Koba ou la sombre rémanence chapitre N°16 Weizhi Xiansheng raconte…

Vues : 38

(Nuages des Hauts de Larchy… en vision panoramique…) 

Le village de Larchy… nous l’avons dit déjà dans nos textes, présente un Haut-de-Larchy et par opposition un Bas-de-Larchy. Entre le Haut et le Bas plusieurs strates de couches géologiques… plusieurs degrés de température entre le Haut sibérien et le Bas sub-saharien… autrement dit des conditions de vie particulièrement curieuses. Des armées de sociologues vinrent étudier cette étrangeté… “que le monde nous envie”
Mais dans les écoles qui formèrent ces élites, dominait la pensée binaire… les universités sous diktat marxiste… autant que les écoles où régnait la sainte croix… ne découvrirent jamais l’existence du Pied-Mont-de-Larchy… qui par définition est la ligne médiane entre le Haut et le Bas… ainsi se perdit : la Raison… depuis on la cherche!
Or, c’est dans ce Pied-Mont-de-Larchy que nous nous retrouvâmes ce jour… chez Weizhi Xiansheng… personne n’avait connaissance de cet habitat troglodyte parfaitement indécelable…
Moi-même Luigi Pirandello qui rédige cet article ne suis point capable d’en retrouver l’orientation… à un moment de la progression vers ce point… la conscience disparaît seul une force vous guide… soudain vous voilà assis devant Weizhi 未知… le retour au logis est aussi mystérieux que l’arrivée…
Il y avait autour de la table Vissarionovitch Djougachvili… dit Sosso… Koba… Iossif… Matriona sa servante préparait le samovar… Atharexa Fineligne…  prenait des notes… Raphaëllo avait un pinceau pour tracer quelques calligraphies au vol… Sosthène Grumeucheux venait de capturer un grillon, il avait sorti un compte-fil, célèbre outil des soyeux et étudiait l’abdomen de l’insecte… j’arrivais le dernier… je ne sais pas pourquoi moi Luigi… je pris place j’ouvris mon cahier…

( Ecran numérique Place Tian An Men 天安门 à Beijing 北京)

Lorsque tous se furent concentrés sur l’orateur… Weizhi 未知 prit la parole…

… j’ai déjà un premier message à vous faire part… L’Ange Boufaréu va bien… il est plongé dans la Dhyāna d’Avalokiteshvara que les chinois ont traduit par chan, que les japonais nomment Zen…
… tu veux parler de « méditation » précisa Matriona…
… exactement…
… tu ne m’en as jamais parlé, encore un de tes secrets ! Bougonna Djougachvili… dont la pipe exportait des fumées de tabac de Crimée…
… si tu m’avais un peu écoutée…
… bon reprit Weizhi
… pourquoi tu me regardes interrogea Koba à Raphaëllo ?
… je tente de saisir calligraphiquement, l’espace d’un instant, ton attitude cosmique lorsque tu as prononcé « tu ne m’en as jamais parlé ! » ce fut une révélation…
… putain, j’ai rien à révéler… toi tu vas te retrouver dans une mine de sel en Sibérie…
… mais je suis peintre… revendiqua Raphaëllo… c’est ma nature de créer à partir d’indices… mineurs…
… je t’en foutrais des indices… marmonna Sosso…
… laisse tomber Raphaëllo… Iossif est comme ça depuis qu’il a quitté le séminaire de Tiflis…
… je crois Weizhi 未知, reprit Atharexa, qu’on est venu pour que tu nous racontes ta rencontre en Chine… avec qui au fait ?
… mineurs… mineurs… ruminait Sosso… moi, je serais mineurs… non mais…
… écoute un peu Vissarionovitch… oublie ton égocentrisme un moment conseilla Sosthène…
… la moustache de Sosso… « sausauta »…

… c’est au cours des années 90, que je fis la connaissance de nôtre homme… à l’Université des langues de Lyon, il étudiait le chinois. En juin 1999 il obtint son « Brevet de langue et Civilisation Chinoise » à la première session avec la mention « Bien ».
Je le voyais de loin en loin… puis un jour… je le retrouvais dans un restaurant du côté de la rue Pasteur… il préparait un départ en Chine…
… tu vas faire du tourisme ?
…你们想吃什么…问服务员 qu’est-ce que vous voulez manger ? demanda le serveur…
… 等一下我阅读菜单… attends, je lis le menu…
… non… le tourisme ne m’intéresse pas…

Il voulait s’immerger dans le peuple chinois…
Il voulait s’adresser directement à la personne… ne plus passer par le filtre du journal ou du livre… comprendre l’attitude en analysant le geste, la réponse, les questions, les contraintes… comment ce peuple a traversé les âges…
… la Chine est le seul pays au monde qui n’a pas été pollué par la religion… chrétienne… considère l’Amérique du nord et du sud… pays de protestants et de chrétiens… l’Afrique a été colonisée à la fois par l’islam le christianisme le protestantisme… la Russie est orthodoxe… en Asie les colonisateurs ont introduit toutes les religions…

Reste la Chine… Etiemble écrit «  Il existe en Chine, depuis deux mille ans, une tradition de pensée matérialiste, profondément et décidément hostile à toute religion universelle de salut, surtout si cette religion est d’origine étrangère »
… c’est le seul pays qui est encore vierge…
… pourtant il y a des religions ?
… non, le taoïsme, le confucianisme et le bouddhisme… sont des philosophies !
… mais…
… la religion est structurée à partir d’un Dieu révélé qui offre un salut… la Chine vit sans salut universel !
… c’est ta recherche ?

(Cour de son appartement à Shenyang où il a séjourné… en Mandchourie)

… 对 ! Exact !
… comment vas-tu faire… car je suppose qu’un voyage de deux ou trois semaines ne sera pas suffisant pour découvrir ce que tu cherches…
… pour l’instant je n’ai pas le moyen… mais je connais le but.
… tu es certain de cette réalité ?
… je ne sais rien, mais c’est ma question… j’y vais pour savoir… mais voyons l’histoire… tu te souviens on avait étudié Shi Huang Di, le premier unificateur de la Chine de – 221 à – 210… son ministre Li Tzi lui avait conseillé : « à l’exception des livres de médecine et d’agriculture, des traités de divination des ouvrages historiques… jetez au feu tous les écrits pernicieux ou inutiles dont nous avons été submergés… ceux surtout qui décrivent avec minuties les mœurs les coutumes et les actes anciens »
Et Shi Huang Di fit mieux… « Les confucéens savent par cœur les ouvrages… vous enterrez ces confucéens avec les livres ! »
Depuis 22 siècles, la pensée est restée strictement matérialiste…
Ce qui m’intéresse c’est le comment… comment s’est construite cette socialisation… comment elle se traduit dans les gestes de chacun…
Ayant reçu une formation chrétienne, est-il possible de pénétrer la pensée chinoise…
En d’autre terme… ai-je la capacité de déplier ma conception systémique chrétienne qui génère des réflexes… des rejet, des incompréhensions voire des répulsions…
… c’est en quelque sorte une « déconstruction » telle celles des philosophes des années 60/70… dis-je !

… non ! La déconstruction dont tu parles… fut une volonté d’éradiquer toute la culture née du christianisme… mon projet n’est pas de rejeter mes fondements mais de les comparer à ceux d’une culture diamétralement opposée… or pour comparer, il faut identifier… pour identifier il faut revenir à l’essentiel… vivre ensemble… pour comprendre… il ne faut pas théoriser… mais habiter un logement chinois, prendre le bus, faire ses courses, se soigner, vivre selon le rythme chinois… loin de sa culture… le plus loin possible… être coupé de ses réflexes culturels…  pour que le corps et la conscience génèrent les réactions spontanées… spécifiquement chinoises…
… depuis cette profession de foi… je l’ai rencontré trois ou quatre fois… devant mon intérêt quant à son projet… depuis vingt ans, il m’envoie régulièrement des messages… des photos… des étapes de vie en Chine ou ailleurs…

(Authentique Petit Livre Rouge du Timonier Mao avec photo)


Weizhi 未知 se tut…
Le samovar était vide…
Les membres de la « camarilla » méditaient… eux-aussi… que penser de ce projet… que nôtre homme voulait vivre… tant de facettes à décrypter…
Sosso retira sa pipe éteinte… tapota le foyer retourné sur un cendrier de basalte… une bombe basaltique que Weizhi avait trouvée dans se randonnées au Puy-en-Velais…

(Edition de 1964… édité à Beijing… pour le prix de 2 yuan 50)

… ça vous plait ? Moi je dirais que c’est encore un intello que Shi Huangdi a raté… à moins que ce soit un trotskyste… Si Mao l’avait rencontré je vous assure qu’il l’aurait envoyé se rééduquer chez les paysans…
… et on ne peut pas savoir son nom ? interrogea Atharexa.
… attendez la fin de son histoire…
Chaque membre de la « camarilla » sans qu’il ait eu à produire un mouvement fut transporté dans son foyer… par la magie des ondes asiatiques… ils ont une semaine pour méditer

Gentilés
Si le voulez bien
Lisez suite semaine prochain

Et c’est ainsi que murmurent les tortues blondes
Article rédigé par Luigi selon les préceptes de L’Ange Boufaréu

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *