Dossier : 745 920 concerne : la démission du secrétaire EELV.

Vues : 0

Le 30 novembre 2019, le secrétaire national d’Europe Écologie Les Verts fut élu.
Le 26 septembre, 2022 presque trois ans de règne, il annonça sa démission.
Je ne connais pas le secrétaire, je ne connais pas EELV plus que les gros titres des journaux.
Je pense que l’écologie ne doit pas être politique… mais humaniste… c’est mon opinion et je la partage.

Depuis la conférence de presse de l’ex-secrétaire, la volière médiatique bruisse dur !

On peut analyser ce cas selon les méthodes conceptuelles de la philosophie qui cimente les partis rassemblés sous une même étiquette. L’idéologie qui les soude commence officiellement en 1789…
Ce K là, est un « remake » d’un scénario écrit et joué par le Petit Père des peuples Joseph Staline entre août 1936 et mars 1938… ailleurs : Prague 1954… ailleurs : Chine Beijing depuis 1949… et à présent chez nous… enfin officiellement.

Titre : « Le rêve des Grandes Purges ! » sottie en 12 tableaux et costume d’époque !
Thèse : Le secrétaire, selon des rapportages ubiquitaires d’une voix féminine, le sieur aurait commis des actes pas jolis sur son épouse… ça c’est pas bien !
Antithèse : En réaction, le secrétaire organise une conférence de presse. Il annonce sa démission alors qu’il affirme qu’il n’y a rien de répréhensible dans ses actes… ça le parti s’en fout !
Synthèse : Citoyen, sachez que le secrétaire pollue, alors les instances organisent un procès interne ourdi par la citoyenne-cancan de même bord que lui, en mal de pureté… féminine… ça c’est gagné !

Suivons les 12 tableaux… de la sottie en costume d’époque…

  • 1 – Le rassemblement vient de conquérir le pouvoir enfin presque. Son score n’était pas requis pour régner. Néanmoins, c’est un triomphe… relatif… mais triomphe quand même… enfin c’est lui qui le proclame.
  • 2 – Le « lider massimo » à la tête supputait plus, il reluquait Matignon, les vassalisés attendaient les maroquins. Cinq mois plus tard, les égos se réveillent, la cote d’amour du « lider massimo » est en baisse : dur !
  • 3 – On conteste le « lider », il réplique selon ses rites : stylistiques… lyriques… palinodiques… zutiques… sur les estrades et sur le ton : « Moi… je ! »
  • 4 – Car, le mouvement a du plomb dans l’aile interne externe urbi et orbi.(sic)
  • 5 – Les théoriciens, de l’infrastructure et la superstructure, considèrent qu’il faut organiser un contre-feu… pour masquer la réalité…
  • 6 – Hélas, à la place, c’est deux cagades qui surviennent… un secrétaire perd son calme et gifle son épouse qui porte plainte… oh ! misère, l’autre a été indélicat avec la sienne. Elle se tait officiellement tout en révélant la chose à une amie qui lui veut du bien = deux démissions.
  • 7 – Résumé : les dames de ces deux secrétaires auraient été, semble-t-il, un peu bousculées, ce qui est fâcheux pour des gens qui prêchent la morale. Selon le principe physique et entropique, les flux s’écoulent en flot du privé vers le grand espace et deviennent cataclysme sur l’agora de la place publique…
  • 8 – Le « lider massimo » fait une grosse colère…
  • 9 – Ce n’est pas un épiphénomène, ni une tempête dans une tasse de thé… le tsunami déborde. La « célèbre féministe » opportuniste s’indigne quant au manque de délicatesse des deux membres de son conventicule. Nonobstant, cette même féministe n’a eu aucune compassion vis-à-vis des dames mal traitées par certains… elles voulaient aller tête nue… mais où va-t-on ?
  • 10 – Donc mise en scène… interne… entre soi… secret en somme !
  • 11 – Objectif : sauver l’élection, le concept, le triomphe… en sacrifiant le secrétaire qui se taira. EELV en devient blanchi par cet acte de courage… quant à faire le ménage chez soi… afin de retrouver sa virginité… est-ce possible?
  • 12 – C’est ainsi qu’en d’autres temps à Moscou, à Beijing, à Hanoï, à La Havane, à Phnom Penh… ici à présent… les instances internes du parti décident de façon totalitaire du sort d’un membre uniquement pour une survie politique du mouvement… coupable ou non… ce n’est pas la question.

Hommage restant, en souvenir du secrétaire démissionnaire…

Quatre conclusions… mais le lecteur est libre d’en trouver d’autres…

1- Gentilés, un secrétaire sacrifié n’est qu’une habitude, une logique, un rituel dialectique quasi antique qui repose sur le concept charnel : « l’individu n’est rien le collectif est tout ! » Derrière cette doxa se trament tous les algorithmes… – point barre !
2 – Ce qui nous a le plus étonnés dans cette montée au calvaire en 12 stations et costumes d’époque, fut la réponse du Garde des Sceaux… qui proclame que la justice privée : c’est assez ! Je l’ai entendu dire dans d’autres occasions… que sa fonction du haut de sa pyramide ne lui permettait pas de commenter une décision de justice… la femme de l’ex-secrétaire n’a pas porté plainte… la justice n’est pas concernée… ! Pourtant, il s’en mêle, alors qu’il y aurait de quoi agir avec la délinquance, l’immigration et la gangrène religieuse…
3 – Depuis le temps où les femmes alertent les mâles qu’il y aura des fracas, elles sont parvenues à un résultat. Les citoyens ne pouvaient pas dire qu’ils ne savaient pas. Ensuite, il y a la forme, un brin unilatéral… la dame a rétorqué qu’elle voulait « flamber le patriarcat», « et avec enthousiasme de surcroît »… on en est là!
4 – Enfin, « En même temps »… « ailleurs donc » discrètement les ministres polissent leurs copies pour le « grand froid » qui vient à l’horizon… la volière médiatique est en effervescence… car certains vont quitter la cravate pour revêtir le pull col roulé… ça c’est smart!

je vais « flamber le patriarcat», « et avec enthousiasme de surcroît »… Brrrh!

En attendant selon le dit lyonnais :
«  Attention, Gentilés, il y aura des bousculades… mais tenez bon tati ! »

                                                     Et c’est ainsi que murmurent les tortues blondes

                                                                       Gentilés  
                                                                       Si le voulez bien
                                                                       Lisez suite jour prochain
… vous pouvez aussi charger le lien des éditions Alain Iametti sur votre moteur de recherche : https://www.editionsalainiametti.com/
choisir l’opus de “Mademoiselle Zhang”
https://www.editionsalainiametti.com/…/mademoiselle-zhang/
                                                                                     L’Ange Boufaréu

 

 

 

 

“Quo vadis domine?”

Vues : 9

                                      À l’attention de monsieur le « résident »

                                                                 Citoyen.

Je fais partie de cette glèbe encore debout malgré mes quatre-vingts ans… qui paye ses impôts, qui vote (silence de l’isoloir)(sic), qui analyse, qui constate, qui s’interroge… sur les deux faces de votre médaille…
                       « Quo vadis domine ? »
                                             « Où vas-tu seigneur ? »
Vous connaissez cette célèbre phrase latine qui aurait été formulée, dit-on sur la voie Appia par Pierre à Jésus se rendant à Rome. Il aurait répondu « Je vais à Rome pour être de nouveau crucifié ! » « Seras-tu de nouveau crucifié ? » « Oui, je serai de nouveau crucifié ! »
Alors, Jésus entra dans Rome, il fut arrêté et crucifié la tête en bas.
Plagions, plagions il en restera toujours quelque chose :
« Où vas-tu glèbe ? »
« Je vais à Bruxelles pour poser des questions. »
« Pourquoi ne les poses-tu pas au « résident » ?»
« Il ne répond pas !»
« Seras-tu de nouveau éconduit ? »
« Je le serai ! »
Alors, la glèbe rentra chez elle, et fut retournée la tête en bas… Domine n’a jamais été aussi performant.

Après cet introït… venons-zan au sujet !

Callac.

Lors de vos chuchotements, qui précédèrent les deux rassemblements que Renaissance appelle naturellement « meeting »… en colonne, les plébéiens se rendirent aux urnes, vous fîtes avec cynisme afin de capter les voix des groupuscules-satellitaires à gauche, extrême gauche, gauche extrême, socialisme résiduel, cellule communiste, green-grün-vert, progressistes cancel… et queue et queue taira… vous exécrâtes… le « grand remplacement » qu’en avril vous qualifiâtes de « grand rabougrissement »… avec un clin d’œil de filiation vers la « force tranquille »…
Ah le ni-ni !
Des mots, monsieur !
Or avec Callac… vous organisez vous-même ce « grand rabougrissement » et vous « remplacer » allègrement la glèbe de cette contrée par une autre selon votre bon plaisir.
Pourquoi ce coin tranquille s’était-il dépeuplé ?
Tout simplement parce les clones de « résidents » successifs depuis 81 qui vaut bien 93 ont été sublimes d’efficacité.  Vous avez désertifié les espaces au profit des cités bobos, vous avez ringardisé le peuple… Nous l’avons bien constaté lors de vos prédicats organisés pour faire taire les « gilets jaunes »
Pourquoi dès lors, ne pas réparer le désastre constaté ?
Redonner au peuple de ces territoires, la place qui lui revient ?
Mais parce que ce n’est pas « tendance », le progressisme cancel flamboyant appelle à la « tête à l’envers ».
Pourquoi monsieur ? Il pue ce peuple ? Il n’a pas l’onction des organes humanistes de compassions ? Il est arriéré ce peuple ? Mais à qui la faute si c’était le cas ?
Ah ! pour ce faire, Domine s’entend à merveille avec des fondations privées… sur lesquelles ne transparaît que très peu d’informations… sauf cet Horizons lapidaire… c’est pas moi… c’est l’autre… et soudain arrive le pognon et l’action mais “qui veux-t-on élever?”
Cet horizon-là soutiendrait les personnes défavorisées… et bien… Merci !
Ah ! les horizons indépassables.
Ah ! l’humanisme.
Ah ! le tremolo de l’homme blanc qui se fustige comme vous le fîtes pour déclarer que la France n’avait pas de culture…
Mais monsieur, nous avons des millions de personnes de notre sang chez nous, défavorisées… ici… qui vivent enracinées dans cette culture que vous fracassez… les avez-vous rencontrés ?
N’est-ce pas l’appel poignant des « Gilets jaunes »…
Ne savons-nous pas que des zones paysannes « françaises » se dépeuplent à cause de votre administration énergique renaissance qui multiple par dix les normes… elle sacrifie l’autochtone pour la livraison en avion ?
On attend donc que les suicides fassent table rase pour repeupler la terre ancestrale de groupes venus d’ailleurs… qui imposeront leurs rites… dans certaines zones, c’est déjà le cas !
Arbitrairement, vous donnez le pouvoir à des instances… qui ouvrent la porte à toutes les fondations… d’ici, de là… et surtout d’ailleurs.
Vous illustrez parfaitement monsieur, la réplique de Brecht :

« Puisque le peuple vote contre le gouvernement… il faut dissoudre le peuple ! »

Vous êtes bien parti… vous risquez le Nobel !
Depuis que vous présidez… à la veille même j’ai lu votre « Révolution »… oxymore parfait entre le titre et le contenu à l’eau de rosebonbonsucé… plusieurs fois j’ai rationnellement voulu muter à votre égard… mais votre machiavélisme reprenait le dessus… hélas… à présent je vous écris.
Voilà monsieur ce que j’avais à vous dire.
Salutations citoyennes.
alain iametti alias, alain harmas (nom de plume)

Précision : je suis comme mon nom l’indique descendant d’une lignée étrangère chrétienne… mon arrière-grand-père ouvrier cirier né en 1849 vint de la Suisse-Italienne… mon grand-père fit la guerre de 14-18… mon père fut résistant… j’ai fait trois ans d’armée… nous n’avons eu aucune gratuité…
D’ailleurs, nous n’avons rien demandé.

                                                       Et c’est ainsi que murmurent les tortues blondes

                                                                       Gentilés  
                                                                       Si le voulez bien
                                                                       Lisez suite jour prochain
… vous pouvez aussi charger le lien des éditions Alain Iametti sur votre moteur de recherche : https://www.editionsalainiametti.com/
choisir l’opus de “Mademoiselle Zhang”
https://www.editionsalainiametti.com/…/mademoiselle-zhang/
                                                                                     L’Ange Boufaréu

“Non, merci!” pour parodier Cyrano… le 27.08.22.

Vues : 36

En cette rentrée nous avons retrouvé notre Cénacle réuni… l’un de nous, je ne sais plus qui, posa une question étrange à Sosthène qui comme chacun sait est un auteur célèbre… mais seulement connu des riverains de sa rue… laquelle ne compte que 263 mètres et quelques centimètres… par temps sec.
Sosthène prit du souci, selon le dit lyonnais… en tant qu’homme de lettre, il construisit sa réponse en se référant à son ami Rostand qu’il avait côtoyé dans ses jeunes années, le père d’abord, le fils ensuite… sa passion pour Cyrano lui permit d’exprimer ses états d’âmes de septembre… préludes aux froids grands… aux régimes durs… selon le prédicat que notre “résident” évoqua lors du dernier conseil des ministres… nous remarquâmes alors que la gazette d’où est tirée cette photo en copie d’écran… diffusa très souvent ce profil conquérant… car le peuple a besoin de précisions… il fallait le souligner… c’est fait.

Si tu laissais un peu ton âme illusoire
Tu pourrais conquérir la fortune et la gloire.

Sosthène Grumeucheux
Voyons que pourrais-je imaginer de faire ?
Prendre les options… ah ! mais surtout me taire.
Chercher un protecteur puissant… prendre un Macron
Comme un arapède, s’accrocher le dos rond
Attendre son prédicat qui te donne l’amorce
Tel caméléon proclamer avec force ?
Non, merci ! Dédier comme le font les « fon-fon »
Guignol marionnettes, ils se changent en bouffon
Dans l’espoir de voir, sourire le « résident »…
Présent sur la photo, bien sûr, c’est évident !
Non, merci ! Avaler chaque jour son chapeau…
Avoir le dos bossu de courbettes. La peau…
Elle se doit devenir de moins en moins pâle.
Cancel cancel tu dois paraître moins mâle !
Non, merci ! Surtout, ne pas quitter l’ancien clan
Garder les relations comme un bon courtisan
Jouer Sainte-Nitouche… singer avec art
À bouffer des couleuvres, tel un vrai papelard.
Non, merci ! Rejeter ce que l’on a aimé
Renier le cadre qui vous a bien formé.
Harro! sur le conservatisme… vomitif
Gloire au nouveau progressisme transgressif !
Non, merci ! Chez les étrangers, prétendre que
La France… selon la voix démagogique
Du résident du haut de son fier strapontin
N’aurait point créé de culture… quel crétin !
Non, merci ! Mais bien caresser les gazettes
Pour devenir un authentique mazette
Non, merci ! Et sans cesse donner des gages
Aux billettistes qui noircissent des pages
Parler politiquement correct… le vrai faux
Pour être dans l’harmonie sans aucun défaut.
Non, merci ! Se caler derrière le tribun quadragénaire
Applaudir à grand cris comme un actionnaire
Mimétique, le temps est court il faut durer !
Au risque de finir par le presse-purée.
Non, merci ! Hélas, voilà venu le gros temps :
L’ontologique prédicat « L’en même temps ! »
Il permet tout… On a vu la démocratie
Où le peuple a voté… le contraire fut choisi.
Gilets jaunes, bonnets rouges, peuple profond
Le pouvoir te dit que tu as tort sur le fond
Tout ce qui arrive serait une chance
Ne pas croire au réel… demain est immense !
Peuple, tu es déclassé… l’hypocrisie fait
Son miel de fake news un théâtre parfait !
L’objectif des tribuns vise le pouvoir
Peu importe le ton, gagner sans s’émouvoir.
Toi, pauvre péquin où en est ta famille.
C’était le dernier camp… l’intime charmille.
À présent on fracasse… on détruit le lien.
Faut-il te persuader que c’est pour ton bien ?
Exit l’espoir… vient le ressentiment têtu.
Reste à chacun de conduire sa vertu.

                                           Et c’est ainsi que murmurent les tortues blondes

                                                                       Gentilés  
                                                                       Si le voulez bien
                                                                       Lisez suite jour prochain
… vous pouvez aussi charger le lien des éditions Alain Iametti sur votre moteur de recherche : https://www.editionsalainiametti.com/
choisir l’opus de “Mademoiselle Zhang”
https://www.editionsalainiametti.com/…/mademoiselle-zhang/
                                                                                     L’Ange Boufaréu

 

Une saison en crétinisme… dernier papier avant les vacances…

Vues : 724

C’était le 26 juillet… les primates en rient encore…

Gentilés d’ici, d’ailleurs, du cosmos, avant de partir en vacances… il vous faut lire le dernier article que mon cher Sosthène Grumeucheux… journaliste libre… me manda…
Depuis qu’il fait sa revue de presse quotidienne, il a vendangé des banastes de lieux communs pondus par ses confrères. Lesquels furent utilisés dans la rédaction d’un article sur le thème du 26 juillet 2022 à l’Assemblée… la fameuse cavalcade que les donzelles de la NUPES !… à tes souhaits ! exhibèrent… dans un élan créatif compulsif et bien sûr collectif… supposé ironique…
Il ne s’est pas gêné dans son article…
Suivons son alphabet qui illustre la démarche de ces dames…

Mon cher Ange Boufaréu…
J’étais présent ce jour-là, où elles imaginèrent cette bouffonnerie. Gustave que tu adores et je te comprends, me soutint pour ouvrir le premier tableau…

A : ailes
« Ce n’est pas tout d’avoir des ailes, il faut qu’elles vous portent. »
En ont-elles l’envergure… le plumage… le ramage… le caquetage… la suite nous le dira… néanmoins, je pense…

B : balle
« Qu’elles se tirent une balle dans le pied »
Car j’ai entendu beaucoup de rumeurs délirantes…

C : cris
… Entre autres une cacophonie « de cris d’orfraies »
Qui, pour l’instant, ne semble pas les effrayer… tu sais l’été… les uns comme les autres font passer sur les antennes bon nombre de dérives croquignolesques… que nul n’écoute… pendant le bronzage…

D : donne
J’ai eu le privilège d’interroger l’une d’elles… elle affirme que la cravate telle qu’elle la porte va « changer la donne »… cette expression illustre le côté « poker » de leurs gamberges… elles se comportent telles des groupies sous les regards du gourou aux allures trotskistien-rassembleur… des NUPES… à tes souhaits !

E : envier
Un journaliste étranger… Donald Brown… non pas ce Donald Brown… je te parle de Donald Brown… faut pas confondre… me disait en anglo-US, épicé de chewing-gum Wrigley cannelle… qu’il avait lu un canard French qui écrivait « We have chance… with that these babe : Que le monde nous envie ! »
Tu sais Ange : « a babe » est une belle nana… c’est sa traduction… oh l’envie quand on ne sait ce qu’il y a derrière…

F : forces
Donald Brown… le même… m’affirme que ces femelles sont des « forces vives »…
Ah bon dis-je pourquoi? Ben c’est bien trouver ça… porter une cravate… alors que ce sont des femelles… ça c’est pas couillon… ça habille d’un chic… la « french touch » Donald se croyait à un défilé de mode d’un couturier des faubourgs… 

G : gain
Tout ça fait du cinéma… pour Hollywood… mon pauvre Donald… mais c’est du « gagne-petit ! »… là, il a fallu que j’explique longuement l’oxymore… car pour Donald… gagner signifie gros… petit n’a aucun sens… il pense gagne-gros…

H : horreur
Mais si Donald a horreur du petit les damoiselles ont une autre horreur… elle citent souvent Jules Renard lequel dit : « L’horreur des bourgeois est bourgeoise ! » car ces dames sont toutes des prolétaires (sic)… en citant Renard elles pensent guillotine… et pourtant… elles siègent dans l’hémicycle… élues… par le bon peuple… enfin le peuple…

I : impacter
Là… pendant cinq ans…bien que le verbe soit incorrect pour l’Académie française… faudra-t-il utiliser cet anglicisme… car « elles ont besoin de projets qui ont du sens… porter une cravate… serait l’un de ceux-là… pour impacter le réel. » ainsi, délaissant la politique (quoi que) elle font du cinéma pour qu’on cause !

L : lignes, lever de boucliers…
Je retrouvais Donald sur cette ligne… popularisée par le rugby… il me dit entre deux rafales de photos numériques de son reflex japonais… mais : « c’est comme ça qu’elles font bouger les lignes ! »il venait de changer de chewing-gum du Wrigley à la menthe… et en face c’est « Une levée de boucliers… contre les gamines ! » ça l’amuse… il me raconte son dernier match contre les Dog de Chicago… où il inscrivit deux essais… 

M : majeur pour monter au créneau
« Mon cher Sosthène, mais c’est un acte majeur ! la création de ces nanas ! »
Tu sais mon cher Ange que ce mot me donne la castapiane ( une sorte de chiasse courante) car ce mot est d’un tel lieu commun qu’il n’a plus aucun sens…
Songe : Scarlatti est un compositeur majeur… le risque incendie est majeur… les inégalités sociales sont majeures… la fusée nord-coréenne s’est écrasée en mer : un revers majeur pour Pyongyang… François Furet marque une rupture épistémologique majeure avec son « La révolution française »… l’État français a classé les archives de Foucault « un intérêt majeur pour le patrimoine »… Alstom décroche un contrat majeur… le président PS commet une faute majeure avec les impôts (s’il n’y avait que là !)… rencontre OM – Ol incidents majeurs… le vol ultra-long courrier un enjeu majeur pour les affaires… nouvelle crise politique majeure en Israël…
Depuis, on ne compte plus « les montées aux créneaux contre tout majeur dévoilé ! » de députés dépités.

N : noir
Depuis la naissance du wokisme… je n’écris plus, je ne pense plus, je ne dis plus : noir…
Tu connais ma prudence sur l’emploi de noir… maintenant lorsque je vais dans un bouchon… je demande un caoua… car…

« Le signifié désigne la représentation mentale du concept associé au signe, tandis que le signifiant désigne la représentation mentale de la forme et de l’aspect matériel du signe. » tu piges? Si tu commets une légère erreur tu t’emberlificotes dans le signifiant vers le signifié, là tu es accusé de racisme… et autre puissance X en isme… là tu crains pour tes yeux… si ton propos renferme l’hypothèse d’erreur dans la désignation mentale de la chose… ces dames sont accro sur ce point… c’est leur fond de commerce… Take care !
Passons !

O : occulte
« L’occulte a toujours fasciné l’inculte » ! ai-je lu. Mais, j’m’doute… je ne connais pas le niveau d’inculture… pourtant je suis certain que ces femelles ont in culte…
Ah ! ce n’est pas le sujet.

P : palpable
Lorsque les filles sont arrivées devant les autres élus endimanchés-ripolinés… les iceux se sentirent tout couillon : « La tension était palpable ! »  Je les comprends…

Q : quotidien
Car pour tout député qui se respecte à défaut de respecter les autres… le cravate au quotidien est une sinécure quasi pavlovienne… et voilà que les minettes se gaussaient de cette parure… assurément c’est le nœud qui les attire…

R : recadrer, retoquer, rafler la mise…
Quel bel enchaînement… car le nœud, la cravate… font partie des prolégomènes cinétiques de la pantomime… préludes où le lider-massimo des cravatées montant sans cravate à la tribune va éructer son recadrage… à l’encontre du pouvoir…  retoquant en emphase… et victorieux nantis des deux oreilles et la queue quitte l’estrade en « raflant la mise »en scène.

S : signal
Là, sous les applaudissements des NUPES… à tes souhaits !… standing ovation of course, des seuls NUPES… oh tu t’enrhumes… on se gargarise après avoir entendu ce :
« Signal fort ! »

T : thuriféraire
Dans un coin perdu au milieu d’un tiers de l’hémicycle… Un député LREM se fait thuriféraire de la bonne parole… ces dames s’en contre-foutent…

U : ukase
La présidente de la séance… devant le bordel… émet un conseil de « savoir-vivre »… Réplique d’une citoyenne voix forte « J’appelle ukase tout décret autoritaire… » puis voix basse… « ça vexe le gouvernement ! »… voix haute… « rires ! »

V : vert, voie royale.
Donald Brown… me souffle… « Le vert est synonyme de vertu… non ? L’écolo serait vertueux ! »
Je tente de lui expliquer que le vert est une couleur… la longueur d’onde du vert serait un élément physique calmant d’où sa qualification de vertueuse… quant à l’écolo… pour ses belliquosités… belliqueuses, il déploie une couleur proche de celle de l’hémoglobine… celle de la : « voie royale qui les anime ! » 

W :
Waouh… répond Donald… ça c’est fort !

sans commentaires

Mon cher Ange Boufaréu… il ne reste que les lettres X et Y… que je traiterai… pour souligner que XY est le système chromosomique sexuel humain… qui induit la masculinisation de l’individu… la cravate et son nœud pour symbole étant la confirmation que ces dames sont envieuses… quelle mutation!
C’est le bon signe de l’évolutionnisme que Darwin attendait…
Pour conclure, laisse-moi te citer ce cher Augustin Cochin, que tu as bien connu dans tes pèlerinages… au début des années 1900…
Je fais le lien… entre « La révolution et la libre-pensée » de Cochin et NUPES… à tes souhaits !

C’est « La destruction de tout organisme politique, corps d’État, corps professionnel, patrie ; destruction de toute foi, de toute idée commune, esprit de corps, patriotisme, et surtout de l’idéal religieux : cela peut s’appeler aussi la liberté, car en même temps que des soutiens et des appuis, il y a des liens, des barrières, des disciplines.
Ainsi, nous retrouvons ici le libéralisme négatif. C’est le seul sens que puisse recevoir le mot liberté, dans une Société. » Je rajoute : Société = NUPES.

Mesurons à quel point la pensée de Augustin Cochin était prémonitoire… 

Gentilés… amis… d’ici… d’ailleurs… de la noosphère… du cosmos… aujourd’hui je m’en vais… je me tais… je vais ruminer dans un “caïre” un coin perdu… pour me ressourcer… je vous bise… je ne vous donne qu’un conseil… tenez-bon tati…

                                                           Et c’est ainsi que murmurent les tortues blondes

                                                                       Gentilés  
                                                                       Si le voulez bien
                                                                       Lisez suite jour prochain
… vous pouvez aussi charger le lien des éditions Alain Iametti sur votre moteur de recherche : https://www.editionsalainiametti.com/
choisir l’opus de “Mademoiselle Zhang”
https://www.editionsalainiametti.com/…/mademoiselle-zhang/
                                                                                     L’Ange Boufaréu

 

Vagues de “pruts” et autres flatulences…

Vues : 1034

Gentilés de la noosphère du cosmos… et au-delà…

Depuis ma dernière station le 26 mai, ici, en hexagone… dont le monde entier nous envie l’art de vivre… si, si ! nous avons vécu deux grands « pruts » flatulences si vous voulez… farts… consécutifs aux borborygmes d’indigestions… longtemps accumulés…
Ils commencèrent en l’an 2007… lorsque le « résident » à peine intronisé cocufia ses électeurs en recrutant des « gauchistes »… le suivant « résident » spécialiste de l’anaphore « grubatrosugilostract » et accessoirement porte-parole de « mon ennemi c’est la finance (sic) et re (sic) »… enfin le dernier « résident » en fonction, celui-là même qui oriente sa vision selon le creux des vents de la rose des vents… donc 17 ans pour qu’éclatent les authentiques « pruts » puants après deux séances des législatives… qui révélèrent le gigantesque merdier des flatuosités interconnectées triphasées…

Toi! ô Jiang Jun! que t’inspire cette situation ? Tu peux parler… sache que tout restera entre-nous… tu peux parler sans crainte… la parole sur ta main, la main sur ton cœur, ton cœur sur ton portefeuille… tu vois ce que je veux dire !

Lecteurs, je vous rappelle que nous avons invité le Général Jiang Jun… qui de façon cyclique nous fait l’honneur de venir nous faire un « coucou » tout les 25 siècles dans notre chère thébaïde… « jadis » n’est pour lui qu’un instant cosmique autant abrahamique que dynamique…

Ah !… take care Jiang Jun va parler
Mon cher Ange Boufaréu…
C’est moi… merci grand Jiang… de l’affection que tu me prodigues…

Comme je le disais la fois passée…
Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes, nous devons jamais perdre de vue : la doctrine, le temps, l’espace, le commandement, la discipline.
C’est dans ces cinq matières que se trouve la voie de la victoire.
Or… Ange…
Or… Jiang…
Le guy élu…
Tu veux dire… le « résident »…
Si tu veux… mais tu sais chez nous, on fait comme ici…
Mais encore ?
Tu causes bien le « franglais »… nous on s’est adapté avec le « zhōnglais »…
Magnifique…
Donc je vais te révéler ce que ton 水仙 Shuixian…
C’est qui ça…
Ben ton « résident »
On traduit résident par Shuixian ?
C’est une métaphore…
Eh bien traduit donc la métaphore
Est-ce bien nécessaire ?
Oui!
Bon : Shuixian signifie narcisse… souvent on a recours à ce détour pour éviter les méprises… dialectiques… on donne dans la didactique tu comprends… pour être clair.
Bien sûr… donc le Shuixian aurait dû…
S’il avait respecté les cinq règles, il serait devenu ipso facto… au fait, tu observeras que l’on a aussi intégré le latin…
Quel talent !

Ipso facto donc il devenait celui qui eut répondu à la première hypothèse des trois synthèses :

« Connais ton ennemi et connais-toi toi-même ; eusses-tu cent guerres à soutenir, cent fois tu serais victorieux »

Or, il ne le fut pas !
C’est ça…
Tu peux nous expliquer…
C’est simple… il croyait que sa belle gueule de Shuixian était suffisante, elle avait fait ses preuves pendant cinq ans… or depuis 2007… tu votes à droite on te fourgue une politique de gauche… tu anaphores en hurlant sur les financiers qui ponctionnent la glèbe… enfin tu chantes ni/ni souvent, en même temps toujours, et surtout tu craches sur la culture… voilà la récolte…
Tu préconises quoi ?
Attends voyons la seconde hypothèse :

« Si tu ignores ton ennemi et que tu te connais toi-même, tes chances de perdre et de gagner seront égales »    

Il est en train d’évaluer ses chances…
Sans doute mais… n’oublie pas la dernière hypothèse…

« Si tu ignores à la fois ton ennemi et toi-même, tu ne compteras tes combats que par tes défaites »

Quel est ton avis… final… peut-être finaud…
Tu sais mon cher Ange que mes conseils sont recherchés par les grands de ce monde… songe que Clausewitz lui-même m’appela pour que je lui baille les conseils utiles et nécessaires pour bouter ton Napoléon… et même je peux te dire confidentiellement que l’aide de camp de l’Empereur m’avait téléphoné pour que je vienne conseiller l’empereur… Que crois-tu qu’il ait dit… ?
Je ne sais !
Il n’avait pas besoin de moi… alors, j’acceptais de voir la coalition… j’avoue qu’ils ont été généreux…
Et l’Empereur ?
Tu connais le reste… loin sur une île… et pourtant j’avais la solution…
Et pour nôtre… shui…
Tu sais qu’il a étudié un célèbre Italien… Machiavel… je crois qu’il a conservé beaucoup de connaissances…
Il considère que :
« Gouverner, c’est faire croire ! »
Il dit aussi :
« Gouverner, c’est mettre vos sujets hors d’état de vous nuire et même d’y penser ! »
Enfin… il pense que :
« Le hasard gouverne un peu plus de la moitié de nos actions, et nous dirigeons le reste. »
Crois-tu que ce viatique soit suffisant pour cinq ans ?
“la seule question qui vaille est de savoir comment il va conduire l’évolution de ce peuple… de cette culture… de ces traditions… tu vois Ange… ce mec, il n’en a rien à cirer de l’hexagone… et même… tout semble aller vers… une belle déconstruction… ça!”
« … ça… ? »
« Comme pour Napo… ton guy rejettera tous les conseils… » il n’en fera qu’à sa tête!
Ah ! terminons, je dois aller voir les Russes… « tu supprimeras : ton guy, rejettera tous les conseils… de ton compte-rendu… ce propos ne sert à rien… mais tu conserves Shuixian… au fond tu fais comme tu veux!”
Et le peuple?
Le quoi..? Mais mon pauvre Ange… le peuple… tu me fais rire… mais si tu m’invites à nouveau je te présenterai mes analyses… sur ce peuple!

Jiang Jun… grand seigneur demanda un fēn 分*  pour le conseil…
(*Précision du lecteur-correcteur 1 分 = 1 centime)

谢 谢! 大 将 军  xiexie ta jiang jun (merci grand Jiang Jun)

                                                Et c’est ainsi que murmurent les tortues blondes

                                                                       Gentilés  
                                                                       Si le voulez bien
                                                                       Lisez suite jour prochain
… vous pouvez aussi charger le lien des éditions Alain Iametti sur votre moteur de recherche : https://www.editionsalainiametti.com/
choisir l’opus de “Mademoiselle Zhang”
https://www.editionsalainiametti.com/…/mademoiselle-zhang/
                                                                                     L’Ange Boufaréu