… de l’ontologie… à l’anchoïade provençale…

Hits: 3

Ontologie : cet impalpable-indéfinissable-double-présent-de ma-chair… autrement dit ce “moi” que nous transportons urbi-et-orbi-spatial

Ontologie définition : « Partie de la philosophie qui traite de l’être indépendamment de ses déterminations particulières. »
La définition me convient…
Il y en a une autre : « Etude de l’être en tant qu’être »… c’est pas sot… normal c’est de Socrate…

Analysons les définitions:
A ma gauche le péquin : « qui est… en tant qu’étant… je suis moi et basta ! »
A ma droite le gentilé « qui est… en tant qu’étant… moi plus + »
Le plus + désigne les déterminations particulières…

Commençons par le péquin « en tant qu’étant »

Pour être simple je vais prendre un exemple… celui de ce petit couillon d’Auguste… Sa famille l’appelle « Celui qui l’a un peu trop juste ! » Eh bien chers lecteurs, c’est ça l’ontologie… la définition d’un oncle qui résume en une formule l’Auguste « celui qui l’a un peu trop juste » un exemple simple d’ontologie cardinale lapidaire…
c’est-à-dire concis.
L’Auguste intact sans tarabiscotages… depuis son héritage génétique… il n’a pas bougé depuis qu’il est né… ton ontologie, c’est la base de l’être…
tu nés avec mais tu le sais pas…
Or, voilà que les autres ne comprennent rien à cette définition « Celui qui l’a un peu trop juste ! »… elle ne signifie pas qu’Auguste est simplet… non il est simple… il ne s’est pas drapé de majuscules dans de grandes toges de tribun flamboyants… qui puent le mandarin socialiste-centriste-droitiste à cent lieues à la ronde…
« Tu sais… me souffle Auguste… l’enfer c’est les autres !… nous on comprend… mais eux ! Tous me posent la question… Oh…Guste !… ça veut dire quoi que tu l’as trop juste… tes pompes, ti braio, toun capéu… ta taille… ta comprenette… ta libido ?»
« Oh Alanus (c’est moi)… il faut que tu me définisses l’adjectif « simple »… »
« Bon, Auguste tu es né… comme beaucoup d’entre nous… avec un patrimoine génétique complexe basique… on n’y peut rien… sauf que ton patrimoine génétique ne tient même pas dans une burette… tu sais celle du curé pour les baptêmes… Il paraît… on m’a dit… qu’à 22 mois peut-être plus peut-être moins… tu ne marchais pas… tu restais à l’écoute de tes neurones… qui se taisaient. »
Auguste aurait une ontologie simple… plate…
« Dis-moi Alanus (c’est toujours moi)… est-ce que je suis attardé ? »
« Ce matin, ça va ! Ta mère racontait qu’un jour c’était le 1er jour du 23ème mois qui commençait… après ta naissance… voilà qu’une ligne de synapses se met à relier un réseau de neurones… tel Lazare sous l’injonction du Seigneur  « lève-toi et marche ! » Auguste tu t’es mis en mouvement… ta mince authentique ontologie… génétique… qui tenait largement dans une burette comme dit le père Socrate :
«… être en tant qu’être »… s’animait.
« Je m’en souviens pas » articula Auguste.
« Ensuite… ?
« Ensuite… !
« Tu as suivi les préceptes de Joachin Du Bellay :
« Vivre entre ses parents le reste de son âge ! »

« Au fond tu veux dire que parce que j’ai pas bougé… je suis resté un peu niais… oun pau fada… qué ? (un peu fada… n’est-ce pas?)
« Non tu es resté brut de fonderie… mais sans le coffrage ! »

A présent, nous voilà au gentilé « qui est en tant qu’étant… moi plus + »

Les « déterminations » sont ce fameux +  dont tu t’attifes toute la vie…
Un matin tu te regardes dans le miroir…
« Oh ça m’arrive souvent ! » me dit Auguste.
« Et ? »
« Et rien ! »
« Certains n’ont pas la même réaction ontologique que toi… Auguste… en se regardant ils se découvrent des myriades de semences d’ontologie en instance de germination… ils se voient député… ministre… président des anciens tartufes… grands chefs des généraux… y’en a même et pas qu’un peu qui se voient « résident de la république » à l’Elysée…
« Moi dit Auguste… un jour j’ai vu L’Ange Boufaréu dans le miroir…
« Et ? »
« bouffavo lou pauré ! » (il soufflait le pauvre…)
« es pas nouvéu, vaqui belèu dos milo ans qué boufffo ! » (c’est pas nouveau, ça fait peut-être deux mille ans qu’il souffle !)
« Auguste écoute-moi un peu… choisissons un exemple… un grand… pour analyser le «  gentilé qui est… en tant qu’étant… moi plus + ! »
« Je sais dit Auguste…
« Je crains le pire…
« Tu vois… tu ne crois pas à mon ontologie… de décoffrage… »

« Bon alors ! »
« Eh bien prends Socrate comme exemple… tu as dit qu’il savait ! »
Pour la première fois de ma vie… je découvrais une authentique détermination particulière chez Auguste… il franchissait le seuil de la réflexion qui modifie la nature humaine… il entrait dans l’ontologie +… d’un seul coup.
« Donc Socrate… puisque tu y tiens…
« Que tu l’eusses rejeté et mon ego en eut été meurtri… !»
« … oh bonne mère !… voilà qu’il pense!”
« Donc, trois accusateurs s’en prennent à lui : Socrate ne reconnaît pas les mêmes dieux que l’État Grec… il introduit des divinités nouvelles… il corrompt la jeunesse…
Socrate accepte l’accusation… il va se défendre… cependant il veut que le procès se déroule dans l’un des foyers de l’Etat le plus prestigieux… le fameux Prytanée… c’est là qu’il sera encabané.
Mais les motifs d’accusation sont-ils bien fondés ?
Tout simplement… on reproche à Socrate d’être athée… il ne croit pas aux Dieux d’Athènes… il ne croit pas aux fables des Dieux… il est présenté comme physicien qui introduit la science, le raisonnement… au fond un cartésien avant l’heure… après lui un Saint Mathieu a dit : « Je ne crois que ce que je vois ! » Socrate est surtout accusé de corrompre la jeunesse… à qui il enseigne de ne pas croire aux fadaises…
Vous l’aurez compris Gentilés, les motifs sont des imprécations, des excommunications, des accusations… ces anathèmes masquent la mesquinerie des trois mouchards… qui sont approuvés par 280 juges…
Un procès pour « asébie : le respect dû aux dieux »… que Socrate précisément ne respecte pas… va se tenir…
Les juges prononcent la peine de mort… en 399 avant J.C par le tribunal d’Athènes…
Les disciples de Socrate l’encouragent à fuir… les citoyens s’attendent à ce qu’il s’évade… il refuse en raison de ses principes. Montrant son accord avec sa philosophie d’obéissance à la loi, il se soumet à sa condamnation, en buvant la ciguë, un poison qui lui est fourni… il meurt à 70 ans.
En réalité c’est un procès politique… des porteurs d’ontologies “en tant qu’étant… moi plus +…” ceux qui organisent le pouvoir… à leur avantage.

 Car… gentilés… ici, maintenant, jadis… introduire la rationalité c’est supprimer tous les Dieux… Jéhovah, Dieu le Père, Allah, Confucius… ceux du ciel… ceux des politiques… Marx, Mao, Castro… Adolf… le congrès d’Epinay… les maîtres des loges… c’est contester les hiérarchies qui disent et ne font rien etc… etc… le plumitif est ouvert… vous pouvez compléter…      

« Ouais dit Auguste ça continue… en fait parce que Socrate voulait penser comme un rationaliste… on le trucide ? »
« Pas tout à fait mon cher Auguste… Socrate pouvait penser en rationaliste comme il le voulait… mais muettement… in petto… il ne devait point en instruire la jeunesse… c’est ça la faute… le prosélytisme… l’enseignement… l’éducation… éclairer les foules… foutre à bas les sophismes qui risquent de faire vaciller les mandarins sur leurs sièges haut perchés… ils n’aiment pas les grecs… les seigneurs de maintenant… non plus!
« Autrement dit s’il l’avait bouclée… il serait encore en vie ! »
« Tout au moins… il aurait ajouté quelques années à ses 70 ans ! »

« Bon Auguste, pour illustrer ma conclusion… je te propose deux représentations de ma compréhension de l’ontologie… »

« Espera oun pau… me fau chanja l’aïguo di oulivo ! » (Auguste voulait seulement passer par les toilettes avant d’écouter ma conclusion « attends un peu il me faut changer l’eau des olives… » N’est-ce point expressif cette métaphore?
J’ai sélectionné deux images de cailloux… qu’est-ce qu’ils t’inspirent…?

« A man senestro vaqui lou caiau bruto… l’autro a drecho es un caiau abourgali »

« A main gauche voilà le caillou brut… l’autre à droite est un caillou construit… civilisé… »

Le premier c’est « l’être en tant qu’être » brut de base, moi Auguste… l’autre, celui des gentilés civilisés « en tant qu’étant… moi plus + » avec ses attifements…

« Oh Alanus ( c’est toujours moi) je préfère le premier, l’autre pécaïre, il me semble un peu aflaquesi ! le tas va s’esmillasser sous peu! »
« Chacun son monde… les ontologies brutes ne sont pas aussi brutes que l’on croie celles des civilisés sont souvent masquées par des vernis ! »

« Et c’est ainsi que murmurent les tortues blondes. »

L’Ange Boufaréu

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *