LI Ying à Singapour… rencontre avec un arc circumhorizontal!

Vous le savez sans doute… LI Ying est très active dans le mouvement bouddhique « La porte du Dharma de Guanyin »… j’ai eu plusieurs fois l’occasion de participer à ses sessions… La voilà cette fois à Singapour le 20 février 2017 pour un grand rassemblement. Hasard, concordance, conjonction, coïncidence… mouvement prémonitoire spirituel ou métaphysique.. suivant le sens matérialiste ou spirituel que l’on accorde à cet événement, ce 20 février pendant la célébration des fervents de Guanyin… apparaît un arc circumhorizontal… au-dessus du rassemblement. LI Ying m’envoie les photos que je vous livre avec quelques simples explications… puisées dans un manuel Que sais-je? L‘arc circumhorizontal est un phénomène atmosphérique… mais, s’il permet la décomposition du spectre de la lumière, son apparence est linéaire sous le soleil, donc différente de celle de l’arc-en-ciel. L’arc-en-ciel rend visible le spectre continu de la lumière du ciel quand le soleil brille pendant la pluie. 
En revanche, l’arc circumhorizontal apparaît lorsque les cirrus, nuages à haute altitude sont chargés de cristaux de glace. (Schéma) La lumière frappe les faces latérales des cristaux et ressort à la base du cristal. Le phénomène de l’arc circumhorizontal se produit dans les nuages de la haute atmosphère entre cinq mille et quinze mille mètres d’altitude… alors que l’arc en ciel se pose sur le sol dès la première ondé…

Lorsque j’ai découvert les photos de LI Ying… soudain une phrase d’un héro mythologique antique Chinois Fu Xi qui fut à l’origine de la création des trigrammes du Yi Jing… me revint… il dit :

一畫开天 = 1 trait ouvre le ciel…

Selon Sima Qian, Fu Xi a vécu voilà cinq mille ans, je suis prêt à penser LI Ying que tu es aussi le trait d’union… sinon, pourquoi cette phrase serait revenue à ma mémoire…           la vision ouvre à l’immanence… l’émotion porte à la transcendance… il n’y a pas d’autres analyses à conduire… il suffit d’un trait…

Photos prises dans une autre région… pour compléter cet article.

 

 

Photos de Pascale France en Chine… où de l’observation !

Dans l’une de ses correspondances, Gustave Flaubert analyse son acuité observatrice, je cite de mémoire :  » Je décris ce que tout le monde voit mais que personne ne remarque! ». Les photos, sont aussi l’illustration de l’acuité ontologique de l’opérateur quand il réalise sa prise de vue. Il va spontanément sur les points qu’il souhaite « remarquer »… j’ai extrait quatre photos du voyage de Pascale qui me semblent éclairer cette démarche… sur un texte de Lao Zi… 老子

Le ciel et la terre sont d’une beauté majestueuse, mais ils n’en parlent pas.

img_9908-ter
les quatre saisons se succèdent selon une loi évidente, mais elles n’en discutent pas…

chimere-bis

à tous les êtres préside un ordre constitutif, mais ils ne le formulent pas.

pascale-nouveau-bis

le saint va aux sources de la beauté du ciel et de la terre et pénètre l’ordre constitutif  de tous les êtres. 7629-ter

Si l’homme parfait n’agit pas, si le saint par excellence n’invente pas…img_7266-ter

c’est qu’ils observent l’action du ciel et de la terre.

                                                    Lao Zi.

L’ouest, les photos de Yves Crouzier et le 道

La grenouille au fond du puits ne saurait parler de l’océan, enserrée qu’elle est dans son trou.

L’insecte qui ne vit qu’un été ne saurait parler du gel, limité qu’il est à une seule saison.

Le lettré borné ne saurait parler du Dao, prisonnier qu’il est de ce qu’il a appris. (énonce Zhuang Zi)

Avec tes photos Yves nous accédons peut-être à l’espace…  Dao 道 1J’ai mis en relation ces images avec la réflexion de Zhuang Zi, il dit :

« Le ciel se meut-il? La terre est-elle immobile? 32-1Le soleil et la lune disputent-ils leurs place? Qui préside à cela? Qui, sans agir, pousse et marcher tout cela? dsc_0173Y a-t-il une machine cachée qu’on ne peut arrêter? Ou bien l’univers se meut-il de lui-même sans pouvoir s’arrêter? dsc_0037-2Les nuages deviennent-ils pluie? La pluie forme-t-elle les nuages? Qui la fait tomber? Qui sans agir se plait à provoquer cela? dsc_0079Le vent se lève au nord, tantôt souffle vers l’est et tantôt vers l’ouest. dsc_0033Là-haut, il forme des tourbillons. Qui provoque ces expirations et ces aspirations ? 23Qui, sans agir, les oriente et les fait cesser?7Voilà les questions que je me permets de vous poser »

Zhuang Zi : Le mouvement céleste.

 

 

Porte du Dharma du Bodhisattva Guan Yin.

Dimanche 25 septembredsc_0361-3

LI Ying nous invitait à participer à une journée sur le bouddhisme et la présentation de : la Porte du Dharma de Guanyin Citta

dsc_0209

Le programme se scindait en deux temps forts. Découverte de la cuisine végétarienne, suivi d’une conférence sur le mouvement : La Porte du Dharma du Bodhisattva Guan Yin.dsc_0194-2

Je me suis intéressé à Guan Yin. Ci-après un texte lapidaire du dictionnaire : La sagesse orientale, augmenté d’une anecdote tirée du Pèlerinage en Occident. J’ai essayé d’être simple, le lecteur rectifiera si je commets une erreur.dsc_0364-2

Guan Yin est le bodhisattva associé au concept de la compassion. Son incarnation est de sexe féminin, sauf en Inde où il existe sous les deux genres. Guan Yin chinoise tient son origine d’Avalokitesvara indien qui est vénéré comme un des Bodhisattva les plus importants. En Chine Guan Yin est élevée au rang de divinité. L’Occident considère ces deux bodhisattvas comme la déesse de la Miséricorde.dsc_0368-2

Le voyage en Occident de Wou Tch’eng-en, relate le pèlerinage du moine Xuanzang parti à la cherche de la lumière du Bouddha à l’Ouest. Pour l’aider, le Bouddha historique lui envoie Guan Yin et quatre protecteurs : un singe, un dragon, un cochon, un bonze des sables. Le singe Sun Wou Kong est un génie, il parvient toujours à trouver une astuce pour tirer le groupe des mauvais passes qu’il traverse pendant le pérégrination… A lire pour être émerveillé!dsc_0966

N’est-ce pas Guan Yin que nous avons rencontré lors de notre visite à la pagode de Sainte-Foy-les-Lyon?

La Porte du Dharma de Guanyin Citta est une école bouddhique récente. Elle appartient au mouvement international de la Compassion officiellement inauguré en 2007 et placée sous la houlette de Maître LU Junhong. dsc_0203Elle a pour objectif de diffuser les enseignements de Bouddha à travers la miséricorde du « Bodhisattva Guanyin » (appellation en chinois du Bodhisattva de la grande Compassion).  Elle accueille tous ceux qui veulent découvrir la parole et sagesse bouddhiste. Ces Maison de Guanyin dispersées dans une cinquantaine de pays organisent régulièrement des actions d’enseignement dans la pratique du bouddhisme. Apprentissage de la récitation des soutras, cérémonies organisées à l’occasion des journées importantes dans l’histoire bouddhiste et de la tradition chinoise, rencontres entre disciples, réunions de témoignages et d’échanges sur le « Bouddhisme en mots simples » (nom d’une série de livres), libération de vies… conférences internationales donnée par Maître LU, diffusion gratuite des livres bouddhistes sur les points de rencontre avec le public.

Aujourd’hui nous vécûmes un enseignement sur la pratique du mode végétarien. Et en tout bien tout honneur : la préparation des rouleaux de printemps. dsc_0220

dsc_0219

慢慢吃!

Puis vint le moment de découvrir les buts de La Porte du Dharma de Guanyin Citta.

dsc_0337

J’ai apprécié cette journée paisible… à l’image de Guan Yin. C’est une première. Il semblerait que d’autres journées suivent afin de permettre aux participants d’avancer dans la Voie que propose Guan Yin. Si nos amis Chinois sont illuminés par Guan Yin, il n’en est pas de même pour nous Français et Occidentaux.dsc_0349 L’attrait de cette philosophie passe nécessairement par une meilleure connaissance des fondements afin que nous puissions pénétrer cette pensée.

Merci pour votre accueil.

Prolonger l’éveil…

Journée à la pagode de Sainte Foy-les-Lyon le 12 décembre 2015.

Sous la houlette de LI Ying, DSC_0889 (3)le groupe qui se retrouve chaque samedi pour l’étude de la calligraphie et du chinois, participe à une journée à la pagode de Saint-Foy-les-Lyon.
Nous sommes en décembre, dans le jardin du temple, à 10 heures du matin, le soleil jette ses ombres lumineuses. Un guide présente l’histoire de la voie bouddhique, puis nous pénétrons dans la pagode afin de poursuivre la découverte du message de Siddharta Gautama, dit Sakyamuni ou Bouddha. Pour terminer cette visite, les initiés sont conviés à un repas chinois.  DSC_0881 (2)J’ai intitulé cet article « Prolonger l’éveil… » car il est difficile de trouver en France des temples bouddhiques, pour renouveler le sentiment que l’on éprouve en Chine lorsque l’on pénètre dans une pagode.DSC_0902 La couleur or lumineuse sature l’espace tout comme l’encens, parfois le rythme des tambours, enfin le visage paisible de bouddha.

 

DSC_0965

 

Je ne résiste pas à citer les stances qui permirent à Huineng de devenir le premier patriarche du bouddhisme en Chine. La succession serait assurée pour celui qui parviendrait à démontrer dans un poème l’étendue de sa connaissance spirituelle, c’était disent les textes en 676 qu’il sortit du monastère pour prêcher. Mais avant d’évangéliser, voilà comment se déroula sa nomination.

Un moine écrivit sur un mur, la stance suivante:

Le corps est l’arbre de l’éveil,

L’esprit, le socle d’un clair miroir,

Qu’il faut sans cesse essuyer avec zèle

Afin que nulle poussière ne vienne s’y poser.

Quelques jours plus tard, Huineng modeste préposé au concassage du riz proposa:

Dans l’éveil, à vrai dire, aucun arbre,

Pas de support au clair miroir,

Puisque rien n’a foncièrement d’existence,

Où la poussière pourrait-elle se poser?

Il reçut la lampe et fut le premier patriarche Chinois. ( Kenneth Ch’en : Histoire du Bouddhisme en Chine, Les Belles Lettres 2015 pour l’édition française)

Diaporama avec la musique de Arvo Pärt.