Archéologie des révolutions… ou “Comment des fifrelins profitent du “juste à temps” des utopies.”… suite.

Hits: 21

Chapitre 3 : Que cent fleurs s’épanouissent, que cent écoles rivalisent…

Dans ce nouveau chapitre de l’histoire des révolutions… nous allons étudier, si notre postulat de 1789 en terre hexagonale est toujours bon… il sera vécu en Chine de Mao au mois de mai 1956… pourtant le Grand Timonier ne connaissait pas le proverbe “en mai fait ce qu’il te plait”
Petit rappel historique : L’empire du milieu est appelé Chine par les Jésuites en référence au 1er empereur Qin Shi Huang Di, alors qu’avant eux sur toutes les cartes du monde, ce pays s’appelle Cathay dénomination de Marco Polo par extension de Khitan de Kubilai Khan…
L’Empire du milieu se dit 中 国 zhong guo. La Chine est une civilisation vieille de 5000 ans ses premières dynasties celles des trois Augustes imaginent que le monde est né d’un œuf, le ciel est rond, la terre est carrée, délimitée par les quatre points cardinaux, la Chine occupe le centre, d’où  中 zhong centre… 国 guo empire…

Bref ! Pour être court.

Le Grand Timonier Mao Zedong : 毛泽东 règne sur la Chine depuis octobre 1949… sans partage… il applique la règle communiste « si tu n’es pas avec moi, tu es contre moi… ! » avec quelques conclusions pratiques 50 millions de morts pendant le Grand Bond en avant… une broutille… pour l’instant.
Hélas, en Chine… même en Chine… là-bas, les Chinois pensent…  les universitaires les professeurs les médecins les ingénieurs les juristes les intellectuels les artistes les poètes les philosophes les écrivains… mais Mao Zedong n’aiment pas ces gens qui rationalisent… autrement dit qui analysent la pensée du timonier comme absurde… vue le grand bond en avant qui fut un immense bond en arrière…
Le problème c’est que Mao est un paysan-poète et n’est jamais parvenu à un niveau d’instruction très élevé…
En réalité il se méfie de ces gens qui ne pensent pas comme lui…
Il y en a beaucoup trop pour qu’il s’élève contre eux…

Mao est un grand stratège…
Il se positionne dans les habits de Zhuang Zi… un philosophe taoïste génial… qui vivait au IVème siècle avant JC… il proposa aux diverses écoles du taoïsme de se réunir dans une sorte de congrès pour débattre du sens que les différentes écoles donnaient au terme de tao (en Chinois dao : 道) dans une ambiance de concorde…
Tous les lettrés connaissent bien sûr cette histoire… où chacun peut apporter sa pierre à l’édifice du taoïsme dans une relation apaisée philosophique…
Ils se disent Mao est un vrai humaniste…
Le timonier invite donc dans son discours du 2 mai les penseurs à exprimer leurs opinions… les fameux cahiers de doléances de 1789… ceux des Gilets Jaunes… dans un mouvement chaleureux baptisées « Que cent fleurs s’épanouissent, que cent écoles rivalisent ! » quel beau programme.
En quelques jours… la Chine se transforme en pays de contestations… Mao est critiqué sous tous ces aspects… les intellectuels ont remplis les cahiers contre lui et tapissés les murs de dazibaos 大子报 (grands journaux muraux)… tout cela dans une atmosphère de paix et de recueillement envers le Grand Timonier… qui sait à présent ce que les intellectuels pensent de lui…
5 semaines plus tard le 8 juin, le Quotidien du peuple  人民日报 appelle à « arracher les fleurs vénéneuses »… c’est la fin du printemps et des écoles rivales sifflée par Mao.
Quelque 550 000 intellectuels sont envoyés en camp de rééducation par le travail… des imbéciles… des traîtres… des contre-révolutionnaires… de nombreux penseurs ne revinrent jamais penser chez eux…

C’est le prologue de la révolution culturelle qui aura lieu 10 ans plus tard en 1966…

Là, Gentilés nous avons à faire à un génie des révolutions, il a copié le bougre… car nous sommes en Chine…

Le timonier a maté le peuple… il ne possède rien… il ne possédera jamais rien… il se tait… il meurt… il a déjà tout compris…
Le timonier lance les cahiers de doléances… comme chez nous…
Le timonier “cible” sa révolution… il faut le faire…
Vers les contre-révolutionnaires qui avaient quelques chose encore à dire… mais qui se taisaient en l’attente du bon moment pour se révolter… c’étaient les seuls qui avaient conservé un brin de pouvoir de raison… hélas… des naïfs ceux-là… il est vrai que les nôtre ont vécus toutes les révolutions… ils sont madrés… rusés… ils savent finasser en hurlant de loin comme les chiens des caravansérails … prudence… certains… un bon nombre… franchissent le “Rubicon”… comme partout…
Les penseurs chinois se croyaient au chaud dans des niches… imbus… supérieurs… mandarins… ils croyaient que la science le savoir la connaissance le diplôme allaient l’emporter…
Ils avaient oublié que Qin Shi Huang Di autour de l’an 220 avant J.C en avait enterré 400 vivants avec leurs livres.

Depuis cette date…
Les hexagonaux ont compris…ils ne sont pas tombés dans le piège du timonier… de tous les timoniers passés présents et futurs…
Ils éructent avec l’air du temps… ils font partie du paysage… ils passent à la caisse en fin de mois…

Voilà Gentilés comment le timonier a adapté le schéma de 1789…
C’est une variante qui a eu du succès…
C’est une chance pour nos insoumis que Mao fut Chinois…
L’Ange Boufaréu.

Laisser un commentaire