« Archéologie des révolutions »… ou « comment des fifrelins profitent du ‘juste à temps’ des utopies »

Hits: 8

 Chapitre 1 : analyse du schéma méthodologique d’une révolution

Une révolution, telle une partition de musique se rythme à plusieurs temps… j’en ai compté treize… ça tombe bien car treize reste raide comme les cadavres… peut-être suis-je trop analytique… en réalité le nombre est cabalistique… mais ne le dites pas…

Voyons un pays… au hasard…  Hexagonal… le peuple… ne possède rien… ni bien matériel, ni bien culturel, ni héraldique avec blason orné d’une cuillère en or dans la bouche… ou dans le fion…
… ce peuple… ne veut plus subir : il veut du travail du pain de la sécurité pour sa famille… basique!
… exposez vos revendications dit le blasonné… on vous écoutera… crétin!
… le peuple, langue pendante s’applique à remplir les cahiers… au crayon… ou à la plume sergent-major encre violette… ça tache!
… plus tard, hélas, comme sœur Anne, il ne voit que la route qui poudroit… alors, le peuple se révolte…
… il casse tout… l’ordre antique… les privilèges… les titres… les pouvoirs… ceux qui lui refusent ce minimum…
… le peuple pense qu’à présent, il y a deux camps… les coupables et lui…
… or, le peuple, ne sait pas… que dans des niches… au chaud… quelques quarterons des troisièmes larrons attendent pour tirer les marrons du chaos… qu’ils provoquent au besoin…
… tout est fracassé… à présent… il n’y a plus d’ordre, de privilège, de titre… enfin, on a imposé des lois conduites par des hommes de loi qui se disent représentants des lois, issus du peuple et des lois… ceux-là mêmes sortis des niches… chez nous on les appelle des “arapèdes”… ces mollusques coniques qui s’accrochent aux rochers du bord de mer…
… ces jacteurs sont furieusement révolutionnaires… ils braillent… ils causent… ils jugent… ils éructent… ils veulent du sang… ils guillotinent… « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! » cet ordre lancé par Arnaud Amalric le 22 juillet 1309 contre les cathares sera repris par nombre d’opportunistes… postés à la périphérie… prétextant l’insoumission… comme ces autres « Passés du col Mao au rotary-club » de Guy Hocquenghem…
… sauf qu’à présent… ils ont phagocyté le régalien… ils claironnent en penseurs-guides… ils cueillent en prédateurs… ils ne s’en privent pas…

… alors le peuple se réveille avec la gueule de bois…
… il est épuisé, il peut bien relire les Cahiers de doléances du 14 janvier 1789… pour la prochaine révolution… “Ah! ça ira ! ça ira ! ça ira… les aristocrates à la lanterne… ah! ça ira ! ça ira ! ça ira ! les aristocrates ont les pendra !”
… eh couillon… y’a plus d’aristocrates…
… restent les penseurs-guides, ces volatiles-métamorphiques…

Voilà, gentilés, j’ai dégagé le gabarit de la révolution que le “monde nous envie”… le concept opérationnel si vous voulez… je me propose de le comparer aux autres pulsions révolutionnaires de l’histoire… que je traiterai… dans le prochain chapitre.

« Anen vesita aquéun mite !»*

L’Ange Boufaréu

 

*(“Nous allons visiter ce mythe” : L’Ange Boufaréu pense souvent en Provençal… un vrai contadin… un atavisme vernaculaire qui gamberge.

Laisser un commentaire