“Le livre s’ouvre seul aux feuillets souvent lus” Edmond Rostand Station N°13

Vues : 57

Deux messages traitent ces colonnes…

Le chapitre N°4 du texte du “résident”
La suite des informations concernant “Mademoiselle Zhang” édité par :
Les Editions Alain Iametti

« Le livre s’ouvre seul aux feuillets souvent lus ! » L’Aiglon : Edmond Rostand

Remarque de Frédéric de Gentz, opposant Allemand à Napoléon 1er qui observe L’Aiglon lisant les feuilles à la gloire de son père.
Hélas pour nous ce n’est pas la gloire qui nous fait re-ouvrir le livre « Révolution » écrit en novembre 2016 par le candidat devenu « résident » à l’Élysée… c’est la poursuite de l’évaluation d’un quinquennat qui est loin d’un quinquina que nous aurions préféré… comme remontant.

La station du livre où nous nous arrêtons ce jour, est le chapitre n° IV… à « César » … ou « ces arts »… c’est selon » en chiffres romains obligent… les stations du calvaire sont toujours en chiffre romains… le chemin en compte XVI.

Cette station a quelques particularités…
En premier : le titre…
Édité, en 2016… n’oubliez pas Gentilés…

À cette époque antédiluvienne, un certain nombre d’auteurs ont parlé de la pression des migrations légales illégales d’ici de là et surtout d’ailleurs… alors l’auteur pas encore candidat et donc pas encore élu… pratique la prognostication loin de celle de Rabelais, il aurait glosé le bougre… lui il est candidat il sait que le sujet sera brûlant… s’il est élu… hélas il le fut.

On a vu les titres totémiques dans les journaux :
« Le grand remplacement ! » nomination historique… basique… puis…
Surenchère :
« Pas de fatalité… ni au grand déclassement… ni au grand remplacement ! » le ni ni fleure toujours bon l’authentique formule du « feu résident » socialiste…

Or, Gentilés, le candidat a des lettres… il connaît son Machiavel… il écrit… c’est fort… c’est son style…
Il propose : « La grande transformation » et toc… il coupe l’herbe sous le pied à tout futur fouineur…
À cette époque, en novembre 2016… date devenue une lointaine référence abyssale quasi oubliée par quasi tous… ce n’est pas encore une « donne future » selon la doxa stylistique journalistique de 2022… nobody : (en anglais dans le texte, ça fait chic)… rien, pas de réaction… on ne fait aucun parallèle entre :
Le « Grand remplacement » et « La grande transformation »…
Or, nous cénacle ergoteur, en son temps nous fîmes ce rapprochement… hélas… hélas… hélas…
Depuis : « Le livre s’ouvre seul aux feuillets souvent lus ! »

En second…
Après la composition du titre vient l’analyse dialectique du fond… le chapitre ne compte que 11 pages…
Comme tous les chapitres… l’auteur… le « résident » actuel je le rappelle, commence systématiquement par analyser les malheurs… c’est la technique du dramuscule…

La France est malheureuse… et perd son identité…
Elle évolue dans une civilisation… monde…    
La preuve… j’ai connu les conséquences néfastes en gros et en détail je suis comme vous, c’est moi qui souligne.
Cette mondialisation des flux ne cesse de s’accélérer…
Maisil y a du bon… il l’a dit…
Or la mondialisation a conduit à rémunérer des activités… spéculatives…  là… vous avez compris il fustige les financiers… comme son prédécesseur…
« Mon adversaire, c’est le monde de la finance. »… un moment guignolesque…

Question : quel était le métier du candidat avant d’être « résident » ?
A : éboueur
B : caissier de supermarché
C : contrôleur à la SNCF
D : fildefériste…
(Cocher la case correspondante… les gagnants recevront un bon-point)

Poursuivons.
Selon une étude 10% à 40% des emplois pourraient être automatisés…  l’horreur…
Mais… nous empruntons de l’argent sur les marchés financiers pour payer nos fonctionnaires.   Ouf, ils respirent… se priver de 4 millions de voix c’est bête… pas de soucis mes agneaux…
Le numérique va donc profondément bousculer notre organisation collective…
Les risques… environnementaux… géopolitique… terroriste… religieux…
Pour faire face : il n’y a pas de tâche plus urgente que celle du discernement
Voilà la solution : il faut discerner.

Enfin, le meilleur…
En réalité, face à ces risques, c’est une fermeté intransigeante et une autorité vraie qui s’imposentautrement dit : le contraire de cinq ans écoulés du quinquennat…
… ce sont là les éléments d’un grand bouleversement qui nous impose de réagir… 

Cette grande transformationil ne dit pas ce grand déclassement… ni ce grand remplacement… par pudeur sans doute…
Les Français le savent bien et ils sont prêts à réinventer notre pays…  

Vous avez compris ?
… où sont les mesure annoncées pour lutter contre chaque points :
environnementaux… géopolitique… terroriste… religieux… ?

Aucunes…
… mais nous sommes prêts… les yeux dans les yeux…
… si le candidat « résident » est élu… hélas, il le fut… il suffit de suivre le prédicat incantatoire… subliminal… ubiquitaire… voire shamanique…
… voyez le résultat…
… je plains beaucoup notre « résident »… ça fait un peu cul-cul… d’avoir accueilli en grande pompe le chef du Kremlin à Versailles… pour recevoir cette désinvolture de Vladimir…
… c’est des coups de pompes dans le c… qui se perdent.
Il continue… je sais tout… je ne dis rien… mais vous êtes prêts…

… Da ! Moutons Panurges… trrrrès beaucoup aimé… par Vladimir… ah ah ah!

Dans les chapitres qui suivront… nous vous ferons visiter la ville de Shenyang où se situe l’action de cet opus…

                                                Et c’est ainsi que murmurent les tortues blondes

                                                                       Gentilés  
                                                                       Si le voulez bien
                                                                       Lisez suite jour prochain 
en attendant… méfiez-vous des mots qui souvent mutent en maux… lisez les panneaux SNCF… attention en traversant… une grande transformation peut cacher un grand remplacement… méfiance…
L’Ange Boufaréu

 

“Comparaison n’est pas raison…” écrivait Flaubert. N°12

Vues : 81

Bonjour gentilés… en ce jour radieux… j’ai deux communications :

La première concerne Les éditions Alain Iametti

Afin de pouvoir commander un titre… nous avons installé la procédure.
Charger le lien des éditions Alain Iametti sur votre moteur de recherche :
https://www.editionsalainiametti.com/

Choisir l’opus par exemple:
https://www.editionsalainiametti.com/produit/mademoiselle-zhang/

Deux options se présentent alors : choisir l’option et rajouter au panier.
– Option papier
– Option numérique

Le choix de l’option ouvre la procédure d’achat avec coûts postaux calculés en fonction du pays destinataire.
– Paypal
– Carte bancaire

Les éditions Alain Iametti reçoivent alors un message et envoient l’opus par la poste.
Les délais d’acheminement sont ceux des services de livraison.

La seconde… est tirée de la correspondance de Flaubert… elle concerne la raison qui a résonné dans mes synapses… en ces jours d’anti-raison…
« Comparaison n’est pas raison »… écrivait Gustave, dans sa correspondance…

La formule est séduisante mais ambiguë parce qu’elliptique… je pense qu’il songeait à l’art de raisonner et non le fait d’avoir raison… autrement dit, on peut raisonner sans avoir raison…
Nous allons suivre cette voie… sans voix… in petto donc: si je compare… suis-je en train de raisonner ?
À l’aube des élections futures d’avril… ne serait-il point raisonnable de raisonner ?

Je vous invite à nous intéresser rétroactivement au livre-programme du « candidat » édité en 2016.
Titre flamboyant « Révolution » lequel candidat fut « résident élyséen » de l’an de grâce 2017… à celui de 2022… cinq ans donc… de révolution…

Page 250/251, chapitre XVI : Rendre le pouvoir à ceux qui font.
Concernant la fonction publique le candidat écrit :  «  Je suis à cet égard favorable à ce que nous maintenions le concours de celui de l’ENA. »
Éphéméride du quinquennat.
Emmanuel Macron a annoncé le 8 avril 2021 qu’il allait « supprimer l’ENA » pour la remplacer par un « Institut du service public »

Page 265, chapitre : conclusion.
Concernant la culture : « Je veux une France qui transmette sa culture, ses valeurs. »
Éphéméride du quinquennat.
Le candidat annonce à Lyon le 6 février 2017 « Il n’y a pas de culture française. Il y a une culture en France. Elle est diverse »

Page 75, chapitre VI : Investir dans notre avenir.
Le candidat ému de tant réalités… écrit :
« La désindustrialisation française est en effet l’une des causes de notre malheur. »
On a vu, en 2020 et jusqu’à présent ce qu’il en était… pendant le désastre médical… c’était la Chine qui livrait des masques et autres médicaments… dont nous avions concédés les fabrications, car nos élites s’élisaient lointains des bleus de chauffe maculés de cambouis, sur leurs mont-ticules du haut de leurs strapontins dans les sphère bobos réflexives… déchus, nous étions incapables de fabriquer pour nous protéger… effectivement pour notre malheur…

… mais en ces jours du solstice d’hiver… à quelques encablures du 10 avril… le « résident » s’agite… tel le sémaphore, il lance des anaphores ampoulées de métaphores… métamorphosé en luminophore… il tente d’éviter le pyrophore du premier tour… ah il est phosphore, lequel substantif signifie « porteur de lumière »…
… n’est-ce point cette chimiluminescence que le corps du « résident » irradie?
… pour notre bien…?
… ça va bien se passer…!
… ô za na !

                                                     Et c’est ainsi que murmurent les tortues blondes

                                                                       Gentilés  
                                                                       Si le voulez bien
                                                                       Lisez suite jour prochain 
en attendant , méditez… phosphorez… ardemment… vous avez encore le temps… ça va bien se passer…
                                                                                                L’Ange Boufaréu
                                                                                        

 

 

Année du Tigre… Nouvel An Chinois… N°11

Vues : 73

Gentilés de la noosphère du cosmos et d’ailleurs… 1er février, je vous souhaite une année du Tigre paisible mais forte… 祝你虎年快乐… je vous remercie pour votre présence et vos lectures sur ce blog qui tente de prendre le pouls de l’évolution de la société… et comme on dit à Lyon dans les traboules :
“il y aura des bousculades, prenez soin de vous, tenez bon tati!”

Les éditions Alain Iametti et son auteur alain harmas… célèbre sans sa rue… 

Rappelons que alain harmas récemment a édité “Mademoiselle Zhang”… née en 1925… elle retrace sa vie depuis la chute de la dernière dynastie impériale les Qing… jusqu’à son retour dans le cosmos en 2016… elle était née sous le signe du Buffle”

Vendredi 4 février… Les éditions Alain Iametti éditeront le n°12 qui apportera les éléments technique permettant d’acheter cet opus… sur la noosphère, le cosmos et ailleurs…

                                                       Et c’est ainsi que murmurent les tortues blondes

                                                                       Gentilés  
                                                                       Si le voulez bien
                                                                       Lisez suite jour prochain 
les éditions Alain Iametti… alain harmas… L’Ange Boufaréu s’associent pour vous souhaiter tous les possibles dans cette nouvelle année… 新年快乐… à +… 再见   
                                                                                        

 

 

 

 

 

 

 

Étude comparative entre un livre un yaourt et un candidat élyséen. N°10

Vues : 78

Gentilés en pleine réflexion sur leur vote du premier tour dans 85 jours… être ou ne pas être!

En ce vendredi… 85ème jour avant le Premier tour des élections… la camarilla touilla la question
( du verbe touiller)… quant à une étude comparative… entre un livre un yaourt et un candidat élyséen…

État…
Ce sont trois produit de consommation… cyclique…

Action…
Je lis : je consomme le contenu du livre…

Je mange : je consomme le contenu du yaourt…

J’élis : je consomme 5 ans 60 mois 260 semaines 1824 jours… ad libitum… de présence…

Mais… pour quelle immanence…
Le livre fini…  une fois lu si je ne l’aime pas, je peux l’offrir, le revendre, le stocker sur un rayon de bibliothèque… faire un beau décors… 
Le yaourt… une fois consommé si tu le trouves détestable tu en achètes un autre… mais en attendant selon Paul Ricard tu le pisses et tu jettes le pot…
Le candidat… une fois élu tu fais comme Charles… tu attends… car contenu et contenant se stockent tout seuls sur le plus haut strapontin du Mont-Ticule… une fois là-haut va donc jeter le « résident »… lorsque le vin est tiré… il faut le boire… tu pisseras dans cinq ans quand tu auras tout consommé… certains en redemandent…

Nota bene : L’Ange Boufaréu reviendra exceptionnellement mardi 1 février… car c’est une date importante dans la vie de celui qui gère ce blog… rendez-vous dans quatre jours…

                                                     Et c’est ainsi que murmurent les tortues blondes

                                                                       Gentilés  
                                                                       Si le voulez bien
                                                                       Lisez suite jour prochain 
nous avions sollicité un ancien “résident” qui n’a pas voulu s’exprimer… c’est donc le typographe de service non syndiqué qui a réalisé ce billet d’humeur… 
                                                                                         … L’Ange Boufaréu.

 

 

 

“Je suis là depuis quand?” N°9… suite du chapitre N°8…

Vues : 54

Je suis là depuis…
… combien de temps… gargouille-je…
… le temps n’a aucune importance… hulula le premier hibou
… tu as chuinté vouloir trouver un mot en ique ou en méta qui serait mon sésame…
… c’est à voir… voyons… chuinta le second hibou…
… le temps serait donc symbolique ?
ouhouhou-ou-ouhouhouhouhou… Bubo-Bubo… manifestation du Grand-Duc perché sur son mont-ticule…
… tu peux traduire ?
… il fallait composer un mot en ique et méta… tu arrives avec un seul ique… là est le hic… tu restes donc là !

J’étais enchaîné devant l’écran triphasé tridimensionnel autant que tricéphalé en cosmos-vision… sans cesse… la colonne-de-melon-trois-pièces-oignon-escarpins poursuivait sa lente pénétration dans le couloir métamorphique… elle ressortait… attifée « news normes » (sic) c’est du volapük (sic)… le trois pièces gris à fine rayure blanche… mutait en boubou… sandale de cordes… caftan bleu… djellaba ocre… chèche des sables…
Le melon entrait imberbe sortait décoiffé barbu en quittant la chrysalide… la peau mutait bistrement… certains pour la plupart presque tous totalement… se babélisaient doctement en jargonnant des langues que Ur en Chaldée n’aurait point reniées.

… mais enfin… me plains-je…
… hou hou là là… hulula… le loulou à la tête montée sur une rotule héliocentrique qui fit trois rotations à 360° dans le même sens… puis elle s’arrêta…
… que me reproche-t-on ?

Amis Gentilés… avez-vous déjà entendu un concert de houhou…
C’est transtratosphériquement désopilant…
Longtemps après que les homériques harmoniques et autres arpèges houhoutiennes… se turent…  régna un grand silence… suivi d’un ubuesque dialogue…

… tu vois dit le Grand-Duc…
… au fond tu n’es qu’un innocent… mais ton crime n’est pas pardonnable… tu ne seras pas pardonné… tu as voulu masquer ton ontologique nature derrière un melon-trois-pièces-oignon-escarpins… mais voilà… tout œil hibou décèle le caillou derrière le marlou…
… c’est bête comme chou… pensé-je en murmurant…
… tu marques un point en enfonçant ce clou…
… au bout de ton laïus… dis-moi… ne ferais-tu pas un peu joujou avec un pauvre pesquadou ?
… hou hou … tu veux faire le malin… je te mettrai à genou… avec ou sans X

… « Gentilés qui me lisaient qui m’écoutaient qui m’oyez… entendez… le dit du Grand-Duc! »

… tu n’es qu’un petit pou… masqué derrière ton melon tu voulais conserver ta vindicte envers le Grand-Duc… tu voulais dénoncer le Progressisme lumineux… le fameux ni-ni en même temps… mais comment peux-tu reconstruire ce que déconstruire veut dire… tout résident-virus… ronge, vrille, râpe, perce, creuse, sape, détraque, ravage, dissout, fêle… efface définitivement l’antique laque vermoulue de ta vieille peau… mais « tu as trop écrit contre moi… il faut que je me venge… et là-dessus le loup l’emporte et puis le mange sans autre forme de procès »…
… je l’avais appris en CP1…
… et pourtant tu continues… tu es un danger pour la culture… tu n’es qu’un chat-pardeur…
… j’avais entendu… que… il… y
… détourne pas le sujet !
… bon dis-moi… pourrais-tu… me donner une clé… suppose que je veuille recouvrer l’espace grâce à ta bonté… en trouvant le talisman en méta et ique… je suis prêt à écouter tes conseils pour écrire mon prochain opus… qui ne te révulses point.
… il faudrait pour cela que tu amandes ta structure infrastructure superstructure… en es-tu capable… tu appartiens à cette mauvaise classe qui génère des houhou chez les Grand-Duc… regarde comme je me charge des déviations… zieute cette colonne de melon… comme je la transforme… au son des rigaudons…
… mais que je te laissasse écrire… faudrait-il alors que tu déconstruises le péquin…
… quel axe serait le bon… selon toi ?
« Let me see ! » (sic) c’est encore du volapük « new look » (sic)… tiens… imagine un texte bien germanopratin… où une fille si possible issue d’une cuisse gauche de Jupiter… connue… célèbre même… la quarantaine obtenue… jolie… soudain d’une commode que l’on vient de vendre à un chiffonnier pour quatre sous… lequel magot que l’on va publiquement remettre devant les caméras du Grand-Duc urbi et orbi… à des associations de bénévoles… car ce monde « juste » devant le grand cosmos… n’est juste qu’un monde qui fait sa pub… donc, « mignonne tandis que votre âge fleuronne… » (sic)  en transportant le meuble bancal… tombe un cahier vermoulu…

foule allant voir le fameux cahier perdu…

Ô ! surprise… doit-on considérer que le cahier a été vendu… avec le meuble… cas de conscience grave pour l’acheteur qui n’y connaît goutte…
À propos, malgré sa goutte, son rhumatisme et ses douleurs lombaires arthritiques… l’humble acheteur se baisse ramasse les feuillets antiques et les tend à l’héritière…

Ô ! joie (bis)+(bises)
Puis…
Ô ! retour de joie… ah ! rabat-joie… Hem ! aigreurs d’estomac…

Le plumitif relate les courses secrètes d’alcôves d’un ancêtre… antique… époque où les diligences étaient mues par la force musculaire des percherons… hélas non syndiqués… note-le !
Là… dans le carré soyeux… eut lieu loin des yeux… de joyeux ébats giboyeux…
Le Pépé, on l’avait vénéré tant héros… le voilà dépiédestalisé… fracassé au sol mineur par la nouvelle moraline… car le cahier révélait l’irrévélable
Et oui… l’ancêtre demi-dieu… n’était qu’un démiurge jean-foutre… lutinant toute donzelle… y compris les madamizelles… entre 7 et 77 ans… selon la formule… con et sacrée… là sur les coussins de velours, l’arrière-arrière-arrière-demi-sœur de la grand-tante par alliance avait été déflorée dans le carrosse doré… alors qu’elle n’avait que l’étiage de l’âge susnommé… 7 ans…
Elle racontait la chose… elle en rajoutait… gourmande… on glosa… l’événement était cosmique… cosmogonique… qu’il fallait masquer de cosmétique…
Le scandale couva… après avoir couvé… se découvra… vri… vraihhhhhh !
Les antennes des points cardinaux retentirent… inceste… œdipe… narcisse…
Bref, le roman familial… porté aux esgourdes de tous… fit flonflon… car l’ancêtre était fertile… il ensemençait gaillardement… l’onde de choc fut un tsunami… qui, resté enfoui dans les plis du palimpseste… tant rempli d’incestes… s’épanouit dans les gazettes…

« ô rage ô désespoir ô vieillesse ennemie…
Que n’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie… » se plaignait le plaignant…

… voilà mon ami… les textes que tu pourrais sortir… pendant ce temps… le Grand-Duc aurait la paix… tu auras les antennes, la célébrité et tous les prix que tu veux!
… c’est pas ma ligne éditoriale…
… bof! mais tu pourrais aussi comme Cyrano versifier en variant le ton…

« L’ancêtre avait du lard au fond de son placard
Il butinait Mimi ah le lascif lascar…
Tonton donneur de ton, c’est pas au mirliton
Qu’en son carré roulant il troussait Jeanneton »

… Attends… j’ai pas fait fini… j’aurai dû devenir écrivailleur

« Le Pépé était vert tant que Mathusalem
Ou bien tel Priape il lustrait son Totem »

Pas mal celle-là…
Rires… gras…
Autour du Grand-Duc… un troupeau de hiboux se pavanait se gondolait à l’écoute du chef… qui variait le ton… à tâtons… délirant sur un téton…
Il me resta le loisir de regarder la colonne de melon… se métamorphosant… pendant que le Grand-Duc versifiait sous les houra houhou lala de ses troupes… depuis… je suis bloqué au mot saint-bolique

Parfois les Grand-Duc… dit-on… produisent des métastases… métacentriques qui offrent des failles hyperboliques… pour pouvoir s’enfuir…
Hélas…
Je suis toujours là…
J’écoute les peopolisations du Grand-Duc…
Mes brailles sont orphelines…
Elles risquent de le demeurer encore longtemps…

Et c’est ainsi que murmurent les tortues blondes

                                                                       Gentilés  
                                                                       Si le voulez bien
                                                                       Lisez suite jour prochain 
pour découvrir les dernières nouvelles de deux mains… hosanna delirium.   
                                                                                         … L’Ange Boufaréu.