Prognostications de l’an de Grâce 2023…

Vues : 272


Buenos días compañeros

Comme vous le savez, nous sommes à la fin de l’année, où le bon gentilé d’ici, de là, de la noosphère et du cosmos compte ce qui lui reste, en… pecunia… $… dinar… £… franc… ¥… pesos… et queue téra…
Après comptage et recomptage, il attend les prognostications de l’an à venir, avec comme règle absolu… rester dans la ligne… dite « du politiquement correct » dans sa plus pure notion de stricte obédience élargie au sens ubiquitaire total… transcendant donc.
Conseil : éviter les gognandises trop gognantes… restez plat comme une limande… Demeurez au sens propre et figuré dans « le politiquement correct ». Agir tels les trois petits singes de la sagesse chinoise. Chacun se couvre une partie du visage avec les mains : le premier couvre les yeux, le second la bouche, le troisième les oreilles… qui dans la gestuelle physiologique signifie :
« Ne pas voir, ne pas entendre, ne pas dire »… car celui qui respecte ce précepte ne verra que Le Bien venir.
(Note NDLR : il est nécessaire de s’arrêter pour observer le rôle de la conjonction de coordination « car » selon Bescherelle, car « car » légitime plus du quart de la preuve totale que la thèse qui précède est fondée.)
L’original chinois dit :  不见… 不闻… 不言…  bù jiàn, bù wén, bù yán
(Note NDLR : car le Chinois fait fi… du car… comme de la moitié… ou du tiers… des conjonctions de coordination… mais c’est un autre débat.)
Hic ! Hic ! praedico : du verbe latin praedicere… je prédis tu prédis… telle la voix quinquennale  du Faubourg Saint Honoré.
Conseil général pour l’année : en public, honorez humblement cette voix pour les 364 jours qui suivent le 1er de l’An sauf pour l’année 24… où vous devrez honorer un jour de plus… puisque l’an est  bissextile.

Ver primum tempus
Jadis, cette saison, la première de l’année se nommait « primevere », elle devint printemps par la grâce de Saint Bucolique un soir de vastitude… long-anté-macronien.
Conseil aux gentilés mutants : vérifier que le terme « primevère » n’est pas dans les prochaines réformes « fondamentales » du « résident » du Faubourg Saint Honoré…
Il en faut moins que ça pour subir un redressement fiscal… gardez printemps c’est plus sûr.
Néanmoins, la prognostication pour l’an 23 révèle que le soleil poindra tous les jours un peu plus tôt, puis un jour, las de monter en parfait libertaire… il redescendra. Ne jamais dire « lui au moins, il ne fait pas grève ! » Cette anodine boutade de Dijon peut vous attirer des éclats de voix du style « encore un mec d’extrême droite ».
Conseil bienveillant : restez extrême selon la doxa ambiante ou bien fermez-la… ce qui revient au même, les deux actes étant mimétiques.
Créez votre propre écholalie pour être dans le vent/vert… qui comme chacun sait est la répétition quasi automatique ou psittacisme de préceptes codés en usage dans le mondiscule… de goooooooooooche.
Mais surtout… promenez-vous en ayant soin de montrer aux justes que l’âme est une idée has been… que votre santé réside dans votre compassion sans limite des tribus des fonds africains très lointains… que vous souffrez de voir souffrir les valeurs majeures du tiers du quart et autres mondes… que vous soutenez la sainteté laïque qui devrait progresser… que vous avez une immense attention pour l’émancipation des femmes des pays du Moyen-Orient et que vous ne voyez aucune contradiction avec celles qui s’exposent couvertes du côté des rives du flux Germanopratin… ah la mode ! Rive Gauche.
Bref : affichez être con et sensuel en public… consensuel en alcôve suivant les jours… y compris tous les jours… avec ou sans croissants.
Si vous avez réussi à franchir ce trimestre où l’irrationnel le dispute à la bêtise, vous avez fait un grand pas dans la prudentitude… vous êtes sans doute protégé par la croix rouge.

Secundo tempore : aestatis    
Énoncé cruciverbiste : terreur des ministres de la santé des gouvernements passés et futurs.
Réponse : été.
C’est encore pire en latin : car l’aestas… est lesté… de scrogneugneu… en tout genre.
Notre conseil : le ministre devrait obtenir de la part de son « boss », une ordonnance d’arrêt de travail autour de la mi-mai… pour raison de santé, jusqu’à la fin des vendanges pour éviter l’outil du sieur Guillotin. « En même-temps » la cellule de sécurité du « résident » un modèle de transparence pourra gérer entre autres, les stratifications des occis… en cent vingt-huit colonnes ex-qualités.
Type de codification des disparus : alléluia ! Priez pour eux… non, mais ça va pas !

  • Codification : perdre sa vie sans raison, syndrome strabo-bénin, syndrome anti-bobo, ire de manque de savoir-vivre, syndrome chinois, trop de vert, manque de vert, perclus de parole, sans parole, fièvre nupèstine, bronchite élèfiènne, éructances-mélanchoises, jactances sandrinensis-rousseauhu… bref : 128 occurrences… qui rassurent… car certaines lignes élevées aux cieux ne montrent que 0,0001% de cas… certes avec 128 on fait un certain total… mais enfin regardons ce qui est regardable ! Frères humains qui après nous vivez… soyez humains… dans vos valeurs… nous disons non à l’ostracisme… aux solécismes manipulatoires… aux essentialisations… aux tripotages… aux magouilles… aux sinistres et ministres… soyons purs… soyons sains… autant que saints… hosanna…

Gentilés… take care… en mai, il ne vous restera plus que quatre ans pour faire le « beau »… le « vertueux »… le « sublime »… la voix de son maître… pour… de très loin par mimétisme égaler… de très loin, je répète… l’image… l’icône… l’eau-forte… le chromo du « résident »… le temps passe si vite !

Tertio tempore : autumnus
L’automne sera, je le prédis, la troisième saison… grand moment pour la Dive Bouteille que le Grand Rabelais divinisait jadis ainsi :
« Ô Bouteille, plaine toute de miƒtères, d’une aureille Iot’eƒcoute… » (NDRL : Ô bouteille, pleine de tout mystère, d’une oreille je t’éscoute…)
D’ailleurs, ce cher Rabelais m’a ôté de la plume cette vérité vrai des espaces autumnus : car c’est le temps de la rentrée…
Après l’été et les vacances, chacun reprend sa clé anglaise, son verbiage, son siège au cénacle… les cagots, caffars et porteurs de rogatons reviennent de leurs tesnières, (tanières) après affutations des jactances et autres triquedondaines, en propos vernaculaires ciselés au soleil des Indes Galantes… là ils vont nous les servir.
Conseil : gardez-vous des arestes quand mangez poisson…
Conseil : si vous avez des insomnies… lisez donc le journal officiel, l’effet est radical… vous sombrez sans poutringues (pilules pour le sommeil)
Conseil : fuyez les assis du cénacle qui dit-on provoquent « effroy et trépidation » sauf si voulez métamorphose en leurs états éponymes… vous préparant pour 27…
Révélation : le « résident » sur son mont-ticule de la rue du Faubourg Saint Honoré… saluer… merci… répéta nunc et nunc… autrement dit à présent :
« Je ne me représenterai pas en 27 » ce que certains traduiront par : « quelle humilité ! » quand d’autres: « putain encore 4 ans ! » alors ceux-là tel l’insecte et ses métamorphoses successives établirent un chemin de calvaire fractionné dans l’espace et le temps toutes antennes dehors pour sentir le vent de la chanson…

V’là l’bon vent, v’là l’joli vent
V’là l’bon vent, ma mie m’appelle
V’là l’bon vent, v’là l’joli vent
V’là l’bon vent, ma mie m’attend…

… en l’attente de l’éclosion métamorphique…

Quarto tempore hiemis
En hyver, selon mon entendement, ne seront saiges (sages) que ceulx qui firent comme l’an passé… en copie collé du « résident » investir le col roulé… mais take care… prenez informations avant de porter le licou ou licol… vous ne pouvez le montrer qu’après avoir vu la photo de l’ado dans la feuille de chou… arborer le col avant lui… et vous êtes mort… jusqu’à la fin des temps électifs… ainsi le fit cet icelui :

Le cagot là-dessus saute sur le col roulé.
La sentence tombe ; adieu élu, sénat, ministre, préfet des yeux couvés…
Et voilà sa fortune ainsi répandue…
Sous l’œil du résident, le récit farce en fut rendu…

(NDRL : adaptation très très libre de la fable : Perette et le Pot au Lait)
Après nous avoir roulés dans la farine, voilà le col qu’il faut rouler, après quelques vols à la roulotte… qui débaroulent.
Que nenni Gentilés… le « résident » réside… donc régit… tel le Rex… Ô que non, il ne git point encore… il cause… il agite ses petits poings musclés.
Gentilés…
Si vous voulez accéder… à un strapontin…
« Copiez, copiez… il en restera toujours quelques choses ! »
Non monsieur… cette citation est fausse… vous faites l’important…
C’est Voltaire qui a dit « Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose ! » et c’était en 1736… ah ça mais !
Eh crotte !… pour qui se prend-il cet icelui ? C’est Francis Bacon en 1665 qui a dit :
« Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose. »
Errat pauperem, c’est Pierre-Auguste Caron de Beaumarchais qui créa cette stylistique : « Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose. »
Ainsi, de considérations inactuelles en Considérations à contre-temps… selon le principe sus nommé quant à la non éligibilité du « résident »… en l’attente donc de 27…
« Copiez-copiez… etc »
« Mentez-mentez… etc »
« Calomniez-calomniez… etc »
… vous êtes dans le vent… dans l’Encyclopédia Britannica… il en restera toujours quelque chose…

 Ita prognostica mea finio.

                                                   Et c’est ainsi que murmurent les tortues blondes

                                                                       Gentilés  
                                                                       Si le voulez bien
                                                                       Lisez suite jour prochain
… vous pouvez aussi charger le lien des éditions Alain Iametti sur votre moteur de recherche : https://www.editionsalainiametti.com/
vous trouverez l’opus “Le Fils du Vent”
                                                                                     L’Ange Boufaréu

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *