Koba ou la sombre rémanence… Chapitre N°5… vous avez dit équilibre?

Vues : 4

Résumé des chapitres précédents : Luigi, Sosthène, Raphaello causent… puis Atharexa vint… pour finir Koba arriva sur le tard… un complot… non… pire… une révélation!

Ce matin… les trois penseurs pensaient panser leurs plaies… l’âme… corps… aux pieds… vini-vinci-virus… ils étaient front contre front assis sur la terrasse d’un pavillon des Hauts de Larchy, bravant les langueurs du lever du soleil… qui ne tarderaient pas d’illuminer la noblesse des barres d’immeubles du côté de chez Vénissieux sans Swann… au loin…

Dis-moi Luigi pourquoi tu as créé « 6 personnages en quête d’auteurs »

(Note du lecteur correcteur : cette pièce de théâtre met en scène six personnages qui veulent jouer sur scène leur drame personnel… ils s’opposent aux acteurs qui veulent jouer un texte pondu, reclus, perclus,… Super confligit professionum…)

1 dit Luigi… ne pas commettre un nouveau plagiat avec ma production… 2 pour revenir à la réalité vraie… 3 fracasser les habitudes…

Tu as réussi ?
Il n’y a pas eu de suites…
C’est pour ça que t’as eu le Nobel…
C’était nouveau… ils ont rien compris…
Pourquoi ?
J’étais le seul dans ce domaine… tu sais bien Sosthène si tu veux fracasser quelqu’un tu le nommes Grand Pompier Dutout… là tu écrases la source, qui n’en peut mais !

A présent, les auteurs du grand public veulent reproduire le schéma du premier au dernier opus… la mode est la première béquille… c’est un déluge tel le « 50 nuances de graillons… »… gris, bleu, caca d’oie, bleu, grec, beurre noir, grey anthracite, grey guère, gris bouille, gris aiguë, gris zaille, gris-gris… des milliers de pastiches… après « les Bienveillantes… » on a eu les « suppliciantes… les pleurantes… les geignantes… les dolentes… les emmerdantes… bientôt les chiantes… et pourquoi pas les psalmodiantes… on ne dénombre plus les plagiats de Paul et Virginie… combien avons-nous de Potter sans Harry… de Star War sans étoiles… de Seigneurs sans anneaux… ne parlons pas des actrices, chanteuses, présentatrices, arrière-gauche du foot à la retraite qui sortent le génial premier texte écrit par un nègre en révélant un secret caché de l’arrière-grand-père… enfin… il n’avait Patou… ou Adèle… que sais-je.
Il y a une sorte de caméléonisme… entre les scribes et les tribuns…
… comme les scribes, on peut estimer facilement que 99% des politiques ne font que plagier un homme célèbre ou les idées de leur mouvement…
Pourquoi ?
Mais parce que c’est plus simple de se couler dans un « moule à gaufres » que de créer son style d’autant que les 99% n’osent même pas révéler leur ontologie… elle est tellement… enfin si peu…
Et puis à quoi ça sert de réinventer le socialisme… tu rentres dans le costume… c’est lui qui te porte… quel gain de temps surtout sur celui qui veut être vrai… ce qui n’a aucun sens… le seul sens du costume c’est le sens giratoire… soudain costumé tu conduits à gauche… naturellement…
Et pour la diffusion plus besoin d’écrire les prédicats… tu as les mémoires des anciens sermons… il y a le réseau… les réseaux… les sésames… vox populi…
Notons qu’à la base, il y a deux types de politiques comme il y a deux types d’auteurs… l’un est créateur… l’autre est « arcandier »
En Provence on dit « Té lou vaqui maï l’autro l’arcandier qué couspira » « Tiens le voilà encore l’autre l’arcandier qui conspire ! »
Anen vèire… on va voir !

Té un exemple…

L’un est « général »
L’autre est « secrétaire d’un parti… »

L’un crée
L’autre copie…

Le premier construit
Le second détruit…

En 46 le temps n’est pas venu… c’est la traversée du désert
En 59 l’autre simule l’attentat de l’Observatoire contre lui… pour se faire de la pub…

Le créateur de la Vème pense à la France
Le destructeur de la Vème pense à son clan…

Le seul qui croit en la France lance l’appel du 18 juin
L’autre se fait décorer de la francisque…

Le président s’en va lorsque le peuple ne le soutient plus
L’autre s’incruste comme une arapède…

Le général assume physiquement sa fonction
L’autre faire taire son médecin sur quatorze ans de cancer…

 

… je pense que vous avez compris de qui je voulais parler !

C’est quoi un « arcandier » demanda Atharexa Fineligne qui venait d’arriver…
« Tu sais ce que c’est un jobastre ?
« Non !
« Eh ben c’est un arcandier !
« C’est un synonyme ?
« Exact !
« Je vois mieux… à présent ! »
… ce fut l’instant où le soleil venait de décoller au-dessus des barres d’immeubles des toits plats…
« J’ai vaincu mon coryza… dit-elle dans un souffle inspiré…
« Crotte répliqua Raphaello… tu ne seras pas au Guinness ! »

Mais revenons… au texte de Sosthène…
Les nominations des élus… c’est du même niveau que cet écrivain qui nous dit :
« Je ne connais pas ce sujet. Je vais écrire un livre là-dessus ! »
Et toc on nomme ministre un type qui n’a jamais rien su de la transhumance des moules en période de rut… pour gérer le ministère des anciens combattants…
Oui, dit Raphaello, le problème n’est pas simple… qu’est-ce qu’un peintre : un type qui manie le pinceau, qui couvre la toile de croûtes…
Entre Michel-Ange et Raoul de Truffenouille… il n’y a rien d’autre qu’une toile… de la couleur et des pinceaux… un petit détail les départage : deux lettres « i / n » qui marquent la frontière entre « capable » et « incapable »… on peut décliner « posture » en « imposture » le propre du secrétaire… mais pire car celui-là passe de « colore » à « incolore ».

Sosthène Grumeucheux… ruminait dans sa barbe… en écoutant…
Comme souvent, il pensait tout haut…
Le génie en peinture comme en politique c’est deux mots qui se complètent cohérence et équilibre…
Tu vois Luigi et toi Raphaello… je crois que personne n’a encore traité le sujet que je vais analyser…
A ce moment-là un éclat de soleil pénétra dans la pupille irisée de Raphaello… un instant de génie… l’éclat poursuivit… se jeta sur la cloche de l’église… qui en frissonna d’aise… dans un jouissif tintinnabule… et grelé… bref !
Tu vois dit Sosthène… on néglige la notion systémique… dans le retour du Général…
Lentement… un hologramme vient se poster en silence à côté d’eux…
J’écoute dit Koba… le Sosso… Iossif… Djougachvili…
Ouais mais tu peux éteindre ta cigarette soviétiques… elle pue…
Ca va… Ca va… heureusement que c’est le 9 novembre… sinon…

 

Donc poursuivit Sosthène… la réalité, c’est que le grand Charles en six mois a réalisé une construction cohérente et équilibrée qui dure encore… il a foutu les US-troupes dehors… il a pratiqué la chaise vide… au fond il a emmerdé tout le monde… mais on était chez nous… avec notre culture…
Sa construction était équilibrée parce qu’elle répondait à tous les courants de la société… comme la rivière qui alimente ses berges qui elles-mêmes donnent des éléments nutritifs à l’eau… l’ensemble se tient en équilibre… car il respecte les cycles et les temps de réponses… les prédateurs ne sont pas dominants… les dominés peuvent trouver des espaces de sécurité pour évoluer… chacun a son pouvoir, mais il est contre balancé par son vis-à-vis…
C’est l’équilibre systémique… il l’avait trouvé… le Charles…

Puis sont arrivées… les trous du cul…

D’abord ceux qui prétendaient être frustrés de ne pas avoir pu sauter les nanas du dortoir des filles… et on les a cru… pauvres crétins… ils en ont profité…
Tu vois la république c’est comme les cloches au moindre éclat ça frétille… mais pire ça fait frétiller les pauvres imbéciles enfin libérés qui ne pensaient qu’à ça… ce fut le jour où le « coït » domina le « coq » les gallines-peuple en furent estransinées
Tu vois un peu le « bugne à bugne »… celui de la raison face à la jouissance sans entraves… le secrétaire de Jarnac était à son aise…
Qu’est-ce que tu aurais fait Sosso ?
Je ne te le dirai pas… je pense au Charles… moi, je l’ai reçu… je l’aimais bien…
… moi aussi j’observe comme toi Luigi… il n’y a que des copieurs médiocres… qui détricotent… qu’on laisse faire parce que ça arrange les petites magouilles locales municipales… des petits chefs… c’est fini la grandeur… même aux US… des guignols…

Dis-moi Sosso… au fait pourquoi tu as arrangé mon texte sur la scène du théâtre le Mel Belchior de Larchy
J’ai rien arrangé j’ai joué ma vie…
Tu as vu comme ils applaudissaient les gones et les fenotes… de Larchy… je te dis c’est la réalité qui est vrai pas les copies…
Regarde chez vous à l’Elysée… après le Grand… la copie du secrétaire… le premier… puis celle du second… le joufflu…
Et les autres ?
C’est pire… ils ne faisaient que copier les secrétaires…
Et maintenant… vous allez copier les Chinois…
Là… je n’en dis pas plus… sauf un détail…
Le quarteron fut à l’écoute de la révélation de Sosso : « les Chinois… ils vont vous bouffer… et en plus… avec des baguettes… ! »
再见 à +
En riant, l’hologramme disparut…

Gentilés
Si le voulez bien
Lisez suite semaine prochain

Et c’est ainsi que murmurent les tortues blondes
L’Ange Boufaréu

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *