… de l’analyse du « yin/yang »…

Vues : 16

Dans la panoplie des techniques philosophiques produites par les crânes d’œufs… nous avons une quantité abyssale de formules antithétiques… qui résument le genre humain… assis entre deux chaises…
« To be or not to be ! » du légendaire Hamlet… être ou ne pas être…

Définition de l’antithèse : Chose, personne entièrement opposée à une autre ; contraste absolu.
Récemment, j’ai lu une liste d’antithèses d’un auteur célèbre dans laquelle est intégré le concept de « Yin/Yang »
Oh ! Grosneburgue… me dis-je, il va falloir que je me décarcasse… pour livrer mes analyses…

Donc le concept vient du Taoïsme Chinois, le yin 阴 « sombre humide » le yang 阳« versant ensoleillé d’une montagne »
Comme l’adret et l’ubac… que popularisa Sisyphe… et son caillou…
Ou notre +/0 de notre civilisation dite binaire…
… je te vois/je te vois plus…
… gauche/droite…
… ouvrier/boss…
… incultes/nouveaux philosophes…
… bref nous avons le choix…
Mais  observons que Hamlet… fut l’un des premiers à jeter sa réflexion prémonitoire binaire « être ou ne pas être »
C’est cette thématique qui nous gouverne, depuis que notre ancêtre Lucie, là-bas dans le rif éthiopien lança ses enfants et ses collatéraux au paléolithique archaïque à l’assaut de nos pénates…

Or mes gentilés…
C’est faux…
Le yin/yang n’est pas binaire… s’il l’est devenu c’est pour satisfaire les traducteurs de toutes obédiences qui ont imposé cette logique.
Et de fait nous passons à côté d’un concept lumineux…
Le yin/vide médian/yang est la réalité… c’est-à-dire un rythme ternaire…
Et ça change tout.
Prenons un exemple…
Le sieur Galilée en 1600 aurait conclu après ses calculs que la terre tourne autour du soleil et non le contraire… pour cela il fut condamné à monter sur le bûcher pour être exécuté… il se rétracta heureusement pour lui…
Or chers gentilés… Galilée n’était pas dans la situation « yin/yang » mais dans une couillonnade intégrale papale… Et il avait raison… sauf que pour le dogme de l’église… l’antithèse de l’Italien était hérétique… le pape était dans la logique binaire qui fait fi de la phase “vide médian” où on devient éclairé… hélas l’antithèse persiste…
Depuis Marx… nous savons qu’il n’y a plus d’antithèses… puisque le communisme a apporté la fin de l’histoire… il n’y a plus de « To be or not to be » il y a le diktat… de « tu es et tu la fermes ! »
Bon… comment fait-on pour passer d’un être gentilé des villes et des champs à un « kamarade » de la nomenklatura… hein ?

Eh bien ça se passe dans le vide médian… « entre je suis… injonction… je serai. »

Autrement dit, un espace-temps plus ou moins compressible suivant le temps qu’on vous donne pour réfléchir… entre le temps d’une seconde et la réflexion de quelques semaines…

J’ai pris un cas extrême… je vais redescendre sur le plancher du quotidien…
Tout gentilé à l’âge de six ans… est encabané dans une classe… « Être ou ne pas être » il aimerait tant gambader dehors avec les canards, les poules… les…
Non : le jeune gentilé étudie la fonction algébrique : (a+b)² = a² +2ab+b²…
Qu’est-ce que ça à voir avec le yin/yang ?
Eh bien entre savoir et ne pas savoir c’est le même parallèle qu’entre « to be or not to be »…
A aucun moment, le sieur qui est juché sur son estrade a donné les éléments du pourquoi… c’est-à-dire a rempli le vide médian qui permet de relier la position du je ne sais pas à celle de je vais savoir… ce flux qui va motiver le jeune béotien.
La petite tête blonde va donc répéter comme un perroquet la fonction… d’autres penserons aux canards… les troisièmes se penchent sur le voisin…
Où veux-tu en venir… me dit le petit Auguste qui commençait à sucer son pouce…
Eh bien que l’enseignement prenant en compte la démarche ternaire permettrait de mieux préparer à l’adhésion…
Oui, mais ça c’est une démarche associative… reprit Auguste en tirant son pouce de ses lèvres… moi, la semaine dernière… dans la classe de cours préparatoire première année… le jour de mes six ans… j’ai proposé une démarche similaire…
Et alors ?
Alors j’ai eu cent lignes à écrire… une page de l’Odyssée en grec ancien… la maîtresse à prit la classe à témoin : « ça lui apprendra » qu’elle a dit.

Auguste… est un garçon précoce…
Nous fîmes le tour des lieux, instances, hiérarchies, pouvoirs, académies, structures, partis, associations… où l’on avait introduit la pensée ternaire…
Nul endroit civilisé ne recourrait à cette logique philosophique…
Dans une cellule dite atelier… que la Révolution d’Octobre avait installée dans une banlieue de la capitale nous rencontrâmes un ancien… il évoqua une démarche similaire… qu’il nomma « dialectique »… c’était le même slogan que Canada Dry…

“Ça a la couleur du yin, le goût du yang… mais ce n’est pas du yin/yang”
Il conclut que cette sublime philosophie s’était fracassée le 9 novembre 1989… à Berlin… sous le mur… on n’avait rien retrouvé.

Donc maintenant que nous avons bien digressé…
Comme disait Buonaparte « Un bon croquis vaut mieux qu’un long discours »
En Chine : le yin/yang : nul ne sait quand ce concept est apparu…
Il entre dans la logique chinoise des cycles…
La pensée chinoise ne traite pas le temps de façon linéaire mais cyclique… une année entre dans un cycle un nombre d’années… ce nombre s’inscrit dans un autre cercle…  le cycle de base est l’année lunaire…

Le concept a été représenté grâce à l’image de deux poissons tête bêche…
L’un est noir… avec un œil blanc
L’autre est blanc… avec un œil noir…
Ceci afin de comprendre symboliquement les extrêmes…

Puis les deux poissons ont été stylisés à l’extrême…

J’ai représenté dans une succession de cinq visuels la double évolution de chaque poisson… de façon cyclique parallèlement et en même temps…

le noir devient progressivement blanc pendant que le blanc devient progressivement noir…

C’est pendant cette progressivité que se situe le vide médian… que la pensée passe d’un point de vue évolutif à un autre en intégrant les modifications…

ceci à des vitesses variées suivant la complexité de la mutation…

nous ne sommes donc ni Yin ni Yang… ni to be or not to be… nous sommes en mutations permanentes…

or curieusement la pédagogie la politique les philosophes…

ne s’appuient pas sur cette caractéristique… permettant la réflexion…

Je sais pourquoi dit Auguste… qui venait de se réveiller d’un somme dans lequel il résolut une équation du second degré…

« Parce que ton ternaire, il est participatif… oh banaste ! Tu as vu Marx, Mao, Castro et les autres « Tota-et-litaires » vouloir la participation… toi ? »

Auguste snoba ma démo napoléonienne… pour s’attaquer à une équation philosophique…

« Et c’est ainsi que murmurent les tortues blondes »

L’Ange Boufaréu.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *