L’Opéra de Beijing le Liyuan Theatre.

Soirée au Liyuan Theatre 梨园剧场

Situé à 宣武区永安路 175号  Rue Yongan

Xuanwu district. Beijing 100050

Le manuel des connaissances générales de la Culture chinoise (édité à Beijing en 2007) analyse l’opéra de Beijing. C’est une création récente 200 ans. S’il porte le nom de Beijing, il est néanmoins constitué des apports de plusieurs provinces. Il allie le chant, la musique instrumentale, les jeux de rôles, le mime, les luttes acrobatiques et guerrières. Quatre rôles composent le registre des acteurs ce sont : le sheng, le dan, le jing et le chou. Chaque personnage possède un maquillage spécifique dont les couleurs ont un sens émotionnel. Le répertoire est très vaste, il est tiré de l’histoire impériale et moderne de la Chine.

Personnage masculin sheng

 

 

 

 

 

Personnage féminin dan

Personnage homme de caractère franc jing

Personnage comique ou rusé chou

Le théâtre est une construction récente, il occupe le bas du Qianmen Hotel.

Sur scène, pendant que les spectateurs s’installent, une soliste joue du Guzheng

古筝 un instrument à 21 cordes et 21 ponts amovibles… ce qui permet de créer autant de registres que l’on souhaite…

Pendant que la Guzheng égrenait ses notes de cristal, le comédien au caractère franc : jing… poursuivait sur scène son maquillage avec calme, sérénité, maîtrise.

Il complétait ensuite son personnage en revêtant son costume avec l’aide d’un servant.

Florilèges…

                                               在见… 

 

 

 

 

 

 

 

 

Min Zu Da Xue suite des études et des découvertes.

Le campus de Min Zu Da Xue… dsc_0208 les bouteilles thermos attendent le remplissage…
dsc_0345Aujourd’hui, en une heure de bus, nous rejoignons la Grande Muraille 长城 Chengcheng, au lieu dit Mutianyu  慕田峪 autrement dit : admirer les champs et les vallées, bref le panorama.
dsc_0398Le ticket d’entrée est requis…

dsc_0438


Mao aurait reprit la citation d’un poète :

   » 不到长城非好汉! »

« Qui n’est pas allé sur la Grande Muraille n’est pas un brave! » Le gardien semble nous le rappeler…

Avant de quitter la Grande Muraille… il faut négocier le souvenir… Min Zu Da Xue avait prévu un solide repas… qui, après ces deux heures vécues au grand air antique de la Grande Muraille, fut très apprécié.

Université de Min Zu Da Xue à Beijing : visites.

Place Tian An Men天安们天广场 (Tian An Men Guang Chang)

Le programme de l’Université offrait deux parties : études de la langue et visites des sites célèbres. Je commencerai par la Place Tian An Men. C’est le passage obligé pour visiter la Cité Interdite. J’avais déjà visité 6 fois la Place et le Cité. Aujourd’hui, le groupe n’a qu’un souci : ne pas se perdre dans la cohue. dsc_0518

La Place Tian An Men 天安门天广场 a une superficie de 40 hectares. Depuis l’époque impériale elle est encadrée au Nord par la Porte de de la Paix Céleste qui commandait l’entrée de la Cité Interdite et au sud la porte de Zhengyang qui donnait accès à la ville chinoise. La plaque d’orientation marque, ici le centre de la Chine.

dsc_0530

dsc_0535

Nous franchissons la portes. Elles sont garnies d’un nombre de 81 clous, disposés en neuf rangées de neuf clous, symbole de la puissance Impériale.

dsc_0541

Les héros du peuple nous accueillent… dsc_0545

dsc_0590Sur le fronton de la porte de la Paix céleste est accroché un portrait de Mao Zedong. Il rappelle que c’est du haut de ce balcon que Mao Zedong a proclamé la République populaire de Chine le 1er octobre 1949.

dsc_0583

A droite du portrait de Mao le texte dit : 中华人民共和国万岁 Longue vie à la République populaire de Chine. A gauche du portrait nous avons : 世界人民大闭结万岁.

dsc_0563

Après les traditionnelles photos et le contact avec la foule sur la Place, nous pénétrons dans la Cité interdite.dsc_0554dsc_0613-4dsc_0611

Second pas…

L’Université Minzu Daxue à Beijing 民族 大学.

L’Institut Confucius de Lyon organise une formation d’un mois, du 20 juillet au 18 août 2012 à Beijing. Nous sommes une vingtaine d’élus que l’on peut classer en deux groupes, les authentiques jeunes étudiants et les anciens tout aussi authentiques à vouloir poursuivre des études. DSC_0134
L’entrée de l’université et le bouddha de la réception nous accueillent.

DSC_0143

 

 

 

Le programme de formation se divisé en deux parties : à 56 heures de cours de chinois s’ajoute la découverte d’un certain nombre de sites de la capitale.

La Grande muraille, Place Tian’anmen, Cité Interdite, Wang Fuji, Temple des Lamas, Temple de Confucius, Parc Behai, Tour du Tambour, Tour de la Cloche, Temple du ciel, Opéra de Beijing.

A la fin du mois, nous terminons avec un examen et une remise des diplômes bien joyeuse. Pour chacun des participants, ce mois d’études est aussi consacré à des projets personnels, pour moi ce sera la préparation sur place du voyage sur le Grand Canal. Mais en l’attente, nous sommes accueillis par les autorités de l’Université puis nous partons à la découverte des rues proches vers un repas autour de la joyeuse table ronde.

DSC_0154DSC_0155

Le second soir fut très arrosé par un déluge qui inonda les rues en quelques minutes… j’ai conservé ces instants.

DSC_0267

DSC_0264

le lendemain même climat…

DSC_0222

  你们好!

Premier pas…

 

DSC_0569Pourquoi randonner sur le Grand Canal ?

J’ai tendance à m’interroger sur les fondements atypiques de mes actes. Pascal suggère « L’homme est un roseau pensant. » Fort bien. Mais quelles sont les raisons profondes qui poussent le roseau-pèlerin à partir en Chine pour randonner le long du Grand Canal?

Enfant, au sud d’Arausio, devenue Orange, dans le Comtat Venaissin, nous habitions sur la rive droite du Canal de Pierrelatte. Un chemin de terre marquait la frontière entre la berge et la porte de la maison. Louis XIV avait concédé au Prince de Conti le droit de creuser un canal pour irriguer les terres sur la rive gauche du Rhône. Cahin-caha, le canal fut creusé. Il arrosa tous les maraîchers qui s’en félicitèrent, jusqu’à ce que, récemment, l’autorité régalienne jugeât que le coût d’entretien était trop élevé.

On ferma le robinet, le canal disparut, ses 54 kilomètres de fraîcheur aussi! Mais pendant des années, aimanté par cette eau qui prenait sa source à Mondragon… « n’est-ce pas un clin d’œil à la Chine? » bercé par ce flux qui descendait vers la Méditerranée, j’ai conçu mille voyages à réaliser plus tard… DSC_0211

Eh bien! ce plus tard est devenu présent! De là, à dire que le Canal de Pierrelatte est ma « madeleine » il n’y a qu’une vague à franchir. J’opterais plutôt pour une « résurgence vauclusienne » bien sûr!

Pèlerin, vers Santiago de Compostelle, je suivis le Canal du Midi de la Via Tolosana au départ d’Arles, puis le Canal de la Garonne de la via Podiensis au départ du Puy-en-Velay. En Espagne, je croisais et longeais les canaux de Galicie. Chaque rencontre, confirmait ma perception de jadis. L’eau musarde calmement en créant un espace où vibrent végétaux, animaux, souffles. Cet instant me rappelle invariablement le vers de Rimbaud. « C’est un trou de verdure, où chante une rivière. » du Dormeur du val. Ce contraste entre la berge fraîche et la terre proche chauffée par le soleil, je l’ai vécu dans le Midi… et je le retrouvai à chaque rencontre dans mes pèlerinages.

DSC_0056

C’est sur le canal qui quitte Toulouse pour rejoindre Bordeaux, que je conçus le projet de suivre le Grand Canal, il me fallut trois ans pour le réaliser.

Je me documentai. Je relus les grands anciens. Marco Polo 玛可波罗 traduit Make Boluo, et le jésuite Mattéo Ricci 利玛窦 devenu Li Madou. Je cherchai les récents textes descriptifs. Les ouvrages encyclopédiques actuels à la lettre G proposent souvent : La Grande Muraille, Le Grand Bond en Avant, Le Guomindang et oublient le Grand Canal. Je lus le livre de Zhang Xinxin journaliste Chinoise qui décrit son périple : Au long du Grand Canal en 1986.

Je conçus un projet en deux points : partir de Beijing pour arriver à Hangzhou… simple, toutefois, il fallait remplir les 1800 kilomètres.

Comment?

Par mimétisme de pèlerin, j’imaginai randonner sur la rive, traverser mille petits villages, ports, villes… bref une balade. Pour construire le parcours, en 2012, je partis pour Beijing dans le cadre d’un mois d’étude du chinois à l’Université Minzu Daxue.

DSC_0088

J’allais réaliser le repérage du 大运河.

(A présent, si vous voulez découvrir les aventures du pèlerin, il faudra lire la suite dans l’épisode 2 intitulé  民族大学)