Koba ou la sombre rémanence “Relâche” N°2… chapitre N°41 “Il est interdit d’interdire!”

Vues : 31

Luigi Pirandello : Buongiorno… Ange come stai amico mio ?
L’Ange Boufaréu : può andar bene… lo sai… mi sono allontanato un po’ da questa evoluzione del nostro paese…
Luigi : puoi spiegare…
L’Ange : non riconosco più nulla… alors, comme on dit chez moi en Provence :
« Iéu m’encagne dins moun caïre ! »
Luigi
 : je ne connais pas cette expression…
L’Ange : « s’encagner » je m’irrite… et je me réfugie dans un coin pour éviter de hurler…

Luigi : ici, tu peux y aller on est entre nous…

L’Ange : tu le sais nous sommes à Larchy… un village bien de chez nous… avec sa place de la mairie… son platane de la liberté… un notable patient est devenu son maire… bref tout comme là-bas… dans la capitale… bien de chez nous… avec sa place publique… sa dernière sculpture gonflable made US pour bobos… leur jeune homme est devenu « résident »… ses marquis… ses culturels… ses mignons…

Sauf que Larchy est incommensurablement  plus petit…

Tiens, au sujet de la patiente le célèbre naturaliste Buffon a eu cette non moins célèbre pensée : « Le génie… c’est une longue patience ! »

Buffon est mort en 1788 un an avant l’arrivée des premiers soixante-huitards… il avait 81 ans, c’est un exploit pour son époque… notre notable local a beaucoup de marge… à la fois pour l’âge, mais aussi pour l’épaisseur des encéphales… c’est le sens de la longue patience… néanmoins, selon Darwin ce sont les hasards de l’évolution qui bonifient les encéphales… il faudra attendre… toi Luigi, tu n’as pas attendu…

Luigi : oh moi… tu sais… après le Nobel, on m’a enterré… mais tu voulais soulever d’autres points… dans ton caïre… tu as trouvé la formulation ?

L’Ange : je voudrais traiter deux points…
Luigi : le premier.

L’Ange : le premier, c’est d’abord de remercier les lecteurs qui suivent mon blog Le Grand Canal… www.legrandcanal.com
Au cours des 12 derniers mois… je vais te livrer le résultat des audiences…

Nombre de lecteurs : 12 490… soit 1 040 lecteurs/mois.
Nombre d’articles lus : 49 166… soit 4 097 articles lus/moi.

US4 : 4 236 articles
France 1 389
Allemagne    973
Russie    709
Chine    512
Royaume-Uni    471
Hollande    399
Canada    332
Singapour    326
Inde    308

Lecteurs, je ne sais comment vous exprimer ma gratitude… merci… vous m’encouragez à poursuivre…

Luigi : alors tu sors de ton caïre ?
L’Ange : non… laisse-moi ruminer dans mon coin…
Luigi : le second point…

L’Ange… c’est une réflexion qui n’est pas facile à poser… je compare la situation actuelle avec celle de mai 68…
Je vais tenter d’expliquer… le plus simplement possible…

Premier temps : en mai 68… nous avons appris que 4 trublions cassèrent les meubles parce qu’ils ne pouvaient aller baiser les filles du dortoir d’à côté… alors, ils forcèrent les portes… et oh surprise… les gardiens du temple reculèrent… après avoir forniqué à couilles rabattues (San Antonio)… le raisonnement l’emporte sur la morale… les trublions théorisèrent :

« si en fracassant la porte j’ai pu obtenir ce que je voulais… alors que je le demandais gentiment… je vais fracasser ces pauvres barrières restantes de la bienséance… je vais les rendre obsolètes pour un impossible retour… au final j’aurais encore mieux que ce que je voulais ! » 

C’est ce qu’ils firent… depuis, ils gagnèrent tous les pouvoirs bourgeois et la nuisance en prime… observe Luigi c’est toujours les mêmes, les casseurs soixante-huitards que tu vois à la TV… y causent encore comme on dit dans les traboules…

Second temps : rodéos, lucres, dealers, assassinats, viols, vols, immigration, pas d’amalgames, impossible retour à la frontière… que disent les acteurs :

« j’ai bien compris la leçon des soixante-huitards : il faut fracasser la porte… je cogne, je demande rien je prends ce qui me plaît… je vais bousiller le reste car il n’y a plus aucunes barrières ni légale ni policière et encore moins politique… et l’humanité bienséante, ça je m’en tape !… et j’aurais encore mieux que ce que je voulais… car avec l’Europe en plus… je suis devenu intouchable ! »

C’est ce qu’ils font, ils organisent l’insécurité… observe Luigi… à quel point le nombre de moralistes se liguent pour faire taire les quelques voix qui s’élèvent pour dénoncer l’insécurité…

Troisième temps : Aucun soixante-huitard… aucun politique… aucun élu… du résident sur son Mont-Ticule au notable sur son strapontin… ne prend le parti du peuple… le peuple est plié… depuis le centralisme catholique… depuis le centralisme jacobin… depuis le centralisme de 89… ce centralisme a été légué aux communistes en 45… il a muté pour devenir un costume acquis pour des siècles dans lequel le candidat pénètre en criant « haro le fascisme »… alors il récolte son plat de lentilles.

Enfin, il peut éructer : « Il est interdit d’interdire ! »
À tel point qu’il s’interdit de faire appliquer la loi… en appliquant le célèbre apophtegme  “fort avec les faibles… faible avec les forts !” qui lui va si bien !
Ils ont tant éructé de prédicats pour conquérir le poste… qu’une fois l’écharpe tricolore ceinte…
… lorsqu’ils sont sur les strapontins
… ils deviennent lointains…
… en reniements…
… tout simplement…
… parce qu’ils ont la trouille… de faire appliquer la loi… elle se retournerait contre eux.

                                                                       Gentilés  
                                                                       Si le voulez bien
                                                                       Lisez suite jour prochain
                                                           Et c’est ainsi que murmurent les tortues blondes
                                      Article composé par le pavé… lequel pour parodier Lénine… éructa : moi qu’ils ont préparé… ils vont me recevoir sur le coin du crâne… là, ce sera trop tard.   

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *