La tour de la Cloche et la tour du Tambour.

L’organisation quotidienne du rituel impérial jusqu’à la fin de la dynastie Qing en 1911, était rythmé par la cloche et le tambour. Les jours et les nuits sont divisés en douze sections shi chen 时辰 d’une valeur de deux heures. La nuit était divisée en 5 veilles geng , la première commençait à 19h, le tambour frappait 13 coups. La tour de la cloche servait, aussi à signaler l’heure de fermeture des portes de la ville. La clepsydre donnait l’heure.

Cette tour fut détruite par un incendie et reconstruite en 1747 par l’Empereur de la dynastie Qing : Qianlong. Elle mesure 33 mètres de hauteur.

Il faudra monter… pour atteindre le sommet la cloche et admirer le panorama des hutongs de Beijing.
Attention… voilà la cloche : 7 mètres de hauteur, le corps de 5,55 mètres, un diamètre de 3,4 mètres pour un poids de 63 tonnes…
notre guide est un passionné…
Avec lui nous découvrons la tour de la cloche, la tour du tambour et une escapade dans les hutong… en pousse-pousse
 Effectivement… la cloche est impressionnante…
 Fondue sous le règne de Yongle, empereur des Ming aux environ de 1420. Elle est faite d’un alliage de cuivre d’étain et de plomb.

 Le son pouvait s’entendre à 40 kilomètres à la ronde et durait plus de 2 minutes 
Du haut de la tour de la cloche… voici la tour du Tambour… que nous allons visiter.
 
                                                                                La clepsydre
A l’origine c’est un récipient en bronze dont le fond était percé d’un petit trou et dans lequel était placée une mire graduée. Pour mesurer le temps, il suffit de remplir d’eau et de la laisser s’écouler à travers le petit trou. L’heure est indiquée par la baisse du niveau de l’eau repéré sur la mire graduée. Pour être plus précis, par la suite on disposa trois bacs d’où s’écoulait l’eau. Le quatrième récipient recueillait le liquide qui en s’accumulant faisait s’élever la mire graduée et permettait de visualiser le temps. Enfin, on adjoignit un sonneur…

Laisser un commentaire