Koba ou la sombre rémanence chapitre N°31 “Coming-out”

Vues : 8

Les membres de la camarilla s’étaient réunis, depuis le 18 mai, date des ouvertures…

« Mais… mai » autant que « mémé » fait ce qu’il te plaît… ils se plurent dans un fastueux groupe hétéro-clite jubilant, à pied donc, pour rejoindre le Mel Belchior de Larchy que le monde entier nous envie… comme tant d’autres chefs d’œuvres en péril…
Voilà, qu’après les non moins célèbres anaphores du jeune homme postulant non déclaré urbi et orbi… tout en sachant que son projet futur était connu de toutes les concierges… de Paname… à Navarre…
Sous la conduite de l’altier Sosso que sa pipe précédait… la camarilla en groupe éclairé se rendit au théâtre Le Mel Belchior…
L’affiche était alléchante…
Un quidam… montait sur scène… il avouait…
Ici, d’aucuns avaient vu « Beaucoup de bruit pour rien »… « Le Tartuffe » « La mégère apprivoisée » « La cantatrice chauve »… ils connaissaient la fin… or, aujourd’hui… l’affiche proclamait une énigme antinomique de celle du jeune homme pétaradant son futur… par les voix des femelles… causeuses… mystère…

Le Mel Belchior était plein comme un œuf… on pouvait imaginer la joie de l’élu du conseil fermier… en charge des gradins… il pérorait…
Cependant… il régnait une ambiance de curiosité « palpable »… vous savez, ce bon mot bobo que tout journaliste insère dans sa copie… la palpable fleur de rhétorique… qui sent bon la métaphore des crèmes fouettées… l’onctueuse mayonnaise… ou le très raifort râpé qui racle les muqueuses… car, effectivement les muqueuses du peuple étaient émoustillées à la lecture du titulus de l’œuvre à venir… un quidam allait révéler l’inrévélable…

Nous ne pouvons révéler ce que pensent les spectateurs… non mais!

Les Larchyrots… assis s’épiaient forcément… du coin de l’œil… à gauche à droite devant… hélas le dos restait l’angle mort traditionnel… seul les possesseurs d’ubiquité peuvent lire dans le dos… et même mieux comme le dit Alcofribas Nasier dans ses guerres Picrocholines lorsqu’il nomme sa fameuse « beste à deux doz » traduisons par « bête à deux dos » un exercice physique qui se pratique dans le dos… mais peu… propice à venir sur scène… étions-nous entraînés dans des crabrusqueries ?
Voilà que l’appariteur en monsieur Loyal s’avance sur scène…
Les Larchyrots autant que les Rotes… augmentés de tant d’autres venus alléchés alentour… se taisent.

Larchyrote écoutant…

… Mesdames… mesdemoiselles… messieurs… seigneuries… gentilés… il n’est pas coutume… dans ce monde… où nul ne sait vraiment qui masque quoi… quand d’autres ne savent qui ils sont… certains sortent alors que d’autres entrent… un d’entre nous, ose… osa… ausus es… audebitum… aussi erimus… bref fut oseur… dans le passé… simple… composé… imparfait voire plus qu’imparfait… et autant de féqueniou

… car qui n’a pas été tenté vers ce penchant ?
… je vous le demande… vox humilis…

La rampe des lumières lentement créait cette intimité inimitable initiale à toute révélations révélatrices… l’appariteur apparut nimbé, le mot n’est pas jargonneux… d’un halo… mollo dans le dos… il poursuivit… vit… ce que d’aucuns pensèrent… mais vif était le terme…

… ainsi donc depuis jadis… l’idée fit son chemin… confidentielle… combattue par les chapelles des autres tendances… mais l’élan était donné… à tel point que le mouvement se banalisa… muettement… pour devenir passion… où chacun se reconnaissait… de bouche à oreille on se transmit l’élan… et beaucoup firent carrières…
Puis apparurent les transgressions qui démultiplièrent les mouvements… on dit que tous les goûts sont dans la nature…  on parle de courants… d’ateliers… mais partant du même fondement… fondamental… rhénan dit-on… ici c’est le fond qui manque le moins… si on peut dire !
Eh bien disons-le !
Les populations… surtout celles qui règnent au pouvoir… articulèrent leur latin sur cette solution car elle permet bien des progressions dans la vie quotidienne… quolibets n’y faisant rien… d’ailleurs il suffisait d’entrer dans le cercle pour qu’automatiquement le greffon prenne et l’être s’élance dans le succès… les politiques affichèrent… les parrainages autant que marrai-nages fleurirent… puis lentement les artistes qui n’aiment tant que les choses soient engagées… si vous voyez ce que je veux dire… puis ce furent le grand étonnement des peuples… les bourgeois qui transgressèrent leur condition capitaliste… on comprit que le tout était dans tout et vice versa… sous couvert de muette… discrétude…
Enfin… il est banal de dire que le peuple… populus sine nomine… s’éprit lui-aussi de cette passion…
L’auditorium suspendus… retenais son souffle… car enfin la révélation était à son comble… on allait la nommer.
L’appariteur annonça…
Mesdames et Messieurs… Larchirots et Larchirotes… Seigneurs et Seigneuses… Gentilés d’ici, de là-bas… d’ailleurs… du centre… des estranbords… sous vos applaudissements… j’appelle notre invité…

Il vint…

… tu t’appelles comment ?
… ça me rappelle une séquence TV souffla le premier cacique au second cassis…
… tu es venu avec ta maman ?
… non, je suis venu tout seul…
… tu aimes bien ton papa…
… c’est quoi cette question…
… c’est une question
…  qu’est-ce qu’il fait ton papa?
… ben il adhère…
o innocentiam… c’est par l’enfant que nous allions savoir…
… voyez peuple…

Alors on vit l’innocence se transformer en un bel ancêtre… par l’art du transformisme… je rappelle que nous vous avions longuement parlé des ismes… marxisme… communisme… socialisme… trotskisme… ce transformisme donc qui irrigue la société…
… puis-je vous demander votre nom ?
… non !
… bon !
… mais alors… vous êtes venu pour quoi ?
… le dire…
… dire quoi ?
… vous n’avez pas lu le titulus de cette création ?
… oui… mais… bon… et alors…
… nommez-le !

… mais !
… nommez-le !
… que signifie ce titre ?
… que… que… vous allez révéler… vos tendances…
… quelles tendances ?
… mais enfin… monsieur ce n’est pas moi qui a été invité…
… oui mais c’est vous qui questionnez…
… bon… tendances des fondements sans doute… au fond vous n’êtes pas comme tout le monde… c’est ça la révélation… du com…
… enfin…
… alors ?
… sachez que la révélation surgit explosive dans un rugissement jubilatoire… tel le démontra Bergson dans son Évolution créatrice ou l’élan vital sortant de la boite tel un ressort provoque l’étonnement-jubilatoire… n’avez-vous pas fort justement décrit l’évolution de notre corps social… vous avez dit : il suffisait d’entrer… les politiques pratiquèrent… dans des cercles… puis ce fut les artistes… les bourgeois… le peuple… tout était dans tout et vice versa…
… j’ai dit.
… sauf…
… sauf ?
… moi !
… alors, c’est votre coming-out ?
… et oui…
… mais alors… bon sang… mais c’est bien sûr… vous n’avez jamais été tenté… par ces fondement communistes qui assurent tant de progression sociale…
… jamais !
… en quatre vingt ans de vie active…
… très active…
… vous n’avez jamais été… communiste ?
… jamais !
… un brin trotskiste…
… jamais…
… un soupçon socialiste…
… jamais…
… une once de social-démocrate…
… jamais…

… l’appariteur loyal n’en revenait pas…  

je n’ai jamais été communiste… ni en pensée ni en parole ni en action…

… moi, né au même temps que vous… j’ai comparé Adolf, Gjougachvili, Mao…
… moi, né au même temps que vous… j’ai noté : le lumineux sera toujours demain…
… moi, né au même temps que vous… j’ai vu la doxa et ses 100 millions de morts…
… moi, né au même temps que vous… je n’ai pas vu une lueur d’espoir…
… moi, né au même temps que vous… je sais qu’en 2049, Mao renaîtra…
… moi, né au même temps que vous… je sais 99,99% des gogos restent gogos…
… moi, né au même temps que vous… je n’ai jamais été communiste…

… c’est votre coming-out ?
… c’est mon coming-out ! Jean-Pierre!

Le peuple se lève… il est debout… il ne sait si c’est du lard ou du cochon… faut-il applaudir…
“Et tout ça pour ça!”
Puis resta coi…
Les herses des lumières s’éteignirent palpitantes de palpitations… après cette confession… les lumignons des allées rosirent doctement vers leur zénith… le peuple muet  quittait l’espace de révélation en suivant dociles, les vomitoriums…
Iossif Sosso Djougachvili Staline… toujours près de ses sous demanda à Sosthène :
… et ça coûte combien cette gaudriole ?
… je te l’offre…
… tant d’ espargna…
… ainsi tu pourras dire que tu as rencontré dans ta vie, au moins un quidam qui n’a jamais été bolchévik, rouge, marxiste, communiste… et les litanies des ismes…  comme ça ne t’a rien coûté tu vas lui foutre la paix… tu lui éviteras le goulag…
… il s’appelle comment ton mec ?
… qu’importe… c’est le symbole qui doit nous interpeller… songe qu’un quidam de quatre vingt piges a pu vivre au milieu du peuple coloré-structuré-aligoté-pensé-communisé… sans tomber dans la soupe…
… pfuitt !
Nul ne sut si Sosso soufflait la fumée ou exprimait une moquerie…
Le silence qui suivit en disait muettement long…

Gentilés
Si le voulez bien
Lisez suite semaine prochain
                                                           Et c’est ainsi que murmurent les tortues blondes
 Article écrit par le quidam… rédaction autorisée selon les préceptes de L’Ange Boufaréu 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *