Révérend John Smith : Premier chapitre…

Visits: 7

0… Avant-propos… foreword…  

Lecteur… my friend… I invite you to follow me, but take care, we are entering the empire of power…
… là, tu vas découvrir, comment se « fabrique » un prophète.
Aucun titan sur cette terre n’est capable de réaliser un tel exploit, seul au monde un génie prométhéen possède cette capacité.
Cette puissance soumet l’espace à ses lois, ses checkpoints militaires tissent des réseaux qui prolongent sa bannière, son billet vert assomme les économies vassales. Depuis 1492, il traque tous les insolents qui tentent de le concurrencer… sa loi dite « démocratique » impose sa totale logique… totalitairement totale..
Tu l’as compris, lecteur, ce Léviathan se situe entre le 38° 00′ Nord et le 97° 00′ Ouest. L’océan Atlantique à l’est, l’océan Pacifique à l’ouest baignent ses rives, au nord, les arpents enneigés assujettis sont sous son contrôle, au sud, les tribus latines poursuivent leur sieste…
Ce gigantesque protozoaire déploie ses pseudopodes à l’extérieur de ses limites territoriales sur la surface de la noosphère.
Son étendard affiche 50 étoiles, elles bornent son espace territorial, mais il a vassalisé plus d’une centaine d’inféodés hors de ses frontières en construisant des bases avancées, dites « de protection »… sorte de greffe sicilienne qui prétend « offrir protection contre remboursement »… tel un « Parrain »
À tel point, qu’un quidam étranger qui à Pamparigouste-les-Olivettes regarde un film hollywoodien, se place ipso facto sous le glaive juridictionnel de l’État à bannière étoilé…
Voilà, Lecteur, tu es renseigné sur l’identité de la matrice génitrice.
Viens découvrir :
John Smith, le prophète… création post-biblique, selon le prédicat… étasunien :
« In God We Trust »
Hosanna… 

 

1… où le narrateur se présente…

… à moi Akio, humble Japonais, fils de pêcheur, né à Yokosuka, m’échut l’exposé de cet introït, mais pas seulement…
… il me fut aussi confié la grâce de relater la vie de Josef Schmitt devenu John Smith…
Je m’inclinai en acceptant cette mission.
Le Béotien que j’étais en recueil de textes biographiques n’avait point évalué la charge métaphysique de cet apostolat, car ce récit présente un volume de connaissances quasi encyclopédique. Il fallut collecter les plumitifs de plusieurs scribes, classer les narrateurs anonymes, valider d’autres copistes émergeant au fil des espace-temps pour parvenir à matérialiser le corpus.
John lui-même calligraphia quelques pages que certains jugèrent apocryphes… Ô gens de peu !
Il les nomma « manu-script », nous le conservâmes pieusement sous cette qualité.
Qui es-tu John ?
Il naquit en Pennsylvanie… fruit de ses géniteurs que sont : le Germain forgeron Gottfried Schmitt et l’Indienne Yépa de l’ethnie Algonquin… mère au foyer…
À sa naissance, ce garçon était surdoué…
Il intégra l’espace-temps en un rien de temps, défiant l’instant des moments, tant présents passés que futurs : tel un titan…
Comment définir le physique de ce mâle qui réussit la synthèse du sang Aryen avec celui de l’Indien Algonquin : c’est déjà un mystère !
Il portait fièrement son métissage, sous sa tignasse blonde, rayonnait un épiderme de  Peau-rouge. Le regard bleu des ancêtres Germaniques lui donnait ce fier sang-froid qui habite l’Indien depuis ses premiers pas.
Le voyant paraître, on disait de lui : « c’est une belle bête »
Josef était secret… aussi secret que les papyrus de Qumrân, muets depuis plus de vingt siècles… ils savaient, mais ils se taisaient… enfouis en quelque sorte.
Gottfried autant que Yépa ne parvinrent jamais à décoder les pensées de Josef, car chez lui, dès sa naissance, tous ses neurones étaient cryptés.
Sa métaphysique avait intégré le protestantisme de Calvin autant que les chants totémiques du Serpent à Plumes des Indiens…
Josef était biface autant que multiface…
Esthétiquement socialement anthropologiquement culturellement artistiquement physiquement sexuellement Josef ressemblait au parfait US-boy. Il écoutait Springsteen, sa connaissance des Lakers de Los Angeles était omnisciente, il citait souvent Benjamin Franklin… un exemple.
Mais sa particularité… particulière, si je puis dire, car il fallait vivre un certain temps avec cet homme pour authentifier ses aptitudes : son ontologie profonde était composée de trois niveaux capacitaires.
En premier, Josef était polyglotte, il maîtrisait entre dix-huit à trente langues, aussi facilement que votre voisin ingambe va, tous les matins, acheter son pain quotidien…
En second, ses lobes encéphaliques frontaux fort bien construits contenaient une phénoménale encyclopédie de la totale mémoire des Indiens. Là, il stockait langues, cultures, histoires de chaque tribu, peuple, groupe, Quidam vivant ou disparu ayant vécu sur les territoires du Wild-West, bien longtemps avant le passage de la Mer Morte…
Enfin… Josef était sujet à un syndrome, l’Anupotaktos, qui en grec signifie : rebelle…
Autrement dit Josef était un insoumis…
Si vous lisez la suite, vous pourrez découvrir comment un être « libre » autrement dit « insoumis » devient indéchiffrable… jusqu’à devenir « prophète »… un mystère !
Ce récit se développe : de façon itérative… on veut dire qu’il n’est pas linéaire…
Il faudra s’y faire…
En résumé lapidaire, Josef fut un être qui ne donna aucun signe de  bêtise, couardise, gognandise, fainéantise et autres terminaisons en isme… tels que socialisme, pochardisme ou couillonnisme… car Josef était sobre.
Yépa, sa mère et Gottfried son père se louaient fort d’avoir enfanté cette lumière de leurs yeux que le Seigneur leur avait donnée. Josef, en grandissant, ne présentait aucune tare que trimbalent ces jeunes de maintenant… fumeurs d’herbe… buveurs de canettes… hurleurs sur motos… butineurs de minettes… maraudeurs… il faut bien que jeunesse se passe… disaient certains…
Eh bien, lui, sa vie, il la passait en « Étant » méditant, pensant, en traversant les espace-temps, ici, maintenant, autant qu’ailleurs… car pourquoi cette collection de bibles… torah… talmud… coran… bulles des papes… testaments apocryphes… sermon de Bénarès… yin-yang… 道 tao… « petit livre rouge » qui occupaient tous les rayonnages de sa chambre… Hein ?
Un soir…
Josef venait de boucler son troisième master… quelques heures avant ses très jeunes années de pré-ado… oui Josef était précoce…
Il entra dans la grande salle de réunion de la ferme de ses parents… l’Hacienda.
Il prit un siège…
Grignota quelques graines de courges grillées et annonça :
« J’ai signé un contrat de dix ans chez les GI ! »
« Ton insoumission ne risque-t-elle pas de te gêner ? » s’enquit Yépa ?
Une mère s’interroge toujours quant aux actes fondamentaux « rebelle-insoumis » de son rejeton… surtout s’il est confronté aux GI.
« Mère… je veux connaître cette contradiction dans ma chair… en vivant l’ordre dans le désordre… je pourrai dire plus tard : j’y étais… à présent : je sais ! »
Comme un Sadhu tel l’ascète, il voulait s’éprouver… en somme.
Confucius n’a-t-il pas écrit :
« Pour faire dix mille li, il faut commencer par le premier li ! »
… ce qu’il fit…
… c’est en cheminant sur cette voie, que Josef Schmitt… devint John Smith…
… celui qui marche bien ne laisse pas de traces… a dit Lao Zi.
 

                                            Et c’est ainsi que murmurent les tortues blondes

                                                                       Gentilés  
                                                                       Si le voulez bien
                                                                       Lisez suite jour prochain
… vous pouvez aussi charger le lien des éditions Alain Iametti sur votre moteur de recherche : https://www.editionsalainiametti.com/
vous trouverez les opus édités…
                                                                                
L’Ange Boufaréu, alias alain harmas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *