’est difficile à dire… c’est un guy tout simple, pire simplet même… tout d’un coup… il t’expose des trucs que t’arrives pas à understand… il met en relation des forces que t’aurais jamais imaginées qu’elles puissent entrer en communication…
Tu vas voir… incroyable… quand il est arrivé dans le quartier, le premier jour, il est sorti pour se balader avec une coiffe de plumes de Peaux-Rouges. C’est ma famille qu’il dit… moi, parfois je dois le cornaquer pour aller au chœur du système.
Il arrive avec ses plumes à la place du bob… je me dis, il est fou ce guy, il va se faire éjecter… il entre… il salut pas, il s’incline, pose ses plumes, il écoute la question… je te jure… face à lui… y’a tous les huiles… qui l’entendent comme à la messe… je t’assure… recueillis les boss… OK, moi je pige nothing
En privé, comment il est Josef ?
Comment te dire… il est absent, il te voit pas… il s’adresse à des voix… que toi tu peux pas capter, il entre en connexion sur des tas de fréquences… dans toutes les langues qu’il répond…
Autrement… c’est un type bien… mais particulier… fou je dirais par certains côtés… vraiment totalement loufoque… mais pas fou dans d’autres… illuminé en somme… prophète même… Ouais…
Toujours impec de vêtements de propreté… et comme il fait la cuisine… un régal… parfois, c’est rempli de piments… immangeables… lui non !
Moi, je fais gaffe…
Je me distance d’avec lui… c’est un guy qu’est connecté avec trop de power… j’te jure… il a des dialogues avec un mec… Jérémie qui s’appelle… il aurait disparu avant Jésus… six cents ans before… un bail, quoi ça fait plus de vingt-six siècles… j’te jure… Je l’entends le mec… mais, I can not undertsand… je pige que couic… « on dirait de l’arabe qu’il jacte ! » que j’ai dit… « araméen » qu’il répond… « tu entends cette voix… eh bien, c’est moi à l’époque… où je vivais en Égypte… »
Ouais, moi, j’y suis été en Égypte… on a livré des mécaniques… avant de venir ici… eh bien j’te jure… là-bas c’est plein de cailloux… pas un arbre… que du sable… putain là-bas, impossible pour trouver une Bud fraîche mon vieux…
Qu’est-ce qu’il foutait là-bas le Josef ?
Tu lui poses la question… y dit qu’il méditait sur le rôle de YHWH… qui voit tout…
C’est qui çui-là  ?
J’y comprends absolutely nothing !
Il est total dans son cloud le mec…
Josef… mec… putain, tu m’as fait tellement plané… tu restes avec nous… Yeh !
Tiens je t’ai rapporté des plumes d’aigles que t’avais oubliées au dernier McGood!
Barnaby prit les plumes…
… GI Nobody… Ce témoignage est capital… il permet de comprendre que l’US-Army est divisée en deux… les GI’s d’un côté les Boss de l’autre…
… au suivant… ah ! salut padre… Don Giacometti

 Don Giacometti padre et prêtre catholique du régiment…
Josef… j’ai entendu ta voix… menu… émue… je suis venu…
Je me souviens…
Je suis sur le sol de Yokosuka depuis trois ans… mais toi… comment t’oublier ?
Ici, au Japon, la chrétienté n’est pas parvenue à s’installer, seul le quartier des Marines a permis son existence dans l’enceinte. C’est ainsi, je ne quitte pas beaucoup la caserne, c’est vaste, mais nous avons des boutiques qui vendent des produits de chez nous.
Au fond ici, on se sent comme en Oklahoma ou au Maryland…
Josef ?
Le premier jour que je débarque à la sacristie de la chapelle, il est venu me voir…
« Salve fili mi… » lui dis-je.
Il entre… il me salue :
« Ciao padre… di dove vieni dall’italia? »
« Mais je suis Américain! »
… de naissance ?
… yes, de naissance !
… pourquoi vous avez un nom italien ?
… c’est le nom de mon arrière-arrière-grand-père.
« Va bene ! Anch’io vengo da un’altra cultura… la tedesca! »
Puis, il commence à me poser des questions sur diverses énigmes de la Bible… il formule les questions en latin… puis en grec… en araméen… enfin en hébreu…
« Mon fils, lui dis-je, je crois que vous êtes bien plus instruit que moi dans le domaine linguistique des écritures… je ne suis qu’un humble prêtre, ma foi est mon seul viatique… j’avoue que je suis un peu désarçonné par votre présentation… je ne suis arrivé qu’hier, je suis à votre disposition si je peux par la suite répondre à vos attentes !
« Ciao Padre ! »
Il arrivait souvent… il me demandait des livres… des textes… anciens sur les écritures dont je n’avais jamais entendus parler…
Tiens, je t’ai apporté le fameux Hagakuré de Jocho Yamamoto en japonais du 17ème siècle que tu recherchais…
Un jour…
J’appris qu’il était lié à Jérémie le prophète…
Il connaissait le livre par cœur… enfin… les deux livres : la version grecque et la version hébraïque… sans oublier les variantes…
Je l’interroge… admiratif…
« À l’époque, dit-il, Dieu m’a choisi pour être prophète. Dieu m’a dit « à coup sûr, ils combattront contre toi, mais ils ne l’emporteront pas sur toi, car je suis avec toi dit Yahvé pour te délivrer !… c’est pourquoi je suis ici ! »
… Josef tu parles de Jérémie ?
… non, je parle de moi !
Je n’ai su quoi répondre.
Ma connaissance de cette parenté s’arrêta là… sauf que ce garçon est une véritable encyclopédie… sur les prophètes… autant que sur d’autres sujets !
Il m’a raconté les épreuves de Jérémie alors qu’il était en Égypte… d’où il n’est jamais revenu… Je ne sais quoi dire de plus sur cet homme…
Quant à sa foi… c’est un mystère !
Le padre se signa… un signe qui ne trompe pas… il signait son humilité… signature d’un non-savoir qu’il reconnaissait… une attitude qu’il fallait signaler…
Don Giacometti devant le gisant Josef fracassé muet… observait l’entropie en marche tel l’aigle qui lui bouffait le foie pour régénérer le colon… Sisyphe l’autre antique… en direct…
… OK padre… lorsqu’il se réveillera on lui fera part de votre visite…
… bénissons mes frères… ce passionné de compassion… 

… Ciao ! souffla Barnaby impatient… la porte fut à peine close qu’il se jeta sur un paquet de Mikko glacés… jouisseur va!

                                            Et c’est ainsi que murmurent les tortues blondes

                                                                       Gentilés  
                                                                       Si le voulez bien
                                                                       Lisez suite jour prochain
… vous pouvez aussi charger le lien des éditions Alain Iametti sur votre moteur de recherche : https://www.editionsalainiametti.com/
vous trouverez les opus édités…
                                                                                  
L’Ange Boufaréu, alain harmas 

 

 

 

Où Josef-Jérémie retrouve Barnaby Parker à l’hosto US…

Visits: 17

8… take care Barnaby… I’m coming…
… notez la réactivité…

Josef Schmitt allait tout droit vers une glorification de son génie, le prophète partait, réanimer son « protecteur », c’était écrit, enfin presque… il méritera la médaille ad hoc.
… Parker est alité… depuis…
… je n’ai rien reçu… décréta le surveillant de Josef…
… mais, il ne sait pas ce que les Tortues Blondes… ont annoncé…
… certes mais… tu dois rester… les messages en ton absence Josef ne seront lus.
… j’ai pas besoin de tes bécanes… je suis branché sur les mots clés… ça arrive en flux tendu dans ma tronche…
L’officier surveillant… était déchiré… entre la vie de Barnaby… et la traduction des messages… autrement il ne devait pas lever son cul…
«… pourtant, j’étais opérationnel sur tous les tableaux… j’écrivais mon futur…»
« Tu es le meilleur Josef-Jérémie » se dit-il dans le creux de l’oreille. Il me faudra trois paperolles pour résumer ce moment.
J’étais parvenu au point médian de ma logique… celle que je poursuivais depuis le jour où je frappais trois fois mon front aux pieds de Franziska. Ah ! Il m’en avait fallu du temps pour que la technostructure reconnaisse mes mérites. Mais qu’importe, j’étais dans les pas de Jérémie. Le verset pavlovien du livre saint revint immédiatement à mes synapses en éveil :
« Oui, mon peuple est bête ; écrivait Jérémie.
   Ils ne me connaissent pas.
     Ce sont des enfants bornés ;
       Ils ne peuvent rien comprendre.
         Ils sont habiles à faire le mal ;
               Faire le bien, ils ne le savent pas. »

L’art venant… j’étais missionné par la superstructure tout en conservant ma couverture anonyme de vulgum pecus transcendé par la puissance du verbe de Jérémie… je réalisais enfin cette alliance trinitaire que tout lanceur d’alerte rêve d’incarner.
Et j’allais voir celui qui se fracassa devant moi… bien inutilement… à la face du monde, j’allais faire le bien ! Enfin.
« La séance est close ! » conclut l’officier gardien… j’observais… un détail… mais lourd de conséquences…
Le tétrarque émit une aimable invite : « Prenez donc du souci… » selon une antique coutume née aux temps Gallo-Romain… que César lui-même signala dans son génial « Guerre des Gaules. »
Nous nous levâmes, au rythme de nos corps alanguis…
Je sortis de l’enceinte, doublé par une putain de mouche espion rescapée du DDT qui fonça sur le MP… surprit par cette agression mystérieuse, il l’esquiva d’un authentique entrechat… elle disparut… l’agression aussi !
Nous allions au chevet du fracassé… nanti d’une double mission… lui révéler qui était Casque d’Or… et accomplir ma mission que je m’étais assignée en tant que « Somebody-leak » que j’étais devenu… et que personne ne soupçonnait…
La superstructure avait bien fait les choses.
Sur le parvis du bunker attendaient une ambulance, un command-car suivi d’une « Jeep », un char de type M26 Pershing armé… sorti du musée… les autres étaient en manœuvre. Des voltigeurs fantassins encadraient le véhicule sanitaire équipé de chenilles à cause de la pluie… une sublime croix rouge telle l’icône désignait sa fonction salvatrice. On se trouva dans une configuration en colonne, chaque truck avait un conducteur, c’est utile, trois hommes en armes équipés d’US M1 : calibre 9 mm, excellent pour les perdreaux…
Josef-Jérémie, monta dans l’ambulance placée au centre du dispositif.
Cette formation avait l’avantage de masquer la véritable identité du passager, dans une mise en scène hyperbolique hollywoodienne, qui pourrait être utile si d’aventure l’occupant fût pris d’un malaise ou si l’hôpital vers lequel on se rendait se trouvait en manque de solutions médicales…
Un ordre de mission estampillé des services secrets de l’Empire fut remis au conducteur qui ouvrait la marche, car jusque-là le déplacement était secret.
Ainsi, dans une discrétion authentiquement discrète des services secrets, les trois véhicules s’ébranlèrent, sous la houlette vagissante du gyrophare de la croix sanglante… encore dégoulinante de peinture fraiche.
Le convoi rôdé aux multiples exercices fut prudent dans la cour du régiment libre d’indigènes et de snipers débusqués… l’espace était sécurisé. Il ne fallut qu’une courte minute pour traverser l’espace et parvenir au pied de l’hôpital situé en périphérie… des quatre hectares de la place d’arme.
Ce bâtiment fut érigé en deux ans à peine, équipé des dernières techniques médicales. Le tout gracieusement offert par ce peuple japonais avide de dons sous forme de Yen, une monnaie archaïque que ces gens baillaient à l’US-Land échoué bien par hasard sur ce sol instable fracturé d’îles…
C’est dans ces profondes réflexions que Jérémie-Josef ouvrit la porte principale du bloc « Ku » spécialisé dans les affections inconnues au bataillon…
Les GI giclèrent des Jeeps pour sécuriser sa sortie.
Au milieu de cette haie d’honneur armée d’US M1 calibre 9 mm US-made pointé sur l’ennemi invisible… il escalada la volée de marches d’escaliers d’un seul mouvement au pas de gymnastique.
Le seuil franchit, il fit tomber la pression sanguine à l’étiage requis par le manuel du parfait prophète en mission le « Faire du bien en 10 chapitres » condition sine qua non de réussite : soit quarante-deux pulsations-minute.
L’espace était lumineux, d’une blancheur virginale, le personnel était lui-même vêtu de blanc pur, la lumière d’une clarté diaphane irradiait sans obstacle, plusieurs peintures photos gravures angéliquement lactescentes ornaient les murs, les sièges tout autant présents offraient leurs coussins pour une pause autant impulsive qu’immaculée… Bref, l’espace illuminé était à l’image des états d’âme de Jérémie-Josef qui rappelons-le venait « faire le bien » à ce pauvre couillon de colon qui s’était fracassé bien inutilement… Jérémie-Josef s’approcha d’un comptoir où œuvrait une préposée aux accueils…
Il allait poser une question…
Lorsque…
Là…
Josef… eut le souffle coupé… en découvrant la femme…
… Hissa LUNA ! parvint-il à dire devant cette… apparition…
… c’est pas ici ! répondit-elle
Quel mimétisme ! Elle avait la taille de LUNA, elle avait la couleur de LUNA, elle avait les mêmes seins que LUNA, elle avait la même blouse immaculée que LUNA, mais ce n’était pas Hissa…
Il se reprit… il révéla le but de sa mission… à voix basse.
… troisième étage… porte numéro 369… attention à la marche !
Et déjà, elle s’était rebranchée sur un autre secteur du cosmos…
Il ne prit pas immédiatement son élan, cherchant à comprendre le phénomène qui l’avait conduit à confondre Hissa LUNA avec cette technicienne des accueils, elle leva la tête…
… t’as pas capté ? dit-elle en langage codé.
… je supputais… sur ma dernière “madeleine”…
… “et encore du proustien”… soupira-t-elle…
Cette couleur de peau, cette poitrine, cette voix… lui avaient joué ce tour…

take care mec… s’entendit-il émettre… à voix très basse… « et pourtant elle a en a tout le style… »
Jérémie-Josef profita de ce moment d’inattention pour suivre sa voie… au troisième étage… porte 369.
Le bain de lumière de l’hôpital dans lequel il était immergé rendait ses neurones réceptifs à la moindre nuance, il comprenait à présent pourquoi il avait confondu la réceptionniste avec Hissa LUNA.
Elle avait des lunettes de soleil que ne portait jamais Hissa LUNA, il avait alors émis l’hypothèse que c’était une stratégie pour qu’il ne la reconnaisse pas.
Josef alors se sentit rempli d’allégresse, sa bonté devenait palpable. Le mot était porteur séduisant affectif… il palpait l’impalpable… il se sentait concrètement devenir ontologiquement prophète… un chiasme approximatif se présenta soudain à son encéphale actif, il disait :
« Penser prophète, prophète deviendra. »
À preuve, il était missionné pour soutenir le fracassé.
Il allait « faire le bien ».
À cloche-pied, il doubla en courant, trois infirmiers et une pauvre femme arthritique. Devant ce vent de bonté ils s’empressèrent de se plaquer contre le mur pour laisser passer ce tourbillon de grâces compassionnelles qui inondaient Jérémie.
Là, il parvint en haut de l’escalier devant une nuée de portes en enfilade fermées dont la première affichait 400… il avait seulement retenu le chiffre des dizaines un 69… Il prit son élan dans le couloir en perspective de boulevard et arriva devant la porte immaculée dont les deux derniers chiffres étaient 69… il ouvrit, bondit… et tel le bon Samaritain ouvrant les bras de joie…
… je viens t’aider… lève-toi et marche Barnaby…
… putain… ho ! Mais qu’est-ce qu’il vient foutre ici cet abruti dans mon bloc opératoire au moment de l’ablation de la moitié d’un colon… tu te casses mec !
Et le prophète, éjecté, toute compassion bue, se retrouva dans le couloir…
Hélas…
Souvent la juste voie emprunte des chemins de traverse, qu’il faut avoir l’humilité d’accepter.
Josef moins allègre, mais tout aussi déterminé à exprimer sa généreuse compassion à cette andouille qui s’était bousillée, dut admettre que parfois l’illumination conduit au noir disant… car le couloir du troisième recelait des néons eux aussi bien faiblards.
Le boulevard était sombre, la moquette trouée, le décor prenait la couleur des états grincheux de conscience des gisants, ce qui l’émerveilla, tant son pouvoir de prophète, devenait grand que d’accorder le gris des lieux aux états de service en carafe des occupants…
Il s’imaginait du haut d’un promontoire tel le prophète à Bénarès qui, d’une voix séraphique haranguait les milliers de fidèles rassemblés…
… vous cherchez quoi ?… apostropha un quidam qui passait par là…
… un colonel fracassé ! souffla Josef-Jérémie.
… artère 369 ! le sentier des derniers instants !
… c’est loin ?
… en général proche de la sortie… un étage plus bas… première voie à gauche… si vous avez de la veine… il lui reste un capillaire encore à cœur de vous accueillir… il vous attend… mais grouillez-vous si vous voulez tester votre compassion !
Son sang ne fit qu’un tour… ho ! là… il fut enfin devant la 369…
C’était une porte banale… blanche… non vitrée… elle avait une poignée en forme de bec de canard… fort bien ouvragé qui retint longuement l’attention du messager. Ce détail était atypique… il ne sut pourquoi… il saisit le bec et dans un grand élan ouvrit la porte qui cancana caqueta nasilla… ce qui expliquait ce bec atypique… nullement étonné… il se propulsa en avant, les bras largement ouverts tel le prophète et annonça :
… Barnaby… c’est moi… je viens te requinquer…
Il régnait, dans la chambre, une atmosphère chargée de miasmes nauséeux morbides négligés… Josef-Jérémie s’approcha du gisant… un fossile émergea des plumes…
… encore toi… enfoiré… tu viens finir ce que tu as commencé ?… éructa la forme informe.
Josef fut liquéfié de miséricorde… son être se fondait littéralement dans le corps du gisant afin de le rétablir à l’état sain.
Il chercha une chaise, il n’en trouva pas, avisant un coffre il le tira jusqu’au lit pour s’asseoir confortablement dans ce campement précaire, il prit la main du patient. Elle était hérissée de multiples branchements qui reliaient la carcasse à une batterie d’écrans…
… tu n’as pas la chaîne Super-Déo-Gratias ?
Le colon était effondré d’émotion par l’effort qu’il avait généré pour recevoir le prophète Josef-Jérémie…
Le GI scruta longuement les programmes sur les écrans… les images n’étaient pas bien gaillardes, des histogrammes, des électrons qui défilaient, des courbes qui tortillaient comme des vers… le son cliquetant renforçait ce climat méphitique tel un décor de Frankenstein…
… comment voulez-vous que ce pauvre homme puisse se régénérer dans cet espace clos ?
Fut la pensée dominante de Josef…
Il fallait agir.
Il se leva pour ouvrir grand les fenêtres… aussitôt résonnèrent des sirènes hurlantes qui annonçaient la bonne nouvelle…
et factum est ! Jubilait le prophète, qui éperdu devant les ventaux déployés guidait le souffle du soir vers le moribond afin de le régénérer…
Et l’air fut…
… putain, c’est encore lui…
Une équipe de combat surgit… six paires de bras éjectent le prédicateur dans le couloir gris… les démineurs foncent pour boucler les fenêtres de l’espace aseptisé spécial Barnaby…
D’autres s’agitaient autour du lit…
Ignoré, Josef fut seul… relégué dans la coursive sombre… il ruminait sur l’incompétence humaine qui s’acharnait à priver les corps en état de faiblesse des souffles cosmiques… enfin n’était-ce point lui qui venait réconforter cet homme ?
… ça fait plusieurs semaines qu’il est là… sa femme, sa maitresse, ses amants, ses fils ses filles sa concierge son percepteur viennent tous les jours… souffla une assistante médicale que l’on nomme ici : infirmière qui venait d’arriver derrière lui sans être annoncée.
… plusieurs semaines ! murmura Josef.
… vous attendez quoi ?
… je suis venu le réanimer…
Elle le regarda… suspicieuse… puis ouvrit légèrement la porte…
… vous pouvez entrer… les ouvriers ont terminé…
À pas d’ombre, il franchit le seuil… les hommes de l’art posaient des scellés de cire rouge sur les joints des huis… le colon semblé regonflé, les joues rosies par le souffle du vent d’Est, les yeux brillants en verve…
Josef observa la métamorphose survenue grâce aux fenêtres déployées pour que le grand air de l’au-delà spatial soit là.
… bon… la fenêtre est condamné à présent !
Les experts entravaient l’ouverture avec un solide madrier…
… si tu veux être charitable… laisse-la fermée !
… mais c’est mon vœu le plus cher…
… reste en low-cost… laisse le respirer avec les machines, c’est fait pour ça… fout lui la paix avec ta bondieuserie !
Gens de peu de foi…
Jérémie disait déjà :
« Comment pouvez-vous dire :
« Nous avons la sagesse.
            Car la loi du Seigneur est à notre disposition
               Oui, mais elle est devenue une loi fausse sous le burin menteur des juristes.
                      Les sages sont confondus, ils s’effondrent, ils sont capturés ;
                                Ils méprisent la parole du Seigneur : en quoi, donc
                                        Peuvent-ils se dire experts ? »

Les experts sortirent… Josef put s’asseoir sur la malle…
Il reprit la main du patient… l’autre refusa ce lien tendu au-dessus des aigreurs qui occupaient son cœur.
Josef croisa alors les mains, il attendit que le corps meurtri s’exprime… mais le discours qui vint ne fut qu’un tissu d’incohérences…
… pauvre homme… ! murmura Josef observant les articulations blanches, privées de sang à force de subir la tension de sa compassion…
Car Josef souffrait.
… Attends… je prends mon élan… souffla le dégradé…
Il soufflait telle une mère en phase d’expulsion…
… c’est ça recueille-toi !
… Putain… avec ta connerie… ma première étoile… filante mon ami… elle a filé… une comète… même pas une poussière d’étoile… non, mais on n’a pas idée de faire le guignol devant le général qui est venu causer d’une traite de Washington en vingt-cinq escales… pour consulter ses geishas… alors que c’est moi qui commande le régiment… putain tu aurais pu attendre un mois de plus…
… tu savais ce qu’il venait faire le guy « Trois-Étoiles »…
… sans doute…
… il venait m’annoncer la bonne nouvelle… le shériff à Washington allait m’accorder ma première étoile… tu aurais pu attendre avant de claironner tes « Prédicats »…
Quand je pense que je t’ai connu morpion à la recherche de ta Franziska… au fait, tu l’as retrouvée ?
Josef-Jérémie, silencieux, recueilli, était en recherche de lien… Barnaby pleurait comme… comme quoi au fait… ben il pleurait…
… et comment je vais faire à présent… hein pour payer mes cours à l’opéra-ballet de Kyôto… tu le sais que j’étais un fan du Nô… que ma maîtresse geisha ne communique qu’en Nô.
… tu avais encore changé de genre ?
… bon d’accord mon amant ne susurre qu’en Nô ! Je suis déclassé, Josef… par ta faute… moi qui t’aie vu jadis, à Pittsburgh dans ton école pourrie… au fond de la classe… tu ne faisais que des pitreries… je t’ai pris sous mon aile… voilà comment tu me remercies…
… en même temps tu baisais Hissa LUNA ?
je me sacrifiais pour toi…
… tu savais que je parlais toutes les langues…
… je t’ai hissé au firmament…
… hélas tu me Hissa au firmament… pour ta poire et le cul de LUNA… comme un montreur d’ours… j’étais ton hochet… je traduisais… tu prétendais en être le créateur… tu empochais les dollars… tu gagnais des galons… des entrechats… des pouvoirs… des sièges pontificaux…
… je vais mourir… je ne me verrai jamais dans le rôle de Shiite que j’ai toujours voulu incarner dans ces quadrilles Nô… oui, le personnage principal d’une pièce Nô… j’aurais pu jouer des tas de rôles y compris féminin, ce qui est ma nature profonde…
Alors…
On dirait que Josef-Jérémie sanglote… l’auteur a bien écrit « sanglote », mais c’est une erreur en réalité (Note du N.D.L.R, qui ne modifia pas l’œuvre… il voulait dire : sans glotte… autrement dit, Josef se tait… mais allez savoir… )
… et en plus tu es assis sur mon coffre à Miko…
… Allez matelot… reprends-toi… du nerf… non je n’ai pas de mouchoirs… prends ta liquette…
Pour Josef le coup des souvenirs est rude et mimétique défile le film de sa vie…
… Hissa Luna, Barnaby, Rosalie, Franziska, Gottfried, Yépa sa mère…
Soudain…
… Mutter… ! murmura Josef qui s’effondra sur le sol.
… putain… il me joue encore un de ses tours, éructa le colon… Barnaby se lève, débranche les tuyaux et en pyjama part en courant dans le couloir à la recherche d’un expert…
Il lui suffit de deux minutes… il connaissait bien les lieux pour trouver ce qu’il cherchait… le techno diagnostiqua…
… un authentique mutatis Jérémius ancéphalisium infarct facti sum…
… et en langage codé : demanda le colon.
… bèèè ! un infarctus !… mais une forme très rare l’Infarct-prophéticumen fait c’est le syndrome de la compassion du système Guanyin… il a fait un transfert qu’on nomme : l’inégalité de Clausius… son énergie s’est barrée pour se rencarder dans votre buffet… une sorte d’entropie déséquilibrée…
C’est ainsi que Josef… s’éveilla huit jours plus tard, chambre 369… dans le lit jumeau de celui du colon… harnaché tout comme lui devant de multiples écrans…
Diagnostic : infarctus mimétique compassionnel prophétique… nouveau venu dans les registres médicaux…
Lorsqu’il ouvrit les yeux… le colon l’entendit dire :
… et depuis… sanglotent les Tortues Blondes !
… sans doute une révélation ! pensa Barnaby
… tu ne sais pas Barnaby… mais Casque d’Or sera le nouveau Shériff !
… c’est qui ce mec…
… c’est lui qui te donnera ta médaille… en forme d’étoile… tu l’as connu jadis à Moscou… oracle de Jérémie !
… j’m’en souviens pas de ce mec… t’as ben fait de venir… je me sens redevenu tout gaillard… c’est qui tes Tortues Blondes ?
… mes sources… pures… on dit : “die Quelle” dans la langue de Gottfried…
water source… en somme !
… mais non… c’est une métaphore…
… putain Josef que tu es compliqué…
« Si l’on voulait conclure… temporairement… on pourrait dire bien des choses en somme… contentons-nous de ce que nous savons… la fin de ce chapitre a révélé que : le colonel Barnaby est un spécialiste de l’opéra Nô… qu’il a rencontré Casque d’Or à Moscou… il semble l’avoir oublié … sauf que Parker sait jouer la comédie celle du Nô… là on a bien raison de penser ce qu’on pense… et depuis murmurent les Tortues Blondes. »

                                             Et c’est ainsi que murmurent les tortues blondes

                                                                       Gentilés  
                                                                       Si le voulez bien
                                                                       Lisez suite jour prochain
… vous pouvez aussi charger le lien des éditions Alain Iametti sur votre moteur de recherche : https://www.editionsalainiametti.com/
vous trouverez les opus édités…
                                                                                  
L’Ange Boufaréu, alain harmas 

Où Josef-Jérémie révèle l’avènement de “Casque d’Or”

Visits: 81

… 2 heures 47 minutes 7 secondes… dans la nuit… on frappa à la porte…
… tôt le matin…

Dans son fauteuil… le GI Josef… peine à quitter les souvenirs de ses jeunes années… qu’il revisitait…
La flamme cosmique le soutenait, il se leva…
Guanyin était sereine…
Josef ouvrit…
Devant lui un officier en parfaite tenue de travail…
Qui…
Sans cérémonie… énonce…
… salut Josef… fils de Gottfried et Yépa… en l’absence de Parker Barnaby… il y a urgence… tu vas me suivre séance tenante, même si l’heure n’est pas tentante… direction le bunker… il faut décoder un message… tu le sais… il n’y a que toi ici qui le puisses…
… tu observeras… que je suis resté en tenue de combat… j’attendais… car l’oracle ne trompe jamais…
Josef alors chaussa ses rangers… pulvérisa sur sa face un flot de sent-bon au coquelicot japonais du matin…
Coiffa son calot…
Saisit son sac à dos… qui ne le quit… on l’a déjà dit.
Oh ça va ! il suivit donc… le pouvoir de conjoncture, le temporel ; car le pouvoir de jure était quasi occis à l’hosto…
Lecteur… sache qu’avant d’être GI… Josef fut enfant…
« Hé, tu portes quoi dans ton sac ? »
Josef portait depuis sa naissance une besace, elle ne le quittait jamais… ben parce qu’elle contenait entre autres : sa bio en cours de rédaction, son manu-script révélateur révélant les révélations ontologiques de l’être. Mais ce n’était pas tout…
La besace recelait aussi des ciseaux, des stylos, des crayons, des carnets de papiers vierges, des rouleaux de papiers adhésifs, des rouleaux de papier-cul et même un couteau à multiples lames, car Josef avait une sainte horreur des mutilations. Lorsqu’il feuilletait le manu-bio, soudain inspiré, il rajoutait un codicille, il collait alors un ajout, une pensée…
Ainsi, certaines pages se dépliaient en multiples feuillets comme le ferait un jeu en accordéon pour bambins en papier découpé.
Il avait repris cette idée qu’il nomma « paperolle » en mémoire d’un écrivain français dont il avait oublié le nom… son bio-scriptural avait ainsi, des allures proustiennes !
Josef avait ce côté artisan du cortex…
Cette besace était souvent un obstacle à son projet de communication messianique. Par exemple, lorsque, costumé en GI, plus tard, il traversa les fuseaux horaires en aéronefs, il quitta sa ville natale de Pittsburgh pour rejoindre son lieu d’apostolat au bord du Pacifique. Il fut arrêté et fouillé comme un vulgaire migrant, son sac fut étalé sur les tables du custom des jugements derniers des besaces.
Toute honte bue, le prophète, en ramassant ses biens pour les fourrer dans son sac, évaluait le travail d’évangélisation qu’il devrait fournir pour que la liberté des besaces retrouvât sa paix.
Tu te souviens lecteur de ce moment où enchaîné dans l’ergastule, il tournait les pages de son manu-script.
Assis en position du Lotus… pour assouplir sa colonne vertébrale… il entreprit de coller une « paperolle » qui illustrerait en détail profond le temps encore si proche de son enfance.
Il avait lu à voix basse selon l’art des récitants psalmistes… ceux branlant la tête… la mélopée calma le peuple incarcéré…
« Je naquis jadis… forcément, pourrait-on dire puisque c’était écrit… la matrice maternelle en fut éblouie… ce temps fut court d’après mes informations hélas sujettes à l’érosion du temps peut-être même à cause d’autres carences…
On me l’a rapporté, je ne parlais pas, je ne marchais pas, je ne manifestais aucun désir de lien avec l’espace proche, j’en avais déjà assez vu sur ce monde. Ces gens, dits adultes, ne me posèrent jamais la lancinante question qui aurait dû être la leur « qui es-tu ? »
Ils radotaient inutilement sur les seules questions des normes sociales quant à accomplir sa première éructation à dix mois et son premier pas à onze… que tous les parents partagent en cancanant avec les voisins quant à la précocité de leur rejeton… moi le mien est plus mûr que le vôtre… arheu ! arheu !
Le doigt des ignares plutôt que la lune… je les observais, ils ne se doutaient point que dans ce parc de trois mètres carrés, assis tel un bonze, je méditais déjà sur Spinoza à un âge où les autres couraient derrière les filles pour leur tirer les couettes.
Je me souviens parfaitement de ce jour où j’atteignis les trois ans et quelques semaines, assis au milieu de mon espace, dire à ma mère mes premiers mots :
« Aujourd’hui, le soleil se couchera à neuf heures ! »
… et sa réaction : elle laissa choir la soupière de terre cuite emplie de Katoffelsalat que mon père venait de cuisiner, le seul plat qu’il savait préparer. Patates chaudes aux oignons et outils pour les servir se satellisèrent au sol dans un brillant jaillissement dont le cosmos garde encore la trace… puis vint le hurlement de mon Vater… qui jura pesta et sortit en claquant la porte de la ferme que nous occupions à Pittsburgh en Pennsylvanie…
« Il parle Gottfried… un miracle ! » balbutiait ma mère.
Nonobstant, cette évolution n’apporta point réconfort à mon père qui ce jour partit à jeun, dans sa Ford T2, manger un vrai hamburger chez « Ein Guter Freund, mit einem Kamarad »
Ma mère privée de Kartoffelsalat se nourrit alors de la merveilleuse révélation… qui la rassasia.
« Mon petit, il parle ! » personne, à part moi, ne fut là pour entendre cette révélation émue.
Le peuple est ingrat. Il m’avait fallu trois ans quelques mois quelques jours et un soupçon de minutes après avoir incubé digéré entendu tant de mots par-dessus ma tête attentive, enfin je causais… une formalité.
Et en plus « il parle bien ! » comme si j’allais faire les choses à moitié… oh ! Gens de peu ! C’est là que je rajouterai une paperolle… avec cette parole du retour de l’enfant prodigue de Jérémie :
« Moi je m’étais dit : « Oh ! Comme je voudrais te distinguer parmi les fils
Te donner un pays de cocagne
Un patrimoine qui soit parmi les nations
D’une beauté féérique »
C’est ainsi que du jour au lendemain, je jactais pur et dur.
Ma mère à genoux priait le très Saint Frusquin et implorait la madone de faire un second miracle : celui de me faire marcher pour que la prophétie s’accomplisse… ce qui ne manqua pas de survenir quelques espace-temps plus tard… deux mois, trois semaines six jours exactement… et… un matin… je sautai par-dessus la clôture du parc de trois mètres carrés, j’entrai dans la cuisine en criant :
« Noch mal Bratwurst, nein danke! » là mon père se précipita sur ma mère qui tenait un grand plat de saucisses grillées et évita la seconde catastrophe causée par ma spontanée mutation… le déjeuner du matin fut sauvé…
Ma mère se plia à genoux les mains croisées en invoquant une vierge Indienne dont nul ne connaissait l’existence… mon père succinctement dit « Mange, on part dans dix minutes ! »
« Mais Gottfried, tu ne te rends même pas compte que cet enfant parle et marche ! »
« Ben depuis le temps qu’il se repose on ne va pas en faire des patates chaudes, je le conduis à l’école !
« Gottfried… tu plaisantes ! »
« Que non, ce gosse est précoce… il faut en faire quelque chose ! »
Là, j’eus droit à un débat fort profond sur le sens de la précocité.
Ma mère soutenait que j’étais retardé dans ma croissance, il fallait me couver… mon père décidant qu’un enfant qui se met à jacter correct après trois ans de silence… et surtout qui refuse les Bratwurst à trois ans six mois et basta… ça, c’est pas normal… autrement dit anormal… donc précoce !
Ce fut tout…
Là, je pris ma besace pleine d’outils utiles à mon devenir… je me servis des délicieux Kartoffelpuffer assaisonnés de Meerrettich quatre tranches de Schwarzbrot allongés de Fleischkäse, puis je m’habillais et nous partîmes dans la FordT2 de mon Vater…
Direction l’école… là je dois coller plusieurs paperolles…
Bref après un certain nombre d’événements… à l’école primaire… plus tard, je parvins à l’université…
Mais d’abord ce jour-là je rencontrais Franziska… et ma vie fut chamboulée à jamais.
Il faut que je rajoute une « paperolle » pour instruire le lecteur quant à notre art culinaire. Sachez brièvement que mon père est un migrant Allemand… et ma mère une… il faudra aussi une « paperolle » seulement pour sa généalogie fort complexe, car… son sang est Algonquin, mais sa langue est un composé… le innu-aimun coule dans ses veines ajouté d’un fort débit de psaumes en latin et en français que les bonnes sœurs de la Charité de Montréal inoculèrent dans ses neurones… le tout est d’un exotisme fort étrange qui stupéfia mon Vater… qui n’a pas cessé… je parle de sa stupéfaction.
Donc, j’arrivais à l’école… ce ne fut pas un grand jour…
C’est à ce moment que le carillon de l’huis de son home avait résonné… Josef s’était levé, il s’était parfumé, il avait coiffé son calot, il avait pris son sac à dos… il avait salué Guanyin…
Il suivait le sherpa… car…
Josef-Jérémie était le guru du décodage des renseignements, il parlait parfaitement quinze langues et une bonne dizaine artisanalement, il avait la capacité de mémoriser une page en un clic, fautes d’orthographe comprises, il tipait les yeux fermés sur son laptop à la vitesse de l’éclair… un démiurge du clic and clac.
… suis-moi Josef… c’était un ordre.
… O.K boy…
Un véhicule militaire attendait la sortie du vénérable, le chauffeur muet d’admiration… leva le pouce de la main droite, lui fit un clin d’œil, pendant qu’il s’installait sur le siège arrière flanqué de son officier d’ordonnance.
Et l’on partit rejoindre l’unité secrète.
Comme tous les bâtiments de l’armée le « blockhaus » à l’étymologie germanique que certains appelaient le « chiffre », était un bâtiment d’aspect militaire de couleur militaire de fonction militaire, mais avec une particularité… essentiellement militaire…
Là, je dois baisser la voix pour énoncer cette étrange anomalie, car aucun titulus ne renseignait le quidam quant à l’utilité de ce bunker.
Il se présentait telle une verrue anonyme posée à la lisière du stade, on jurerait que cette casemate échevelée tel un hérisson aux mille antennes avait été érigée là, en guise de vestiaire pour les centaines de GI qui aux heures perdues venaient s’époumoner en additionnant de multiples tours de piste…
Le command-car s’arrêta, grand seigneur, sur le morne pas-de-porte gardé par deux molosses-sentinelles, Josef et son cornac giclèrent… si, si, c’est le terme martial indiquant la sortie du véhicule, ah ! on l’a déjà dit… ils se dirigèrent résolument vers la porte… devant laquelle il fallut montrer patte blanche.
Josef posa sa main sur une plaque qui immédiatement reconnue le saint homme… en s’illuminant d’un beau vert fluo, le cicérone, fit de même et la porte s’ouvrit.
Une forte jouissance étreignit Josef… en toute modestie !
Ils furent accueillis par un officier fort aimable pas du tout arrogant… il aurait pu l’être car Josef n’était qu’un misérable première classe… sauf que son niveau de sapience était tel que toutes les hiérarchies ne pouvaient que se soumettre.
Ils suivirent.
On pénétra dans une sombre pièce… où attendait une pléiade d’autorités derrière un immense plateau… recueillies… ce sont les huiles qui sont recueillies… pas le plateau…
Une place libre lui était réservée… sur l’autre bord… sur la seule chaise…
Seul… face à tous…
« Prenez cette place ! »
Il la prit et ouï ce court propos émis à voix basse… d’un porteur de barrettes qui en l’absence de Parker Barnaby tenait le rôle du boss principal… il était ému… forcément.
Le patron le regarda… intensément…
« 1ère classe Josef Schmitt,  nous avons deux écueils à affronter…
« J’ai là, c’est hyper confidentiel, un document, que nos services ont intercepté, mais, nul n’est en mesure de le lire. Nous oublions, votre art de la mise en scène… quant à votre discours devant le général… vous avez notre mansuétude… en échange, enfin en résumé, en conclusion il faudrait traduire ce texte… si possible fissa(sic)… il fit ça aussi… ce fut sous-entendu…
Sachez que les unités sont en alerte maximum… la paix ne tient qu’à un fil… celui de votre traduction… vous voyez ! »
Il vit !
L’autre fit silence pendant que le peuple haletant se taisait…
« Le second gros souci… c’est Barnaby Parker… il est dans un état grave… vous fîtes tant et tant voilà si peu… mais, il vous réclame… il m’a confié qu’il vous aime… vous êtes le seul qui puisse lui venir en aide ! »
Le silence se fit encore plus profond…
Les huiles attendaient la réponse du prophète… oracle de Josef…
L’orateur qui n’était point oratorien… déplaça des piles de documents qui le documentaient… la tension était palpable comme dans les meilleurs « wesseternes »… Il tira, l’ultime document enveloppé de papiers secrets… à l’intérieur reposait le message occulte…
Il le tendit à Josef…
Josef ouvrit, lut la page d’un clic…
On aurait entendu une mouche voler si le système anti-diptère au DDT l’eût permis… il était efficace… il ne restait donc que le son des souffles haletants, on captait même les grincements des vertèbres cervicales des hommes se tendre vers le scribe qui relisait tranquillement le texte… très calmement… soft-power en quelque sorte qui sied à tout prophète qui se respecte.
Ce fut le second moment d’une jouissance triphasée, il jubilait en lisant un vulgaire texte qui commençait par ces quelques mots :
« Kuei ! Tan Eshpanin ? »
Mais comme le texte est confidentiel, Josef ne le révéla pas. Il avait d’ailleurs l’intention de ne pas livrer immédiatement cette traduction à ces larves autour de la table, il fallait qu’ils s’amendent qu’ils se confessent…
« Alors ! » dit le chef orateur…
« C’est une langue polysynthétique archaïque à cheval sur plusieurs cultures dont la Sibérienne est sans doute une source…
« Et ?
« Et… je dois vérifier…
« Je comprends !
« Quand ?
« Dans quatre heures et quelques minutes… j’aurai la solution… il me faut me retirer pour…
« Sans doute… allez !
« Merci mon père ! Souffla Josef… devenu distrait.
En fait, Josef avait déjà tout compris, mais il se réservait la mise en scène de la révélation comme tout bon prophète qui se respecte, les généraux ne faisant pas exception.
Ce n’était pas la première fois que les huiles le priaient de traduire des textes qui arrivaient de tous les coins du monde. La plupart du temps, les papiers provenaient pour les plus sensibles, des services russes, chinois, coréens.
Ensuite venaient les « partenaires » en gros, les pays vassalisés soit par leur défaite en Europe ou en Asie… soit par leur ridicule taille… il y avait aussi les pays rémoras… comme la Pologne qui bêtifie devant la bannière étoilée, elle serait prête à sacrifier tous les Isaac comme le fit Abraham pour sauver un chapeau de l’oncle Sam… et se prosterner à ses pieds.
Chaque document « sensible » commençait par cette procédure complotiste dans la salle des pleurs du bunker. Des centaines de documents sans importance parvenaient ainsi, dans des langues, parfois parlées par un groupuscule de trublion ethnique.
Alors Josef faisait mousser la sauce, plus le texte était nul et plus long était posée la barre de l’attente… puis, comme tout prophète incarné, il apportait la délivrance au sénat ravi.
Il fut reconduit dans sa chambre par la même estafette… il occupait un autre bunker au premier étage, il avait vue sur le stade, derrière de très forts barreaux d’acier… mais nul ne pouvaient emprisonner une pensée métaphysique évanescente qui s’évadait à travers le verre et les aciers sans contrainte.
Il aimait son carré… nul n’y pénétrait… sauf Franziska… enfin l’aura de Franziska.
Il posa sa besace et sortit son manu-script.
Il devait réaliser un gros travail de paperolles pour analyser les actes.
Il fallait bien absoudre afin de gagner la paix.
Joseph eut un gros soupir au cœur.
Il ouvrit le manu-script :
« Ce jour, en ce dernier trimestre de l’an de grâce, mon corps physique réintégra mon cosmos que mon être astral n’avait jamais quitté… j’annule l’existence des murs, les cages Faraday malgré les armatures d’acier ma pensée rejoint sans obstacle la pensée de ma génitrice… ! Je relis le texte en innu-aimun que nul ne peut déchiffrer… une prophétie qui ne peut atteindre le rez-de-chaussée des trainants… que dit-elle :
« Salut ! Mon Petit… Tu vas bien ?
Puis, elle annonça la future consécration d’un élu extraterrestre au poste de président de l’US-Land qu’elle nomma « Casque d’Or ».
Jérémie en resta coi… tout ça pour ça… un vrai cinéma.
Josef avait déjà son idée.
Il fallait l’étayer… alors soudain, il lorgna son espace vital… un mur entier de rayonnages divisés en deux dans le sens de la hauteur est consacré aux dictionnaires des langues indo-européennes sur le flanc gauche et aux langues asiatiques sur le flanc droit…
Et…
Cet espace a été visité pendant mon absence, il suffit seulement de constater le déplacement qu’un abécédaire d’Abkhazie transhuma dans les linéaires Sibériens… ah ! ah !
Mieux ! Le poster célébrant un immense phallus qu’une gentille personne caresse avec une plume de paon… a été déplacé… oh ! oh !
À présent, Josef est certain qu’un supérieur imbu du règlement TI « Totalement Illégal » s’est acharné sur certaines punaises de l’image et ne parvenant pas à toutes les extraire a mal replacé celles qu’il avait en main… ailleurs… le papier en garde les stigmates… qui prouvent l’intrusion dans ce temple de la pensée.
Là, Joseph prit le temps d’une grande méditation… assis tel le sâdhu… il s’endormit.
Mais sa pensée poursuivait ses investigations… en fait, il découvrit que Casque d’Or était lui aussi un héritier des tribus Germaines venues coloniser l’Ouest… cette information irrigua les synapses du dormeur… et curieusement des textes en cyrillique vinrent distiller les états de service de ce futur shériff à la sauce ketchup…
Quatre heures plus tard, l’officier qui avait accueilli Josef Schmitt, monta les escaliers sécurisés, se présenta devant la porte du GI, il actionna le mécanisme que le sâdhu avait installé en lieu et place de l’ancienne sonnette militaire… un carillon harmonieux carillonna… hybride des temples Japonais et des Stupa tibétains… l’officier dut donc écouter la partition musicale en dixième de tons qui avait bien deux bonnes minutes à l’horloge cosmique.
Ce temps permit à Josef-Jérémie de paraître.
« OK sir ! »
Il suivit après avoir pris les mesures de précautions pour clore son home.
Il venait de découvrir la preuve que le couloir sécurisé ne sécurisait personne, à preuve, son domaine avait été visité… Ah ça mais !
Lorsqu’il pénétra dans le sombre bunker du sous-sol, les occupants semblaient sortir d’un long somme… peut-être était-ce le cas, mais Jérémie ne s’arrêta point à ce trivial détail, ces hommes qui avaient entre les mains un arsenal de moyens mus par des règles d’un vulgaire Monopoly… étaient désemparés.
Ils avaient compulsé toutes les dépêches empilées sur le bureau, chacun ayant un tas à lire. Il y avait là des dizaines de piles regroupant des dizaines de langues… ne croyez pas que ce groupe était polyglotte, que nenni, car tous les textes étaient traduits… en US-langage quotidien, tels ces papiers pliés que vous trouvez dans les appareils achetés au supermarché en US-langage made in Hong Kong… tous annonçaient que l’US-land allait élire un US-boss… pour quatre ans… dans la plus grande démocratie…
« Que le monde nous envie ».
Il avait lu cet apophtegme dans un canard de l’Ancien-monde, il fut séduit, n’était-ce point le rôle revendiqué par l’US-land… thème qu’il comptait traiter ultérieurement.
À présent, on était plongé dans le domaine du secret-défense… et la lancinante question se posait quant au décodage du texte remis en mains propres au traducteur sacrément polyglotte… et tronche à claques… en même-temps…
Mais que voulez-vous, tronche à claques ou pas… malgré les grades, les décorations, les tenues empesées des huiles, lui seul savait… quand il aurait révélé le message, on verrait… pour l’instant les hommes pratiquaient une mise en scène prévue dans le règlement : tête-basse-regard-haut… doucement arrogant devant le minus et cyniquement silencieux car ensuite « tu vas te prendre une branlée… mon gars ! »
Sauf que Jérémie savait… que ces rats de terre pratiquaient le double langage…
« Prenez place ! »
Il la prit.
Il déplia le papier au texte suspect… se perdit dans sa lecture… en hochant doctement la tête… trois fois selon le code du bushido.
« Messieurs… commença-t-il
« Traduttore, Traditore… est une paronymie… autrement dit un rapport lexical entre deux mots dont le sens diffère, mais dont la graphie ou la prononciation sont fort proches de sorte qu’ils peuvent être confondus…
C’est en quelque sorte une homophonie proche ou une homonymie approximative… exemple : ministre-sinistre… officier-policier… règlement-beuglement… and so on…
Dans le groupe, ce fut la stupeur-flippeur…
« Je reviens à l’expression italienne : « Traduttore-traditore » elle a un sens… et je vais le dire… « traduire, c’est trahir ! »
Mouvements dans la salle au seul verbe qui dépassait de l’horizon : trahir… jamais !
« Ce n’est pas la question, dit le traducteur… c’est la conséquence.
Je traduis, mais… il faut précéder le texte, de prolégomènes… puis d’interprétations…
« Énonçons-les…
« Expliquez donc dit le boss, sans les prolé-choses… allez au direct… nous sommes affranchis…
Jérémie redressa calmement la tête… il les regarda tous… en silence… long… de menace…
… ce n’est pas gentil de fouiller mon cosmos !
Effroi-pisse froid… ils auraient osé…
… vous devez savoir que mes dictionnaires sont sensibles à la place hiérarchique que je leur attribue… dans ma bibliothèque…
L’officier muet de contrition… baissa la tête…
« On ne le fera plus… on ne fouillera plus votre chambre !
… je vous absous… mon fils…
Psalmodia Jérémie, qui poursuivit.
… vous n’êtes pas sans savoir que notre Land Hégémonique de l’ouest va, selon les préceptes du Mayflower, changer de barreur… je reluque les piles que vous vous imprégnâtes quelques 240 minutes durant pendant que je perçai l’énigme de ce document. Que découvrîtes-vous ? Messieurs ! Je vais vous le dire… de la crème de bull shit… tartinée selon les normes hélas usitées par les sauvages acculturés du vaste monde. Ils veulent vous réduire en erreur… je dis bien réduire et non induire… car l’accouplement des deux mots donne une paronymie grotesque que je cite… vous qui êtes fort vaccinés depuis vos classes à West Point, Afghanistan, Asie, Afrique sub-saharienne… réduire-induire est à bannir… pour ne conserver que le concept de réduire…
… ça nous amène ou… la réduction ?
… à la traduction !
… enfin…
… oh ! Là ! Gens de bien… quittez votre confort de boutiquier… la voilà la révélation :

« Nous allons hériter de Casque d’Or ! »
Et c’est signé :
« Les Tortues Blondes ! »
Un sang-froid impressionnant d’inertie accueillit l’annonce de cette prophétie, nul ne broncha, tous se regardèrent, muets, partagés entre le rire et le coup de poing dans la gueule… le sang-froid n’hésite jamais dans l’art de la virile virilité… pour lors, le staff se tint coi devant ce canular.
Jérémie avait compris le dilemme… de ce mutisme.
« C’est une révélation… autrement dit… une prophétie… telle que la Bible ratiocine en longueurs de pages… ce guru ne prétend pas voir le réel… il ne voit que le futur qui se dévoile sur des carapaces de tortues que l’on chauffe sur un feu de bois d’oranger séché pendant sept cents ans…
Je vous le livre… toutes brutes de fonderie… il suffira alors à vos sagaces raisonnements de déterminer qui est ce Casque d’Or et quelles conséquences il a sur vos destinées… ce qui en somme est la seule préoccupation de votre confrérie.
« C’est tout ce que dit ce papier ?
« N’est-ce point suffisant ?
« Et vous, première classe Josef Schmitt… qu’en pensez-vous ?
« Je crains que les déplacements de mes dictionnaires d’étagères ne risquent de brouiller mes approches, je suppute grandement avoir dans le futur des difficultés pour parvenir aux traductions qui ne sauront point tarder, car la prophétie se révèlera… j’en suis certain… d’autres documents suivront… ce premier texte est primaire mais stratège… je suis certain que d’autres plus alambiqués suivront…
Là-dessus le prophète eut cette étrange parole :
Parce que depuis…
« S’interrogent les Tortues Blondes ! »
… c’est tout ce qu’elle a écrit… la…
Tortue Blonde… c’est tout, mais, dans un espace cosmique elles distillaient des hypothèses en cyrillique… je dois me mettre en connexion avec Franziska…
… le cyrillique a à voir avec la Russie ?
… c’est l’évidence…
… c’est complexe…
Alors…
L’énigmatique sentence enveloppa de mutisme les participants pendant que Josef repliait selon le mode règlementaire le document pour le remettre au porteur qui l’amena au conducteur de l’assemblée… lequel affirma :
« Nous ne toucherons plus vos dictionnaires… ni manuellement ni visuellement ! Je vous l’assure ! »
Puis, un hurlement ordonna un g’àr-d’à-v… suivi d’un :
« Rompez ! »
Ils rompirent, Josef fut gentiment conduit dans une salle attenante à celle qu’ils quittaient.
Jérémie revenait à son poste de travail, un terminal dans lequel terminaient des terminaisons, en tous lieux du cosmos. Là des imprimantes crachaient sans discontinuer les phagocytoses des liaisons entre peuples, le bunker en possédait toutes les clés.
Les écrans scintillaient d’animalcules vibrionnant…
L’officier-pion de garde… prit place non loin…
Les documents de la galaxie-US-espionne-Land s’accumulaient… à la grande joie de Josef, il n’attendait que les textes en innu-aimun langue qui berçait toujours son âme d’enfant… son doudou en quelque sorte.
C’est à ce moment-là que Josef décrypta l’inutile message pour le monde de la venue du général posant ses basques temporairement six heures et neuf minutes pour livrer son discours urbi et orbi aux bidasses du lieu…
Qu’est-ce qu’il venait foutre ici… le « Trois-Étoiles » ne savait rien, il vagabondait en totale liberté… il se payait des voyages sur la caisse de l’oncle Sam afin de goûter aux geishas
Un nouveau message codé en innu-aimun des tortues blondes arrivait… identique au premier… mais, cerises sur le gâteau… expression parfaitement imbécile qu’il avait puisée dans les colonnes-cancans d’un journal français dont le titulus lui échappait… voyons… le… l’Obs… l’Obsolète sans doute : c’était le titre de la feuille de choux…
Cerise sur le gâteau donc… elles précisaient… les cerises… que Casque d’Or allait tout chambouler…
Josef traduisit et passa le document à son officier surveillant…
Le « staff » galonné restait englué de stupeur sur la révélation :
« Nous allons hériter de Casques d’Or ! »
Signé « les Tortues Blondes ! »
Les huiles, en conclave, s’interrogeaient sur le devenir de leurs fonctions… au loin dans un brouillard en cyrillique… s’ouvrait les espaces enneigés… sibériens…
« Casque d’Or » va-t-il chambouler leurs avancements…
Ou bien…
Soudain… Josef se leva…
L’officier inquiet… se précipita…

… what ?
… Barnaby calls me… he’s very bad…

Ce fut le second indice de métempsychose qui qualifiait Josef en prophète… salvateur… Barnaby était mourant… il fallait le sauver…
… vous l’avez compris, lecteur… dominé par la passion, Josef entendait des voix… et particulièrement celle de Barnaby… qui s’oxydait… on voulait dire qu’il prenait la voie des occis… et Josef avait ouï…   

                                              Et c’est ainsi que murmurent les tortues blondes

                                                                       Gentilés  
                                                                       Si le voulez bien
                                                                       Lisez suite jour prochain
… vous pouvez aussi charger le lien des éditions Alain Iametti sur votre moteur de recherche : https://www.editionsalainiametti.com/
vous trouverez les opus édités…
                                                              
L’Ange Boufaréu, alain harmas 

 

Josef: prophète en gestation franchit l’infranchissable…

Visits: 33

5… les transformations silencieuses…

… les instants d’émergences de la conscience après une césure, nous étonnent toujours par leur intensité, parce que nous n’avons pas su percevoir les transformations silencieuses qui agissent en profondeur de notre moi depuis fort longtemps…
Josef intégra son espace… mais après avoir franchi le seuil… tel l’Indien, il se fixa immobile dans la même position, attentif aux changements survenus… là, il tentait d’arrêter le temps de sa pensée… mais pouvait-on sérieusement arrêter ce flux… il ne parvenait pas à fixer les questions qui l’assaillaient… sans cesse.
Il resta là… un temps infini… immobile… inerte… il ne sentait rien… le flux des images anciennes se déversaient sans contrainte… jusqu’à… la parole du sage…
« Le sage est sans pensées… »
Soudain…
Loin, il entendit l’écho du clairon qui saluait la descente des couleurs… la mélodie rythmée le ramena à son vécu… immédiat…
Guanyin… ne l’avait pas quitté des yeux…
On frappa à sa porte…
Il vint ouvrir…
Deux GI apportaient des gamelles…
… Enjoy your meal… on reprendra les gamelles demain matin… salut !
… Hi !
Alors, Josef s’installa… il se sentait en visite…
Il mastiqua en énumérant les faits… éprouvés par lui… les actes supportés avec les autres…
Josef…
Une voix… lui parle…
« Depuis ta naissance, tu es un infirme encyclopédique des langues et de l’histoire indienne… mais plus que quiconque tu comprends la manipulation…
Dès tes trois ans six mois trois semaines quatre jours et quelques minutes… tu avais compris ce que dominating power voulait dire… synonyme hurlant d’éradication…
« Un bon Indien est un Indien mort ! »
Tu avais compris que Parker Barnaby utiliserait ta compétence pour sa trajectoire de bidasse, dans un double jeu… hypocritement : il te flatte et dans le dos devant la hiérarchie, il te casse… ce qui lui vaut chaque fois une nomination…
Dans ce couple négatif positif… s’est joué le jeu… des pouvoirs…
Maintenant, tu sais…
Or…
Depuis le même temps de tes trois ans six mois trois semaines quatre jours et quelques minutes où Parker Barnaby avait embobiné Gottfried… Yépa… et toi-même… tu le sais… de façon concomitante… tu rencontras Jérémie… le Prophète…
Depuis, il te porte… »
À part Guanyin, nul ne peut atteindre le niveau cosmique du prophète…
Il a dit :
« Ne vous fiez pas à des paroles mensongères en disant : Temple de YHWH, Temple de YHWH, c’est ici. Vous volez, vous tuez, vous prêtez de faux serments. Et ensuite vous venez vous présenter dans cette maison, et vous dites : nous sommes sauvés. Est-ce qu’à vos yeux cette maison serait devenue une caverne de bandits ? Moi aussi je vois… j’agirai envers la maison à laquelle vous vous fiez ! »
O.K ! répond Josef, pour en avoir toutes les certitudes… j’ai accepté le chemin de la compréhension… devenu ma voie… mon Tao 道… silencieux…
Oh ! Il ne manque pas de prophètes… les oracles qu’ils lancent urbi et orbi sont belliqueux… car comment discerner les « vrais » des « faux » prophètes…
Réponse : « en étant »
À présent, je sais…
J’attends le verdict des huiles… mais je sais une chose… je ne laisserai pas Barnaby dans l’erreur…
« … ça, c’est la parole d’un vrai prophète… psalmodia Guanyin… ! »
Ma fracture relationnelle à son égard ne sera pas fatale pour sa fracture cardiaque…
Si je le laisse, il est capable de se débrancher… je suis le seul qui puisse le soutenir…
… moi, l’Indien je rompt le pacte hypocrite que me jouait ce Yankee… mais avant de jouer cette partition… je ferai une proposition…
“Remettre Parker Barnaby sur pied…”
Ici à Yokosuka… je resterai le temps qu’il faudra… avant de rejoindre mon sacerdoce…
La nuit était venue… à pas menus… tout thé bu…
Guanyin souriait de Compassion…
Alors Josef fit ses ablutions…
Susurra un sutra du cœur…
Et s’endormit… comme un vainqueur…
Depuis son retour… immobile… ses neurones venaient de réaliser un long voyage hors de sa chambre…
… là, lecteur, vous découvrez la complexité de Josef… ce n’est que le début… prenez exemple sur Guanyin… soyez compassionnel…   

6… de l’histoire ancienne à la généalogie… pour comprendre la genèse…
… Honorable lecteur, je te vois dubitatif… tu te dis : « mais où je m’embarque ? »

Je vais tenter de t’éclairer en revenant aux sources Joséfiennes… mais, si tu as un élément fondamental à retenir de ce qui vient d’être écrit… c’est l’instant cosmique où Josef par son pouvoir métaphysique, immobilisa le CD… de l’hymne US… note bien ce point.
À Yokosuka… on parle encore de cette force… quasi biblique… authentique indice de prophète… d’agir à distance…
Tu as vu que Josef tend vers la liberté totale de dire le vrai… selon lui, notre conscience seule dicte nos actes… avec distanciation… sans aucune censure…
Depuis la Grèce antique, les penseurs ont séquencé les facettes physiologiques et psychologiques de notre nature, jusqu’à notre sexualité… c’est dire !
Nous avons expérimenté toutes les hypothèses de politiques collectives.
Nous avons armé nos guerriers depuis la fronde jusqu’à l’horreur nucléaire.
Nous avons consigné dans nos bibliothèques le meilleur de nos savoirs.
À présent… papelard, le politique affirme :
« Avec la démocratie nous avons quintessencié le vivre ensemble qui harmonise le monde ! »
Il ment, lecteur… le politique t’enfume…
Depuis le début qu’il a érigé ce concept, le hiérarque joue la farce à deux têtes… l’une prétend te donner la parole… l’autre masque son pouvoir personnel pour réaliser tout le contraire.
« Tu ratiocines avec tes encyclopédies, dit-il, mais moi… une fois élu, je fais comme je veux ! »
Pour contrebalancer ce pouvoir temporel… on inventa Dieu.
Alors, depuis la nuit des temps, au nom de Dieu… les peuples projettent leurs interrogations pariétales au fond des cavernes, sur l’argile, la pierre, l’os, le papyrus, le bois, l’ivoire, la soie, la poterie, le cuir, le métal, le tissu, le vélin, la toile, le papier, l’analogique, le numérique, le cloud…
Tous les textes tentent de percer le mystère de « l’origine »… cette première seconde née du « néant » libérant l’écoulement entropique du temps…
Certains textes qualifient le passage entre inerte et animé de « big-bang ».
D’autres méditent quant à un possible « Non-Être créateur »… qui n’affirme rien, mais prudent… suggère que le mystère sera révélé… un jour…
Bien qu’hétéroclites tous ces textes s’accordent sur un corpus minimum commun.
Ils disent que l’espace était aussi nu que vide, les ténèbres inondaient l’abîme, mais l’Esprit… quelque part régnait dans les cieux, soudain… nul ne sut pourquoi l’Esprit se bougea, il créa les cieux la terre la vie… et la lumière fut.
Hosanna !
Dès lors, la noosphère se mit à grouiller, d’autres dieux émergèrent, les dogmes s’instaurèrent, les incarnés surgirent, les paroles prophétisèrent, les illuminés s’illuminèrent, les textes décrivirent, les mers engloutirent, les prédicats s’élevèrent, les sectes naquirent, les génocides massacrèrent, les prophètes prédirent, les croisades gémirent sous les apocalypses et les anathèmes… au nom de cette Lumière.
Longtemps plus tard, une voile battue par les vents telle une flamme née en Olympe portée par un Génois… accosta très loin… à l’Ouest.
Sa venue fut concomitante à un râle métaphysique surgi dans la ville de Eisleben en vieille Europe une terre Germaine de Saxe.
Là-bas un moine mutant, né un an après l’accostage du Nouveau-Monde, fracassa l’ordre du temps et des dogmes romains par un nouveau prédicat.
Luther, car c’est lui dont on parle, relégua la vieille église régnante vermoulue.
Il composa son anathème en 95 thèses qu’il afficha sur les portes des temples qu’il désertait en se relookant de protestation…
Mais, pour exprimer l’absolutisme de ce nouveau surgissement transcendant… fallait-il de l’espace. Hélas, la Saxe n’avait pas la surface requise.
On prétendit, qu’à l’Ouest au-delà des mers agitées des Atlantes, les terres vierges repérées par le Génois attendaient cette nouvelle arche… dite de paix.
Alors, plus tard, cingla le Mayflower peuplé de fathers aussi arrivistes qu’anti-papistes. Ils souquèrent ferme, franchirent la barrière océane, envahirent les terres et s’approprièrent les espaces, ceux-là mêmes qu’une culture Indienne endémique peuplait déjà depuis des millénaires… ils n’en eurent cure.
Le rayon lumineux du Génois fut l’introït et début du drame des bisons, des dindes, des coyotes et des Peaux-Rouges qui vivaient sur les arpents de ces terres émergées.
Dès le premier coup de feu, au nom de Dieu et du soft-power, les Indiens comprirent le sens caché de « démo – kratia »… autrement dit démocratie… le substantif emprunté au grec… signifie force du corps… puis domination de puissance… du peuple envahisseur…
… on peut traduire la pensée des Fathers par… avec la force je m’installe ici ! que ça te plaise ou non !
Plus tard on rajouta : « In God We Trust. » … illustration du « soft-power » béni de Dieu qui fut mis à toutes les sauces…
Ainsi, depuis 1492, ces concepts règnent plus que jamais… sous la bannière à cinquante étoiles.
Pourquoi tant d’hérésie ?
C’est ainsi, gens de peu de foi, que le cycle du pouvoir se poursuit depuis le jour où « la lumière fut ».
La spirale infernale schismatique du moine Luther provoqua d’abord, un certain nombre d’apostasies.
Elles éclatèrent au sein de bien de parentèles qui virent des membres de familles unies se dresser entre elles pour vouloir choisir leur nouvelle foi.
L’une d’elles, les Schmieden, célèbre famille de Saxe dans laquelle se forgea – c’est un calembour – une guerre de religion, car « schmieden » en allemand se traduit par « forger ». Depuis la nuit des temps le patronyme des Schmieden était le nom éponyme de leur métier, ils étaient tous forgerons.
Sous l’impulsion de Luther… la fratrie se forgea un nouvel élan, chacun voulut définir l’église vers laquelle il allait élire sa transcendance.
Le père mort, le fils aîné hérita de la forge. Il emboutit le patronyme « schmieden » en supprimant la désinence verbale « en » puis en éjectant le « e » qui avait pour fonction de prononcer le « i » en voyelle longue, il se nomma : Schmid… une courte syllabe.
Il resta campé dans la foi biblique traditionnelle de Paul sous la houlette du Paraclet.
Le second fils qui rêvait de la forge ne reçut qu’une boîte contenant trois marteaux… du reste, fort bien ouvragés, il s’exila au nord en Prusse, il jouta un « t » au nouveau patronyme de l’aîné. Il se nomma Schmidt et devint luthérien.
Le troisième et dernier n’eut comme héritage qu’une certitude : celle de se lever le cul, s’il voulait survivre. Pauvre comme Job, il considéra que ce dénuement était un avantage. Il emboutit le « d » ajouta un « t » au patronyme du second pour devenir Schmitt.
Il métamorphosa son prénom… Athanasius devint Calvin, là il pénétra en toute logique, le calvinisme.
C’est ce même Calvin Schmitt qui débarqua quelques mois plus tard du côté de Plymouth pour faire souche sur les terres de l’Ouest.
La lignée antique de la famille, les ancêtres, les pères, les frères, les fils… forgeaient. Calvin s’installa à Pittsburgh, capitale de la Pennsylvanie qui sortait de terre.
L’atelier prit le nom de : « Zur Alten Schmiede » : « A la vieille forge »
… nul ne contesta le label… et puis, on avait besoin de forgerons…
Là, Calvin engendra Théobald…
Théobald engendra Horst…
Horst engendra Hans…
Hans engendra Hieronymus…
Hieronymus engendra Günther…
Ainsi, se succédèrent les générations de Schmitt qui naquirent au rythme de la croissance de Pittsburgh…
Par le feu, ils forgèrent les métaux et les âmes…
Ils martelèrent : zinc fonte cuivre plomb fer étain, plus tard, ils n’ignorèrent point l’argent et l’or, car les Schmitt étaient d’authentiques honnêtes protestants forgerons industrieux qui avaient le sens des affaires.
En cours d’évolution, ils ajoutèrent l’industrie du verre à leur fonderie, car chacun sait que le verre se fond et se forge au laminoir, puis vinrent le cristal et le diamant pour lesquels ils forgèrent une nouvelle organisation.
L’actuel patriarche Schmitt – célèbre notable de Pittsburgh – s’appelle Gottfried.
Gottfried rencontra Yépa, une Indienne du clan Algonquin. Elle était née sur les terres du Québec puis avait émigré par soif de connaissances vers les steppes de l’US-Land plus au Sud.
Gottfried, tout comme dans le livre messianique, était certain que seule sa conscience démocratique et pieuse dictait ses actes… il « connut » Yépa.
Yépa et Gottfried engendrèrent Josef.
À ce jour, Josef n’engendra personne… mais généra, ce récit prophétique.

… ce n’est pas une légende… vere authentica hosanna ! et si vous z’y croyez pas allez’y donc voir à Pittsburgh ! 

                                                    Et c’est ainsi que murmurent les tortues blondes

                                                                       Gentilés  
                                                                       Si le voulez bien
                                                                       Lisez suite jour prochain
… vous pouvez aussi charger le lien des éditions Alain Iametti sur votre moteur de recherche : https://www.editionsalainiametti.com/
vous trouverez les opus édités…
                                                              
L’Ange Boufaréu, alain harmas